La bande dessinée : quelle lecture quelle culture ?

17 février 2015 4 commentaires

"La bande dessinée ne constitue-t-elle pas une véritable énigme ?" demande -t-on en préambule de cet étude très instructive chapeautée par Benoît Berthou, fondateur de la revue Comicalités qui mène des recherches sur la place et le devenir du dessin au sein des industries culturelles.

L’énoncé des éditions Open Edition Books poursuit : "Longtemps considérée comme un « art populaire », elle s’est imposée auprès de nouveaux publics à travers des formes et des genres issus de la littérature ou de l’essai."

Grâce à l’album et à sa présence en librairie, sa popularité a cru à travers d’autres formats et une ouverture culturelle qui fait figure d’exception au sein du monde du livre.

Rédigée par des spécialistes des pratiques culturelles, cette étude permet de cerner la place qu’occuperait la bande dessinée au sein de notre culture et montrer en quoi elle éclaire d’un jour nouveau notre paysage médiatique contemporain.

Désormais pour être à la hauteur du sérieux de ces enseignements, chacun est prié de ne plus dire qu’il lit des "petits Mickeys" ou de la "bédé" mais bien de la Bande Dessinée (avec majuscules appropriées).

PA

Voir en ligne : Open Edition Books

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • La bande dessinée : quelle lecture quelle culture ?
    17 février 2015 13:42, par Gerald Auclin

    De la "Bande dessinée" sans majuscule à l’adjectif (qui suit le nom) pour respecter les règles de typographie. Ce que fait cet ouvrage d’ailleurs visiblement vu la couverture.

    Répondre à ce message

  • La bande dessinée : quelle lecture quelle culture ?
    17 février 2015 14:19, par Bulgour

    Désormais pour être à la hauteur du sérieux de ces enseignements, chacun est prié de ne plus dire qu’il lit des "petits Mickeys" ou de la "bédé" mais bien de la Bande Dessinée (avec majuscules appropriées).

    Non, Bande Dessinée (même avec majuscules appropriées)ça reste infantile, il faut mieux dire Roman graphique, Littérature en cases ou Narration graphique séquentielle.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle François le 18 février 2015 à  11:32 :

      Exact, chers amis, parler de "Narration graphique séquentielle" dans les salons parisiens permet de briller en société. Cette expression prouve que vous avez du recul et de la culture (désolé si le mot cul revient deux fois dans cette phrase. Maintenant si vous avez peur d’impressionner votre auditoire (robes de soirées et smoking, champagne !), vous pouvez utiliser l’excellente expression "Littérature en cases", plus adaptée et moins connotée "universitaire transi de quarante ans, troisième cycle de lettres modernes)

      Attention toutefois à l’effet comique qui sera produit quand vous vous extasierez sur votre dernière lecture des Blondes, Titeuf ou les Bidochon !

      Répondre à ce message

      • Répondu par CQFD le 19 février 2015 à  08:33 :

        Sauf que les Blondes, Toto ou les Bidochon c’est de la bédaie, ça n’a rien à voir.

        Répondre à ce message