La Maison de la BD de Blois célèbre son premier anniversaire en exposant Rahan

13 février 2016 3 commentaires

La maison de la BD vient tout juste de fêter son premier anniversaire. Afin de célébrer dignement l’événement, l’équipe de BD Boum a choisi d’inviter André Chéret à parrainer une grande et belle exposition consacrée à son personnage le plus célèbre, Rahan.

Scénarisée par Roger Lecureux cette série a connu un extraordinaire succès dès sa première apparition dans les pages du mythique Pif Gadget, en mars 1969. Aujourd’hui encore, André Chéret ne cesse de faire vivre des aventures trépidantes à ce Tarzan de la préhistoire, plutôt beau gosse et porteur de valeurs humanistes et positives dans un univers qui en était fort dépourvu. Jean -François Lecureux, le fils de Roger décédé en 1999 a repris les rênes du scénario pour les nouvelles aventures de Rahan tandis que Chantal Chéret se charge de la mise en couleurs.

La Maison de la BD de Blois célèbre son premier anniversaire en exposant Rahan
Bruno Genini, directeur de la Maison de la BD, Marc Gricourt, maire de Blois, Jean-Pierre Baron, président de bd BOUM et « les parents de Rahan » : André et Chantal Chéret et Jean-François Lecureux.

Au risque parfois de prendre quelques distances avec la réalité, « celui qui marche debout » n’hésite pas à affronter dinosaures et grands sauriens mais aussi ses frères humains tentés par la violence et l’obscurantisme. Les valeurs défendues par ce héros à la crinière blonde retrouve paradoxalement une terrible actualité aujourd’hui, comme le soulignait Bruno Genini lors de l’inauguration de l’exposition. Des valeurs partagées et défendues avec vigueur et bonne humeur par les animateurs de bd BOUM. 

La venue du dessinateur à cette occasion n’est pas le fait du hasard. Habitant la région depuis plusieurs années, André et Chantal Chéret sont des fidèles du festival blaisois. Chéret n’a t-il pas été un des premiers à signer l’affiche de BD Boum, il y a plus de 30 ans ?

Dès la seconde édition de bd BOUM en 1985, Rahan était déjà à l’affiche !

Lieu d’exposition, de formation et de ressources, la Maison de la Bande Dessinée a déjà manifestement bien rempli son contrat. Qu’il s’agisse de la fréquentation (accès et visites y sont gratuits !), de l’accueil non seulement du public scolaire ou d’auteurs en résidence tout au long de l’année, ce pôle ressource en de bande dessinée soutenu par la Ville de Blois et la Région Centre tient largement ses promesses.

Ainsi l’année 2015 a permis d’accueillir plus de 17 000 visiteurs et environs 1800 scolaires.Cette première année a également consacré de belles expositions à de grands auteurs d’Annie Goetzinger à Étienne Davodeau, Jacques Lob ou Derib pour n’en citer que quelques-uns. Des rencontres mensuelles ont permis d’accueillir aussi bien des créateurs comme Edmond Baudoin ou le dessinateur Neyestani, voire de privilégier des approches thématiques autour de la BD chinoise, le Manga ou l’Oubapo.

Chantal et André Chéret étaient les invités d’honneur de Bruno Genini.

Point d’ancrage de l’association bd BOUM, et d’un festival plus que trentenaire, la Maison de la BD de Blois semble bien partie pour s’inscrire durablement dans le paysage culturel local et national.

Bon anniversaire et longue vie à la Maison de la BD !

PG

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Qu’elle est belle cette affiche,évocatrice, vivante, quel talent ! Du chéret des années 80, où on perçoit, déjà ,celui qu’il deviendra les décennies suivantes jusqu’à aujourd’hui ; plus schématique, forcé par les contraintes éditoriales qui l’on conduit, alors, à produire à une cadence forcenée. Mais il y a encore gagné malgré tout en souplesse et dynamique, voire en fluidité.
    Du Chéret tel qu’en lui même, évident au premier regard, maître encreur, dynamique même avec une scène relativement statistique, avec ses regards habités, même et surtout ceux des animaux ,captivant, avec sa gestuelle, sa gestion de l’espace,du noir et blanc ,du "gris", des textures, et de tant d’autres choses...Mais aussi ,ses réinterprétations frisant parfois le ridicule, mais on s’ en fout, comme de ses anatomies loufoques, et alors... quel talent !!
    Un Chéret au dynamisme sans équivalent dans le domaine du franco-belqe qui peut, dans ce cas précis ,regarder droit dans les yeux les plus grands maîtres du genres des comics et du manga, à l’occasion il les a même dépassé. Surtout quel narrateur, oui, quel narrateur, qu’elle invention,quelles perspectives, pour saisir la page à bras-le-corps, et le lecteur avec !Un narrateur Capable de vous faire avaler n’importe quoi, parce que Rahan c’est n’importe quoi, et vous faire dire encore ; comme il l’a fait dire à des millions de personnes, dans le monde.

    Alors ,André Chéret maestro ?

    Répondre à ce message

  • Où en est le projet de film Rahan de Christophe Gans, ça nous fera oublier le calamiteux dessin animé.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Norbert le 15 février 2016 à  18:11 :

      Je pense qu’il est préférable d’oublier aussi le film... Je ne vois pas ce que ça peut apporter de plus, à part le ridicule ?
      La BD se suffit à elle-même je crois.
      Et je précise que Rahan fait partie de mon panthéon de la BD...

      Répondre à ce message