#L’album des confinés – Les carnets de guerre de Louis Barthas. 1914-1918 – Par Alan Fredman – La Découverte

8 avril 2020 0 commentaire Albums
🛒 Acheter

Tonnelier de l’Aude, Louis Barthas est mobilisé dès novembre 1914. Il revient quatre ans plus tard et remet au propre les notes prises pendant la guerre sur des cahiers d’écolier. Ceux-ci sont publiés en 1978, après sa mort (en 1952) et deviennent l’un des témoignages les plus important sur la Première guerre mondiale, un incontournable. Il faut dire qu’outre le fait d’être un texte précis, Bathas réalise aussi une réelle œuvre littéraire, avec un style clair, direct et une fluidité d’expression rare.

#L'album des confinés – Les carnets de guerre de Louis Barthas. 1914-1918 – Par Alan Fredman – La Découverte
© Fredman / La Découverte

Son ouvrage a inspiré plus d’un auteur de BD : de Tardi pour C’était la guerre des tranchées à Kris dans Notre mère la guerre, tous reconnaissent avoir puisé une inspiration et des descriptions dans ces Carnets. Il est vrai qu’en 500 pages, Louis Barthas a le temps de décrire « sa » guerre. Mais avant tout, il pose une atmosphère, il décrit un état d’esprit, celle du soldat du fond de la tranchée, qui patauge dans la boue.
On peut douter de son objectivité : syndicaliste et anti-militariste, pacifiste convaincu, il ne ménage pas sa plume pour critiquer les généraux, le commandement, les ordres idiots et les conditions de vie déplorables.

Et il y parvient admirablement bien. Car ce qui est avant tout surprenant, c’est l’aisance rédactionnelle d’un artisan de l’Aude du début du XXe siècle, son style fluide, jamais péremptoire ou outrancier dans ses descriptions. Il a écrit une réelle œuvre littéraire, peut-être un peu redondante parfois.
Il développe aussi un point de vue anti-militariste et pacifiste peu fréquent à l’époque. Lui qui se vante de n’avoir pas tiré un seul coup de feu en quatre ans (ce qui, au passage, paraît très très surprenant, surtout compte tenu de certaines situations qu’il décrit), met en avant la solidarité humaine, la fraternité au-delà des nations, l’abrutissement dans lequel l’homme est plongé mais qu’il est capable de surmonter pour retrouver son « frère humain » par-delà les tranchées.
Il est vrai que les cas de fraternisation entre soldats français et allemands ont existé, comme ce 10 décembre 1915 dans l’Artois.
La discipline historique nous pousse toutefois à prendre ce témoignage avec distance. Barthas décrit sa guerre, vue de son coin de tranchée, avec son jugement et selon le message qu’il veut faire passer dans ces carnets. Car, à n’en pas douter, il veut transmettre un message d’humanité et d’universalité du genre humain, au-delà de la brutalité de la guerre et de la bêtise des généraux.

© Fredman / La Découverte

Il nous livre donc un récit précieux, unique, et les historiens actuels, qui en reconnaissent la valeur, ne s’y sont pas trompés. Ils s’agit aussi d’une source à confronter avec d’autres témoignages, des films, des documents d’archives. C’est en croisant les sources que l’on peut espérer toucher la réalité historique, nous qui essayons de comprendre, à un siècle de distance, ce qui a pu pousser les hommes à l’entre-tuer pendant quatre ans mais aussi ce qui les a poussé à surmonter toutes les difficulté et ce qui peut animer la rage de vivre.

Les carnets n’avaient pas fait l’objet d’une adaptation en BD. Alan Fredman a tenté de pari et le remporte haut la main avec un ouvrage qui tient à la fois de la transcription en roman illustré et de l’adaptation. Il n’y a en effet pas de phylactères, ou très peu, et le texte de Barthas figure dans des encarts. Le dessin, avec un encrage minimaliste, est rehaussé par une magnifique mise en couleur monochrome à l’aquarelle, très efficace. Rendre toute l’atmosphère de la Grande Guerre serait une gageure mais Fredman réussi à se fondre dans le texte de Barthas, à tel point qu’on ne sait plus qui des deux, de l’écrivain ou du dessinateur, accompagne l’autre.

Une lecture indispensable pour tous les amateurs d’histoire, avec un petit ou un grand H.

La découverte du front
© Fredman / La Découverte
Obéissance ou désobéissance ?
© Fredman / La Découverte

JB

Les carnets de Louis Barthas - Par Alan Fredman - La Découverte - 278 pages couleurs - ISBN 9782707192561 - Parution en septembre 2018.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD