La Cité de la BD d’Angoulême et son ancien directeur Gilles Ciment devant les tribunaux

12 septembre 2014 0 commentaire

On apprend par La Charente Libre que Gilles Ciment, ancien directeur de la Cité de la BD, viré "manu militari" par son président, le sénateur PS Michel Boutant, s’est pourvu en cassation contre une décision du Tribunal administratif qui le déboutait d’une procédure en référé contre son licenciement.

N’ayant reçu, déclare-t-il à La Charente Libre, "ni solde de tout compte, ni attestation d’employeur, ni certificat de travail, l’empêchant ainsi de s’inscrire à Pôle emploi", il en serait aujourd’hui, sans aucun revenu, à traîner son ancien employeur devant les tribunaux.

Son contrat s’achevait le 1er novembre 2013 et n’avait pas été reconduit dans les formes, le président de la Cité cherchant à imposer un addendum tout en demandant à Gilles Ciment de continuer son mandat, Michel Boutant annonçant pourtant lui-même à La Charente Libre le 27 juillet 2013 que sa reconduction pour trois ans à dater du 1er décembre 2013 avait été prise "à une très large majorité" des treize membres du Conseil d’Administration, soulignant que "son bilan [plaidait] en sa faveur malgré des contraintes budgétaires serrées".

Mais finalement, après que Gilles Ciment a été contraint à un arrêt-maladie en plein festival d’Angoulême, laissant gérer le contentieux entre la Cité et le FIBD par d’autres, les relations se sont envenimées entre Michel Boutant et son directeur général, aboutissant à l’éviction de ce dernier.

Le contentieux entre maintenant dans sa phase judiciaire, une réunion de conciliation devant avoir lieu le 17 septembre 2014.

Nous allons voir maintenant, alors que se prépare la nouvelle édition du Festival pour janvier prochain et qu’entretemps un nouveau magistrat s’est installé dans le fauteuil du maire, le jeune UMP Xavier Bonnefont, si c’était bien M. Gilles Ciment le problème dans les relations détestables qu’entretenaient le FIBD et la Cité. Son nouvel adjoint à la culture, Samuel Cazenave, bien connu des Angoumoisins, ne découvre en tout cas pas le dossier, comme nous avions pu vous le rapporter en janvier dernier.

DP

La Cité de la BD d'Angoulême et son ancien directeur Gilles Ciment devant les tribunaux
Francis Groux, fondateur du Festival International de la BD, et Gilles Ciment en novembre 2013.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Voir en ligne : L’article de La Charente Libre

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?