Jean Dujardin : Après OSS 117, c’est au tour de Lucky Luke

12 avril 2009 2 commentaires Actualité
🛒 Acheter

Dujardin confirme que le tournage de Lucky Luke par James Huth (Brice de Nice) en Argentine est en post-production : « On a tourné en Argentine, explique-t-il au Journal du Dimanche, ce sera presque plus proche de l’esprit de John Huston que de la BD de Morris. Le scénario met en lumière un Lucky Luke abandonné un instant par sa bonne étoile et en plein conflit intérieur. J’ai tâché de jouer le personnage très romantique, très premier degré… Sylvie Testud joue Calamity Jane, Michaël Youn est Billy The Kid, mais il y a aussi Daniel Prévost, Jean-François Balmer, Melvil Poupaud… »

Après le Lucky Luke de Philippe Candeloro et celui de Laurent Gerra, on est blindés, non ?

DP

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Lucky Luke revient à Daisy Town, la ville où il a grandi... On dit qu’il va être confronté à l’assassin de ses parents... On dit qu’il devient amoureux... Qu’il va déjouer un complot de grande envergure...

    Si les rumeurs se précisent concernant le film, il va falloir épaissir un peu le blindage quand même.

    J’aimerais bien relire "Lucky Luke contre Joss Jamon", juste pour me souvenir qu’il n’y a pas besoin de sortir Huston, le big complot, le doute du héros et une tartine de background pour imaginer un Lucky Luke plongé dans un univers vraiment hostile avec une belle brochette de pourris, tout en restant drôle.

    Enfin, tant qu’ils ne nous sortent pas qu’il a un gamin caché depuis des années... (croisons les doigts)

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pirlouit (le gentil troll qui n’aime pas la censure du politiquement (...) le 15 avril 2009 à  22:00 :

      Vu OSS 117 au ciné ce soir. C’est plutôt sympa, la série B de roman d’espionnage est caricaturée dans ses aspects désuiets (OSS(ex) macho plein de préjugés, ultra-nationaliste et imbu de lui-même). Par moment, j’ai cru entendre des dialogues signées Chaland ou Yann, même s’il n’y a aucune référence à la BD dans ce film.

      Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD