Japan Expo 2017 – Dans les allées #1 : l’expo Anime 100

7 juillet 2017 0 commentaire

Nous vous en parlions ce matin, et déjà en amont, l’événement de cette édition de Japan Expo consiste en une grande rétrospective consacrée aux cent ans de l’animation japonaise. Pour cela, deux espaces jalonnent le parc des expositions de Villepinte : un espace de projection de ces productions emblématiques de l’animation japonaise, et une exposition les présentant une à une.

Organisée selon un parcours thématique – aventure, rêve, mystère… – d’une demi-douzaine de salles, l’exposition fera vibrer la corde nostalgique des trentenaires et quadras biberonnés au Club Dorothée et aux animés diffusés sur la 5. Des cartons présentent rapidement chacune des séries et livrent pour certaines d’entre elles des anecdotes méconnues. On se rappellera ainsi du duplex avec Masami Kurumada, mangaka des Chevaliers du Zodiaque, depuis son studio, offert par Dorothée à ses jeunes spectateurs. Des cartons qu’il est interdit de prendre en photo, et dont certains sont malheureusement restés vierges, comme Candy ou Ken le Survivant.

Outre ces cartons, des vitrines pleines de figurines et de croquis, des panneaux à l’effigie de ces héros de notre enfance – mais pas qu’eux : on trouve aussi certains animés récents comme Kill la Kill – ainsi que de grands pans de mur illustrés croisant plusieurs figures emblématiques de la salle. Ainsi qu’une petite salle de projection ayant sa propre programmation. On notera enfin la place spécifique réservée au studio Ghibli ainsi qu’à certains auteurs majeurs du cinéma d’animation contemporain, comme Makoto Shinkai ou Mamoru Hosoda.

AP

Japan Expo 2017 – Dans les allées #1 : l'expo Anime 100
Un étonnant mélange d’emblèmes de plusieurs animés. Saurez-vous tous les identifier ?
Une vitrine pleine de figurines
Lupin dans une sombre ruelle
L’enseigne du Cat’s Eye
Jeanne semble prête à prendre la porte !
Cobra, au détour d’un couloir
Goldorak nous accueille à l’entrée de l’exposition

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?