"La Nostalgie de Dieu" primé... et critiqué

🛒 Acheter

"La Nostalgie de Dieu" primé... et critiqué
Samedi dernier, lors des quinzièmes Rendez-vous de la BD d’Amiens, était remis le Prix du Meilleur Premier Album des Lycéens Picards et ce, pour la douzième année consécutive.

12 albums étaient en compétition, 39 établissements mobilisés, et c’est avec 107 voix sur 583 votes que La nostalgie de Dieu du belge Marc Dubuisson (Diantre ! éditions) a finalement été récompensé.

Mais cela ne réjouit pas tout le monde, à commencer par des lycées privés ayant participé à l’opération. Jugez plutôt : à travers un style minimaliste, l’auteur use d’un humour plutôt corrosif, revendiquant l’héritage d’un Pierre Deprosges, et aborde à sa manière l’avortement, le pape, Adam et Eve ou encore Jeanne d’Arc.

Outre la mise à l’index de l’ouvrage par ces établissements outrés qu’il puisse obtenir autant de votes, un autre opposant s’est rapidement manifesté : Walleyrand de Saint-Just, responsable du Front National de la Somme, et il n’est pas content comme le prouvent ses propos relayés par Le Courrier Picard :

Walleyrand de Saint-Just dénonce un album « violemment anticatholique et particulièrement vulgaire sur le Pape, la Vierge, Jeanne d’Arc » Et assure que la prochaine fois, les élus du FN au conseil régional, s’opposeront au renouvellement de cette « opération nauséabonde ».

Une affaire qui prouve une nouvelle fois que le sujet de la religion reste un terrain très glissant pour certains esprits.

Il nous semble toutefois de juste de laisser le mot de la fin au principal intéressé, Marc Dubuisson, tel qu’il s’est exprimé via le blog des éditions Diantre !.

« L’initiative de l’association On a marché sur la bulle, par l’intermédiaire de ce prix, est une entreprise formidable qui permet d’initier à la lecture, et plus précisément la lecture de la bande dessinée, des jeunes de milieux ayant peu accès à la culture, dans une région possédant un des plus forts taux d’illettrisme de France. »

BG

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • Walleyrand de Saint-Just dénonce un album « violemment anticatholique et particulièrement vulgaire sur le Pape, la Vierge, Jeanne d’Arc » Et assure que la prochaine fois, les élus du FN au conseil régional, s’opposeront au renouvellement de cette « opération nauséabonde ».

    C’est de bonne guerre, comme il est à espérer que la prochaine fois les électeurs de la Somme seront un peu plus éclairés et nous éviterons les vaines diatribes d’un élu frileux... et chatouilleux. Nauséabond, on est bien là dans la diarrhée verbale populiste. Je me demande quand les gens découvriront enfin le pathétique latent de ces défenseurs du "vrai bon goût" derrière leurs manipulations sémantiques pleines d’emphase, qui cachent bien mal une panique un manque de controle total de la situation. Walleyrand etc..., en est un des "fins" spécimen.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Beatriz Capio le 10 juin 2010 à  13:36 :

      Tout le monde en politique trouve nauséabond quelqu’un ou quelque chose à un moment ou à un autre, de la même manière qu’on a des "relents". On n’est plus fasciste, raciste ou antisémite, on est nauséabond, on sent le pâté.

      Pour le coup, c’est habile de sa part de vouloir jeter l’opprobre sur le livre comme s’il s’agissait d’une persécution des catholiques, en faisant un parallèle opportuniste avec la "persécution" des musulmans caricaturés...

      Répondre à ce message

      • Répondu le 10 juin 2010 à  18:43 :

        Et soyons un peu plus clairvoyant que ce Mr -ce qui ne saurait être un challenge impossible- je constate qu’il emploie "nauséabond" et je viens d’utiliser "diarrhée". Provocation sur provocation, la spirale populiste... Il m’a bien eu, pas si bête - mais pas très malin non plus heureusement !

        Répondre à ce message

  • "La Nostalgie de Dieu" primé... et critiqué
    10 juin 2010 01:24, par Rosse

    Il est bon de rappeler aussi que parallèlement au festival les organisateurs arrangent depuis des années- et à longueur d’année- des workshops sur la bd dans les hôpitaux psychiatriques, dont les travaux sont représentés dans le catalogue même du festival. Un détail, juste pour donner une idée de ce que représente Walleyrand de Saint-Just.

    Répondre à ce message

  • "La Nostalgie de Dieu" primé... et critiqué
    10 juin 2010 08:54, par Gill

    "La nostalgie de Dieu", c’est de la philosophie humoristique prenant la religion catholique pour support. C’est à mourir de rire !

    On commence par un peu de provocation facile, avec un Dieu désabusé qui parle vertement à un suicidaire en puissance, puis le sujet diverge et nos croyances fondamentales, sur les femmes, le sexe, la société, etc... sont successivement abordées. Toujours avec cette verve cynique hilarante.

    La suite ("Le complexe de Dieu") place Dieu dans un cabinet de psychanalyste. Lui qui "rassurait" le pauvre suicidé s’est fait avoir par son propre raisonnement et a besoin de faire le point... et c’est le psy qui commence à se poser des questions !

    On peut lire les premières pages de "La nostalgie de Dieu" dans le blog de l’auteur... qu’il conviendra de compléter par les 20 pages de plus du livre !

    Le tome 2 "Le complexe de Dieu" est également sorti à partir du second blog.

    Répondre à ce message

  • "La Nostalgie de Dieu" primé... et critiqué
    10 juin 2010 12:10, par Maë l R.

    "La révolution doit s’arrêter à la perfection du bonheur" disait un autre Saint-Just, et on y est pas encore je le crains. On peut donc sereinement continuer à couper quelques goupillons.

    Répondre à ce message

  • Ce qui me frappe, c’est d’abord le manque d’originalité des auteurs de BD en matière de satire religieuse. Il est de bon ton d’enfoncer des portes ouvertes et il est très rare que l’on s’attaque au fond du problème. Personne au grand personne ne prend le risque de parler de la religion ou des idéologies en générale. La raison en est simple : la plupart des auteurs sont eux-même pétris d’idées préfabriquées.

    Quand on lit "La Nostalgie de Dieu", on remarque que l’auteur se réfère plusieurs fois à Michel Onfray ou du moins, utilise la même logique (voir le passage sur les bonobos, par exemple). Onfray ressasse lui-même des idées sur la religion exprimé par d’autres bien avant lui... en faisant croire qu’il s’agit d’un discours véritablement neuf.

    S’attaquer à la religion catholique est très facile (surtout ici, en Europe) : à part 3 ou 4 excités du FN, personne ne réagira, pas de risque de "fatwas" non plus. Normal, les représentants de la religion catholique sont souvent des caricatures vivantes... nuisibles certes, mais rarement très désireuses d’en découdre.

    Comparer cette BD anecdotique aux pamphlets de Desproges me semble un peu déplacé : Desproges préférait bousculer les tabous et était un authentique iconoclaste.

    Personnellement, c’est grâce à des œuvres comme "l’institution" de Binet ou "Paracuellos" de Gimenez que je suis devenu athée. Cela me semble d’un tout autre niveau...

    Répondre à ce message

    • Répondu le 11 juin 2010 à  20:53 :

      c’est grâce à des œuvres comme "l’institution" de Binet ou "Paracuellos" de Gimenez que je suis devenu athée.

      Ah ah ! Devenir athhée par la lecture de Fluide glacial, c’était de la croyance en décalcomanie ça.

      Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD