La correspondance d’Hergé vendue 90.000 €

22 novembre 2008 3 commentaires Nos dossiers
🛒 Acheter

Nous vous parlions la semaine dernière, des documents de Hergé, qui avait mis en vente vendredi dernier chez Artcurial. On y retrouvait des photos, quelques dessins, mais surtout 136 lettres échangées entre Hergé, Germaine Remi (sa première épouse), Edgar P. Jacobs et Evany. Hergé parlait de lui-même dans ces lettres, sans aucun artifice. Elles permettent, aujourd’hui, de mieux comprendre sa personnalité et ses sentiments.

Ce lot a été adjugé 90.000 €. On ignore le nom de l’acheteur. Mais les Studios Hergé et la Fondation Hergé ont clairement fait savoir qu’ils n’étaient pas intéressés par ces documents. On ne peut qu’espérer qu’ils ne soient pas dispersés et que l’acheteur permettra aux historiens de les consulter.

NA

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • La correspondance d’Hergé vendue 90.000 €
    24 novembre 2008 21:11, par Jean-Paul Gabilliet

    Que la Fondation Hergé ne soit pas intéressée par ces archives en dit beaucoup sur ceux qui la dirigent...
    Qu’un établissement qui se résume à une pompe à argent essorant par tous les moyens l’oeuvre d’un artiste défunt tout en n’ayant que faire de la mémoire de celui-ci s’intitule "fondation" serait du plus haut comique dans un livre ou un film... Hélas c’est la triste réalité ! Et Monsieur Nick R. est, lui, toujours bien vivant. Aux Etats-Unis, les archives des grands comic strip artists sont acquises par des universités ! Espérons que l’acheteur mystère de cette correspondance sera plus éclairé que Monsieur R.

    Répondre à ce message

    • Répondu par François Pincemi le 24 novembre 2008 à  22:54 :

      donc je suis volontaire pour compulser ces précieuses archives et en faire un compte-rendu précis sur actua-BD si le généreux mécène m’en donne l’autorisation.
      Bien cordialement

      Répondre à ce message

    • Répondu par Flocon le 25 novembre 2008 à  12:21 :

      Hum, n’éxagérons rien.
      Hergé , l’artiste et Georges Remi le personnage privé sont deux facettes différentes du même personnage et je comprends que Moulinsart n’ait pas voulu s’encombrer de paperrasses inutiles.
      Une correspondance privée n’a rien à voir avec une oeuvre , un travail de professionnel.
      De plus madame Rodwell n’a aucune raison de s’encombrer avec cette correspondance entre Hergé et sa défunte épouse ou des dessinateurs qu’elle ne connaissait à peine.
      Enfin, vendre une correspondance privée me semble indiscret.
      GR junior ait préféré vendre sa littérature hergéenne pour 90.000€ plutôt que de la foutre à la poubelle et se faire quelques bénéfices pour ses vieux jours sur le dos de quelques tintinophiles est un choix sur lequel je trouve qu’il a bien raison.
      Après tout qui se fait âne n’a pas à braire des charges qu’on lui met sur le dos.

      Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD