La Vie d’Adèle, Palme d’or au festival de Cannes.

26 mai 2013 8 commentaires
La Vie d'Adèle, Palme d'or au festival de Cannes.
Bleu est une couleur chaude de Julie Maroh
Éditions Glénat

Inspiré par le roman graphique de Julie Maroh, Le Bleu est une couleur chaude (Glénat), le film d’Abdellatif Kechiche (La Graine et le Mulet, L’Esquive, ...) a reçu la plus haute distinction du festival de Cannes des mains de Uma Thurman et de Steven Spielberg, président du jury de cette 66e édition.

Avec dans les deux rôles féminins, Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos, le film raconte l’histoire d’une lycéenne qui rencontre une jeune étudiante aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir le désir et lui permettra de s’affirmer en tant que femme et adulte.

À voir en salle à partir du 9 octobre 2013.

Voir un extrait du film

VG

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • Et à aucun moment pendant ou dans les interviews suivant la cérémonie il n’a été fait référence à la bande dessinée et Julie Maroh n’a jamais été citée. Si ça avait été tiré d’un roman on l’aurait surement cité, la bande dessinée reste mal aimée, trop vulgaire pour l’intelligentia...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Dominique Petitfaux le 27 mai 2013 à  15:23 :

      Effectivement, et si ce film avait été adapté d’un roman récent l’auteur aurait été invité à Cannes. Lors de la remise du prix, quelqu’un, et en premier lieu le réalisateur, aurait pu - aurait dû - mentionner l’album de Julie Maroh.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Frencho-ID le 27 mai 2013 à  19:15 :

      Eh si, sur France Culture, ç’a été dit, très tôt après l’annonce et dès ce matin encore. Je me demande ce que le professeur Choron aurait dit de « ceux qui n’écoutent pas France Culture »... ;-)

      Répondre à ce message

      • Répondu par Dominique Petitfaux le 27 mai 2013 à  19:57 :

        Oui, cela a été dit par de nombreux journalistes (de France Culture au "Parisien"), mais cela aurait mérité d’être précisé sur la scène du Palais des Festivals, au moment même de la remise du prix, et de préférence par le réalisateur : il n’aurait été que normal (et honnête) qu’il mentionne que son film est l’adaptation de la bande dessinée de Julie Maroh.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Frencho-ID le 28 mai 2013 à  06:36 :

          On peut penser que le fait d’avoir acquis les droits l’en dédouane. Ceux qui ont fait le dernier Stallone d’après la série de Matz et Wilson ont-ils pris soin de s’en réclamer ? J’en doute, et les exemples abondent sûrement si on cherche...

          Répondre à ce message

    • Répondu le 27 mai 2013 à  20:50 :

      Dans Entrée libre sur France 5, il cite la BD, l’auteure et montre même la couv du livre.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Vincent GAUTHIER le 27 mai 2013 à  20:54 :

      La réaction de Julie Maroh à la Palme et au reste :
      http://www.juliemaroh.com/2013/05/27/le-bleu-dadele/

      Répondre à ce message

      • Répondu par Dominique Petitfaux le 28 mai 2013 à  11:16 :

        Merci à Vincent Gauthier pour ce lien passionnant.

        Répondre à ce message