La bande dessinée : un marché de 240 millions d’euros

26 janvier 2004 0 commentaire

Comme chaque année, à l’occasion d’Angoulême, notre confrère Fabrice Piault se livre dans Livres Hebdo à une passionnante étude sur le marché de la bande dessinée, qui complète très utilement l’étude réalisée par Gilles Ratier.

Alors que ce dernier recense 2526 titres, Livres Hebdo annonce 1860 "nouveautés et nouvelles éditions", ce qui reste inquiétant, à la fois pour les libraires et les lecteurs, largués depuis longtemps par cette surproduction, pour les éditeurs dont les plus petits risquent de disparaître faute de visibilité derrière les ténors, et pour les journalistes chargés de suivre l’actualité, incapables désormais d’avoir une vue globale sur la production.

Mais c’est surtout l’analyse économique de Fabrice Piault qui est intéressante. Les ventes de BD auraient cru de 2% dans une année pourtant difficile, pour cause de guerre en Irak, où l’ensemble du marché du livre n’a cru que de 0.5% à 1%. L’ensemble du marché de la BD s’élèverait à 240 millions d’euros, soit un peu plus de 5% du marché du livre. Trente millions d’albums se seraient vendus en 2003, correspondant à 13400 références éditées par 102 éditeurs (contre 89 en 2002 et seulement 65 en 2000 !).

Plus des deux tiers des l’activité du secteur sont réalisées par le quatuor Dargaud/Dupuis/Glénat/Flammarion.

On lira l’analyse complète, accompagnée de tableaux, dans Livres Hebdo n°540.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?