« L’affaire Tintin au Congo » en passe de rebondir devant les tribunaux français.

1er septembre 2009 9 commentaires

On se souvient de « l’affaire Tintin au Congo » qui avait ébranlé la Belgique durant l’été 2007. Un étudiant congolais, Bienvenu Mbutu Mondondo, avait accusé la bande dessinée d’Hergé de racisme. Nous avions recueillis ses motivations dans nos pages. L’enquête belge, qui visait le caractère raciste d’une œuvre réalisée au début des années 1930, patine depuis lors, le plaignant ne s’étant plus présenté à l’audience.

Interrogé par nos soins, M. Mbutu Mondondo expliquait que sa requête auprès de la justice belge se basait sur la Loi du 30 juillet 1981 qui prohibe les propos racistes ou les atteintes portées à une frange de la population, on se réfère à l’article 444 du Code pénal. Cet article concerne l’atteinte à l’honneur des personnes. Cet album est diffamatoire, d’autant plus qu’il n’y a pas de bande dessinée aussi célèbre que Tintin au Congo ». Il poursuivait : « Si l’on fait le lien avec l’article 448 qui englobe tout cela, on peut faire interdire cette bande dessinée. »

Las d’attendre une décision des tribunaux belges, M. Mbutu Mondondo a décidé de porter l’affaire devant la justice française. Il a demandé à Maître Gilbert Collard et à Maître Jean-Claude Ndjakanyi d’examiner les voies légales pour introduire une plainte en France.

En octobre 2007, l’éditeur américain Little Brown renonçait à en publier la traduction américaine suite à une campagne de lecteurs qui en découvraient le contenu « raciste » et « colonialiste ». Peu de temps auparavant, l’éditeur sud-africain Human & Rouss renonçait à publier cet ouvrage en afrikaans.

Moulinsart, le gestionnaire de l’œuvre d’Hergé, a toujours insisté qu’il fallait se placer dans le contexte historique de l’époque de la création, le Congo étant alors une colonie belge.

Le plaignant réussira-t-il son coup cette fois, ou sera-t-il contraint de dire "Caramba, encore raté !". C’est aux juges français de le dire...

NA

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
9 Messages :
  • Bien écrit et jolie conclusion :)

    Luc

    Répondre à ce message

  • "Moulinsart, le gestionnaire de l’œuvre d’Hergé, a toujours insisté qu’il fallait se placer dans le contexte historique de l’époque de la création, le Congo étant alors une colonie belge."

    Raison de plus pour ajouter une introduction à cet album ouvertement raciste. Une introduction qui expliquerait que dans les années 30 il était tout à fait de bon goût d’être raciste.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 2 septembre 2009 à  14:21 :

      dans les années 30 il était tout à fait de bon goût d’être raciste

      Mais c’est tout à fait faux, c’est faire du révisionnisme que de dire ça, histoire de dédouaner ceux qui étaient racistes. L’antiracisme et les ligues de droits de l’homme existaient déja.

      Répondre à ce message

  • Hi hi hi ! Il remet cela ! Bien que je n’ai jamais voulu lire ce livre à mes enfants lorsqu’ils ne savaient pas lire justement parce qu’il pourrait être mal interpreté "hors contexte" (et aussi parce que je trouve cet album à c.ier, mais là c’est subjectif), il n’en reste pas moins que si il fallait faire des procès contre des films, des romans, des BD ou toute expression artistique ayant une connotation paternaliste voire raciste il y en aurait pour des siècles. Bref, aux parents de dire aux enfants le contexte de l’époque, ou de ne pas leur offrir. Aux tribunaux de décider, mais l’issue est prévisible...

    Répondre à ce message

  • Après tous ces scandales, la curiosité m’a amené à lire cet album. En effet, il est (très) raciste - mais ça je m’y attendais. Ce qui m’a surtout surpris c’est le traitement des animaux. Je ne suis pas militant écologique mais il me semble qu’il y a des scènes qui, aujourd’hui, ne passeraient pas :

    1)Afin de récupérer Milou, qui a été emmené par un gorille, Tintin fait la peau à un autre gorille et se confectionne un costume "camouflage".

    2)Tintin abat un éléphant pour avoir ses défenses ( je ne peux m’empêcher de penser au chasseur qui a tué la maman de Babar !)

    3)Tintin fait exploser un rhinocéros...c’est supposé être drôle.

    Bien sûr, j’imagine qu’il faut remettre tout ça aussi dans le "contexte de l’époque"... mais je m’étonne bien que Greenpeace ne soit pas encore mêlé de cette histoire.

    Répondre à ce message

  • Brûlons aussi les bobines de Tarzan, voire même tous les films d’antan mettant en scène des Blancs avec des peuples soumis au colonialisme.
    C’est d’une débilité consternante. Jusqu’à présent, Tintin était de la Bande Dessinée. Gamin, voire ado, je ne me suis jamais posé la question du pourquoi du comment. Je lisais pour me divertir.
    Il est de bon ton pour certains, aujourd’hui, d’être propre sur soi et de nier l’Oeuvre Historique.
    Aujourd’hui, la communauté juive a été plus intelligente que ce pauvre type en quête de popularité, en s’appropriant Mein Kampf et en l’éditant.
    Demain, si nous laissons faire cela, les générations futures ne sauront pas que Tintin au Congo a existé, que la Croix gammée était l’emblème des Nazis et que M. Hulot fumait la pipe.
    Consternant !!!

    Répondre à ce message

    • Répondu le 3 septembre 2009 à  21:17 :

      Tout à fait d’accord ! D’ailleurs Tintin au Congo n’est pas raciste, tout au plus paternaliste comme l’étaient les blancs envers les noirs de l’époque dans un contexte colonialiste. Les africains intelligents ont bien ri de ces portraits simplistes. Hergé a suffisamment prouvé qu’il n’était pas raciste dans de nombreux albums et qu’il défendait les faibles.

      Répondre à ce message

  • Tintin au Congo doit être considéré comme un document historique datant de 1930.
    Une clarification de la part de l’éditeur en guise d’introduction s’impose

    Répondre à ce message