Katz : pour éviter le procès, l’éditeur belge alternatif La 5e couche va signer un protocole accord avec Flammarion

5 mars 2012 7 commentaires

On l’apprend par le quotidien belge Le Soir, l’éditeur alternatif La 5e Couche qui s’était présenté comme le "représentant" de l’auteur anonyme de Katz, le détournement du célèbre Maus d’Art Spiegelman dont nous vous avons déjà parlé dans un article et dans un entretien, s’est fait assigner ce lundi par l’éditeur parisien pour "contrefaçon".

De fait, même s’il ne se déclarait pas l’éditeur de cet ouvrage, c’est son ISBN qui figurait sur les codes-barres de l’ouvrage et c’est son distributeur qui en assurait la diffusion...

Mais, alertée, la société Flammarion éditrice de Spiegelman, a fait diligence : elle a saisi le Tribunal de Grande Instance de Bruxelles, exigeant des dommages et intérêts de 10 000 euros, sans compter les dépens.

La petite entreprise alternative belge n’a évidemment pas les moyens de payer le moindre kopek pour contrer cette vigoureuse offensive contre un geste éditorial conçu davantage comme un happening que comme une opération commerciale.

Elle a donc cherché la conciliation et s’apprête à accepter un protocole d’accord dans lequel elle accepte de détruire les 800 exemplaires qu’elle aurait en stock de même que tous les fichiers numériques qui ont servi à leur impression.

Même si cette dernière mesure est irréaliste -un tel fichier tient dans une clé USB et l’éditeur ne peut garantir Flammarion contre les copies qui ont été faites avant ce protocole- La 5e Couche clôt là un "geste" éditorial et artistique qui aurait pu lui coûter bien plus cher car les ayants-droits ne pouvaient laisser la voie ouverte à ce qui constitue malgré tout à une atteinte au droit d’auteur et à l’intégrité de l’œuvre.

DP

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • Mais quelle tartufferie ! Faut-il vraiment faire de la publicité à cette idée médiocre ?

    Répondre à ce message

  • Il a beaucoup de gens contre lui Löwenthal, depuis longtemps. Je ne comprends toujours pas pourquoi. Il fait pourtant un travail important pour rendre "digne" la bande dessinée en Belgique, au lieu des tartufferies commerciales, justement.

    La bande dessinée est un monde où règne le vulgaire. Löwenthal ne l’est pas.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 6 mars 2012 à  17:03 :

      Qu’il assume son bouquin pour commencer.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Mael R. le 7 mars 2012 à  10:08 :

      Lowenthal a publié de beaux livres, il en a aussi publié de très mauvais (à mes yeux, pas au siens je suppose) c’est son rôle d’éditeur. C’est aussi un très bon dessinateur.

      Je ne le connais pas personnellement même si le peu de fois où j’ai pu l’écouter on le voir il m’a paru très prétentieux et désagréable, ce n’est peut-être qu’un jugement hâtif.

      Mais quoiqu’il en soit Katz c’est vraiment le degré zéro de la réflexion sur la Shoa, ne tient pas la route une seconde en tant qu’objet philosophique ou historique, en plus d’être mal fait et allant totalement à l’encontre du droit d’auteur. C’est un gros gag bien gras, qui aurait été tout à fait à sa place pendant quelques pages sur un blog, certainement pas dans un livre diffusé.

      Ce n’est pas être l’ennemi de Lowenthal que de la dire, ç’aurait été Sfar, Menu, Lars Von Trier, François Hollande ou Merleau-Ponty ça n’aurait rien changé à la nullité profonde de l’entreprise (nullité de fond comme de forme).

      Répondre à ce message

      • Répondu par Tatoo le 7 mars 2012 à  14:04 :

        Nul ou pas, (pour moi il serait plutôt opportuniste en plus ce livre) il n’empêche
        qu’il semble y avoir de plus en plus d’agressions contre le droit d’auteur et les oeuvres ces temps-ci. Si c’est une dérive ou réponse ou conséquence à la "crise" plus ou moins voilée qui agite la Bd, il me semble que ça devient très nauséabond tous ces agissements.

        Répondre à ce message

    • Répondu le 7 mars 2012 à  14:10 :

      Une atteinte pareille à une oeuvre et au droit de son auteur, ce n’est pas " non vulgaire " , comme vous dites , mais c’est carrément malhonnête et hors la loi !

      Répondre à ce message

  • geste éditorial conçu davantage comme un happening que comme une opération commerciale.

    Peut être, mais ... contrefaçon pratiquement assurée devant un tribunal !
    Löwenthal - je ne sais s’il a beaucoup d’ennemis ou pas comme dit dans le post çi-dessus - mais qu’a t il été faire dans cette galère ?

    Répondre à ce message