Japan Expo 2014 - Des illustrations ambassadrices de la reconstruction de Fukushima

5 juillet 2014 3 commentaires

Depuis plusieurs années, des stands culturels viennent à Japan Expo dans le but de promouvoir les traditions de l’archipel. Ces quelques années à côtoyer le public du festival leur auront appris que, si celui-ci peut s’intéresser à la culture traditionnelle nippone, cela passe avant tout par le biais du manga et du dessin.

Japan Expo 2014 - Des illustrations ambassadrices de la reconstruction de Fukushima

Fort de ce constat, la région de Fukushima a importé une exposition intitulée Mushae (peinture de guerrier en japonais), composée de 50 illustrations crées pour la promotion d’un des événements folkloriques-phare des environs de Fukushima : le festival équestre de Sôma (Sôma Nomaoi).

Ce dernier articule courses de samouraïs, avec et sans armures, processions dans la ville, jeux équestres et cérémonies religieuses. Un festival qui, depuis quelque mille ans continue à célébrer les divinités Shinto, malgré les années et les colères du climat japonais.

Depuis la catastrophe de 2011, le festival - qui avait alors était partiellement annulé- est devenu l’un des moteurs de la renaissance de la région. Le projet Mushae y est né et a déjà voyagé dans plusieurs musées du Japon.

Fukushima expose aussi les fruits du projet Okyagari-Koboshi : de petites poupées culbuto traditionnelles décorées par différentes personnalités dans le but de promouvoir le renouveau de la région dont elle sont originaires. Les visiteurs sont également invités au cours d’ateliers à décorer leurs propres figurines.

Ces poupée sont devenues le symbole de la persévérance des habitants de Fukushima à se relever de la catastrophe. Depuis mars 2011, ils continuent à lutter contre la radioactivité au sein même de la centrale, tout en tentant de reconstruire leur région meurtrie.

Ces initiatives montrent à quel point l’illustration et le manga sont des éléments cardinaux de la culture japonaises, véritables outils de promotions, nationale et internationale, à l’usage d’une région entière, un pont entre modernité et tradition.

VJ (photos également)


Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Noyé entre articles sur les filles en jupettes, et infos sur Japan expo 2014 qui vont dans tous les sens, voici enfin un article intéressant qui éclaire le rôle du manga dans la reconstruction culturelle et psychologique de Fukushima.
    L’article n’est pas signé (?)

    Répondre à ce message

    • Répondu par Aurélien PIGEAT le 6 juillet 2014 à  19:59 :

      L’article était bien signé, mais la signature était collée à la fin du dernier paragraphe du fait du souci typographique (non visible dans l’interface d’écriture). La voilà mise en évidence !

      Merci pour la partie laudative du commentaire. Pour les réserves, la série de brèves sur Japan Expo se veut un témoignage, non exhaustif, de ce que l’on peut croiser et découvrir au fil de la convention. Il y en a pour tous les goûts, cela répond à des attentes extrêmement diverses. C’est pourquoi les filles en jupettes côtoient Fukushima, des stands d’éditeurs des conférences d’auteurs, les dédicaces les cosplay. Le ton peut ainsi se faire humoristique ou sérieux. C’est bien cela la réalité de Japan Expo et cela en fait, d’une certaine manière, sa richesse.

      Nous essayons d’en rendre compte, principalement pour ceux qui ne peuvent ou ne veulent s’y rendre, dans l’hétérogénéité à travers laquelle la convention nous apparaît.

      Répondre à ce message