« La Bougie du Sapeur » reparaît

29 février 2008 4 commentaires

« La Bougie du Sapeur » ne paraît que le 29 février de l’année, soit une fois tous les quatre ans. Le premier numéro était paru le 29 février 1980.

Le périodique rend explicitement hommage à François Baptiste Ephraïm Camember, alias le Sapeur Camember, sapeur (c’est à dire soldat du génie, tout un programme…) à Besançon. Au physique, il a une longue barbe rousse à la Yvan Delporte. Il apparaît en 1890 dans une bande dessinée qui le fait naître le 29 février 1844 dans le village imaginaire de Gleux-lès-Lure (Saône Supérieure). Il ne fête donc son anniversaire que lors des années bisextiles. Camember est une espèce de Gaston Lagaffe militaire totalement inadapté à sa condition. Dans cette bande dessinée, Christophe (pseudonyme de Marie-Louis Georges Colomb, à la ville un très sérieux sous-directeur du laboratoire de botanique à la Sorbonne) utilise des dialogues savoureux dont certains ont probablement inspiré les discours de Champignac.

Dans le numéro 8 qui paraît le 29 février, comme il se doit, et qui tire à 200.000 exemplaires, le journal satirique -qui a peu à voir avec la BD originale- précise qu’il est le seul « sans interview de Nicolas Sarkozy ».

DP

Commander l’album de BD sur Internet

En kiosque à partir du 29 février 2008.

« La Bougie du Sapeur » reparaît
La Sapeur Camember de Christophe
Disponible chez Armand Colin

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Par demain vous entendez aujourd’hui ?

    Répondre à ce message

  • « La Bougie du Sapeur » reparaît
    1er mars 2008 12:49, par Patrick Gaumer

    Le prénom de Christophe ne serait pas plutôt Georges ?

    PG

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 1er mars 2008 à  13:08 :

      Mais oui, bien sûr ! J’ai fait une confusion avec son frère Eugène, dont la tradition familiale veut qu’il ait été le modèle du Sapeur. J’avais pourtant consulté l’excellente biographie de Christophe par Français Caradec, mais trop vite. J’aurais du consulter le Larousse de la BD !

      C’est corrigé. Merci.

      Répondre à ce message

  • « La Bougie du Sapeur » reparaît
    2 mars 2008 19:55, par Gilles Ciment

    Pour la petite histoire, Georges Colomb fut d’abord professeur de sciences naturelles (biologie) au lycée Condorcet de Paris, l’un des rares enseignants à bien noter le jeune Marcel Proust.

    « Quand les bornes sont passées il n’y a plus de limites. »

    Répondre à ce message