Importante saisie de mangas en Belgique

8 avril 1997 0 commentaire

Le quotidien belge "Le Soir" a révélé que le Parquet de Bruxelles avait déclaré la guerre aux "mangas" pour adultes, accusés de pédophilie. Dans son édition du 26 mars 97, il révèle que "pour le ministère public, les ébats amoureux des héros de papier sont intolérables car ils mettent clairement en scène des mineurs d’âge : la plupart du temps des collégiennes en uniforme et chaussettes blanches."

A l’origine de ce soudain intérêt, la plainte d’une mère de famille dont le fils est rentré à la maison avec un manga explicitement porno. Suite à celle-ci, diverses boutiques ont reçu la visite des enquêteurs de la PJ, qui peuvent désormais se rincer l’oeil sur des centaines de mangas (dont Dragon Ball), de cassettes vidéo et de CD-ROM ont été saisis. Selon eux, "les scènes de viols sur des mineurs y sont monnaie courante et assorties de violences."

Glénat, l’éditeur de Dragon Ball, considère lui que ces plaintes s’inscrivent "dans le courant émotionnel et réactionnaire (sic) actuel. Les pères-la-pudeur s’offusquent parce que Bulma montra sa petite culotte. Mais cela se fait depuis cinquante ans."

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?