La Cité Internationale de l’Image répond à Philippe Druillet

23 novembre 2009 4 commentaires

Nous vous avons relaté le « coup de gueule » de Philippe Druillet dans Charlie Hebdo la semaine dernière. Sur son site, la Cité réplique à Philippe Druillet en listant les actions que mènent, tout au long de l’année, les 54 permanents de l’institution, « dont 9 femmes de ménage » :

La Cité Internationale de l'Image répond à Philippe Druillet un musée de la bande dessinée, labellisé « musée de France », riche de 8000 planches originales, qui a ouvert en juin dernier, salué par une presse unanime et un public nombreux (accueilli à l’entrée par une de vos toiles) et qui vient encore récemment d’acheter une de vos planches au prix du marché.

- une bibliothèque patrimoniale, pôle associé de la Bibliothèque nationale de France, qui reçoit le dépôt légal de la bande dessinée, conserve, restaure et numérise 50 000 albums et 120 000 périodiques ;

- une bibliothèque publique spécialisée, qui propose 25 000 albums en prêt, fréquentée par la population de l’agglomération et de la région, et par l’ensemble des établissements scolaires ;

- une résidence d’artistes, la Maison des auteurs, qui accueille en permanence plus d’une vingtaine d’auteurs de bande dessinée, illustrateurs, animateurs du monde entier ;

- une librairie spécialisée, riche de 40 000 références, l’une des mieux fournies de France ;
un cinéma d’art et essai et de recherche qui programme plus de 300 films par an dans ses deux salles ;

- un service informatique et technique qui est également un centre de soutien technique multimédia pour les écoles du campus de l’image ;

- des espaces qui présentent une dizaine d’expositions par an, des rencontres professionnelles, des colloques et conférences, mais aussi des ateliers et stages pour les professionnels et le grand public ;

- des publications historiques et esthétiques, un site internet d’information et de ressources, un centre de documentation ;

- un restaurant, un centre de congrès, un espace public d’accès à Internet…

Pour conclure, la Cité rappelle qu’elle produit « l’essentiel du volet culturel du Festival de la bande dessinée.  »

Un dessin inédit de Lewis Trondheim conclut l’article, nous ne manquons pas de vous le reproduire ci-dessous.

DP

Le "Grand Prix" 2006 "corrige" le "Grand Prix" 1988
(c) Lewis Trondheim

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Remarquable réponse de la Cité Internationale de l’Image ! Merci à vous d’en avoir fait l’écho...

    Répondre à ce message

    • Répondu le 24 novembre 2009 à  15:09 :

      La Cité se suffit donc à elle-même. Nul besoin d’un Festival lointain, froid, couteux et redondant, d’autant moins si c’est la Cité qui fournit l’essentiel du "fond"...

      Répondre à ce message

  • La Cité Internationale de l’Image répond à Philippe Druillet
    25 novembre 2009 10:18, par Oncle Francois

    "salué par une presse unanime et un public nombreux (accueilli à l’entrée par une de vos toiles) et qui vient encore récemment d’acheter une de vos planches au prix du marché."

    J’ai lu l’interview de Druillet dans Charlie-hebdo. Si j’ai bien compris, il reproche à Angou d’avoir sollicité des originaux en cadeau ou à des prix bas, ce qui ne revient pas tout à fait au même. Druillet dit aussi avoir reçu un courrier où les organisateurs se félicitent d’avoir construit le marché des originaux BD, alors que pour Druillet, il s’agit d’un marché privé régi par les galeristes, commissaires-priseurs, et surtout les collectionneurs, ce qui semble évident.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Gilles Ciment le 27 novembre 2009 à  19:32 :

      Je peux vous assurer que jamais la Cité n’a envoyé un tel courrier aux auteurs : c’est une pure invention de Philippe Druillet, parmi d’autres absurdités.

      Répondre à ce message