Japan Expo 2017 : Un million de téléchargements pour Delitoon

8 juillet 2017 0 commentaire

Sur le stand de Delitoon, Didier Borg [1] a la banane. Son application qui permet de lire des Webtoons (bandes dessinées créées pour les écrans de smartphones, tablettes et ordinateurs) et qui s’est lancée en 2016 rassemble aujourd’hui plus d’1 million de lecteurs francophones.

Le Webtoon, neologisme formé de la contraction des mots WEBscroll et carTOON est devenu un phénomène dans les pays asiatiques et particulièrement en Corée.

« Bien loin de n’être qu’une simple bande-dessinée scannée, dit le communiqué, le webtoon constitue un genre nouveau, taillé pour Internet : une nouvelle façon de lire des bandes-dessinées sur les supports numériques d’aujourd’hui et de demain. Proposées en épisodes, les séries se lisent par défilement vertical, aussi simplement qu’on consulte sa time-line Facebook. Apparu en Corée du Sud, le webtoon s’est installé durablement dans les usages quotidiens : un coréen sur deux en lit quotidiennement, et le marché devrait rapporter d’ici 2020 près de 800 millions d’euros par an. Dans le monde, ce sont environ 50 millions de lecteurs qui lisent régulièrement des webtoon, parmi lesquels il faut désormais compter les lecteurs francophones. »

Japan Expo 2017 : Un million de téléchargements pour Delitoon
Didier Borg de Delitoon : un million de téléchargements ! Cooool !
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Les lecteurs francophones découvrent sur Delitoon des séries venues de Corée du Sud, de Chine grâce au partenariat solide signé avec Sina Weibo (géant du microblogging en Chine) mais aussi des productions françaises comme Croquemitaines, en partenariat avec Glénat ou bien Lastman (avec Casterman). L’éditeur annonce l’arrivée au catalogue de titres japonais, d’où sa présence à la Japan !

Sur son stand, l’auteure coréenne Narae Lee, à qui l’on doit les deux saisons d’Honey Blood, sera présente ce week-end sur le stand.

DP

[1Ancien éditeur du label Kster chez Casterman. C’est lui qui a "découvert" la série Lastman et Bastien Vivès.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?