La fermeture de Megaupload est une bonne nouvelle pour les auteurs et les éditeurs de BD

20 janvier 2012 82 commentaires

Le coup du FBI pour faire fermer le site Megaupload, même s’il ne s’avèrera, à terme, qu’un coup d’épée dans l’eau, est une bonne nouvelle pour la bande dessinée sur support numérique.

Cette plateforme permettait en effet un grand nombre de piratages, comme en témoigne cette capture d’écran.

Cela dit, il est clair que la première cause de ces piratages est l’absence d’une offre éditoriale vraiment attractive et adaptée.

DP

La fermeture de Megaupload est une bonne nouvelle pour les auteurs et les éditeurs de BD

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
82 Messages :
  • une bonne nouvelle ?
    quand on a fermé megaupload, je n’ai rien dit, rien fait.
    quand on a censuré et surveillé facebook,collecté et formaté des données,je n’ai rien fait.
    quand on a supprimé wikipedia, je n’ai rien fait, je n’étais pas concerné.
    quand on a supprimé deezer et toutes les plateformes, je n’ai rien fait.
    quand on m’a obligé à acheter un produit dont je ne voulais pas avec un choix restreint et de l’hypnose publicitaire, je n’ai rien fait.

    Et quand je suis devenu inutile par manque d’argent et qu’on m’a mis dans un camp de travail, il n’y avait plus personne pour me sortir de là.

    megaupload n’est ni le problème ni la solution, d’autant qu’il sera réouvert et qu’il y en a mille autre.Megaupload est un prétexte, un bouc émissaire à censurer et contrôler, dont la logique finale rappelera les heures les plus sombres. On n’arrête pas l’histoire, sous peine de disparaitre, rien n’arrêtera le partage et la diversité.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 20 janvier 2012 à  16:41 :

      Partager, c’est donner une partie de ce que l’on possède. Dans le système de téléchargement il n’y a aucun partage puisqu’on ne se désaisit de rien.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 24 janvier 2012 à  14:23 :

        Toute oeuvre intellectuelle a un auteur qui est le seul juge de sa diffusion pendant un temps donné.
        Pendant cette période, toute copie, toute publication sans le consentement de l’auteur est interdite.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 25 janvier 2012 à  02:06 :

          C’est bien ce que je dis. Je m’irrite juste du mot "partage" brandit par des gens qui ne sont en fait que des voleurs. Moi aussi, quand j’étais ado, j’ai volé des bouquins dans des librairies parce que je n’avais pas un rond, mais moi j’assume le fait que j’ai été un voleur et avec le recul j’en tire plutôt une certaine honte.

          Répondre à ce message

    • Répondu le 20 janvier 2012 à  16:52 :

      Une bonne nouvelle ?! La bande dessinée est un travail long et solitaire. Ecouter de la musique est un bon moyen d’éviter la lassitude en dessinant. Mais le dessinateur de bd est généralement pauvre, et ne peut s’acheter des cds très souvent. Megaupload & co étaient des moyens de palier à ça, donc non, ce n’est pas une bonne nouvelle pour les auteurs.

      Répondre à ce message

      • Répondu par mmarvinbear le 21 janvier 2012 à  14:05 :

        Et la radio ?

        Arrêtez avec votre misérabilisme à deux sous ! S’il télécharge, c’est qu’il a le Net, s’il a le net, c’est qu’il peut capter les radios du monde entier et ne pas avoir à subir les NRJ et autres Skyrockeries actuelles...

        Répondre à ce message

        • Répondu par briareos le 23 janvier 2012 à  00:16 :

          et la radio ? celle avec une pub pour intermarché et Carrefour toutes les 3 mn ?

          un auteur de BD, c’est un an pour faire un album... et on est payé des clopinettes, même les meilleurs... les artiste musicaux passent parfois une semaine pour enregistrer et il peuvent espèrer des millions... avec ou sans mega upload, la rémunération n’est pas en lien réel avec le talent et le travail... méga upload n’est vraiment pas le probléme principal des auteurs de BD.

          Répondre à ce message

          • Répondu par mmarvinbear le 23 janvier 2012 à  16:20 :

            Bien sûr que si.

            S’ils sont déjà peu rémunérés, ils le seront encore moins avec le piratage...

            ( faut tout leur expliquer parfois...)

            Répondre à ce message

        • Répondu le 24 janvier 2012 à  14:46 :

          La radio, je ne la souhaite à personne. A part quelques émissions sur des antennes associatives c’est plus une purge qu’autre chose. Et musicalement il y a des années que la radio a abdiqué toute curiosité. Ou alors vous faisiez de l’ironie ?

          Evidemment qu’ils ont le Net. Comment scanner ses planches, les envoyer, faire ses couleurs ? Plus aucun éditeur n’accepte de tirer des bleus, soit-disant trop cher. L’ordi, c’est devenu un impératif pour le dessinateur, un investissement.

          Du "misérabilisme à deux sous", ha ha ; deux sous c’est effectivement à peu près ce avec quoi vivent bien des auteurs. C’est effarant comme vous êtes déconnectés de la réalité, comme vous semblez ignorer la situation des professionnels du dessin aujourd’hui. Ca doit être rassurant de se leurrer ainsi, déculpabilisant.

          Ceci dit moi je ne l’ai pas, le Net. ("Mensonge ! Comment écrivez-vous vos commentaires alors ?")

          Répondre à ce message

      • Répondu le 24 janvier 2012 à  14:22 :

        imagine que tu veuilles commercialiser toi-même tes BD en téléchargement directe. et bien tu ne peux pas , parce megaupload l’a déjà fait et donc tu ne vendras plus rien.

        Répondre à ce message

    • Répondu par Dol le 21 janvier 2012 à  09:48 :

      Hé oui, nous vivons dans une dictature, big brother..... D’ailleurs, j’entends les bruits de bottes qui se rapprochent.
      Et tout ces salauds d’artistes qui voudraient être payés pour le travail qu’ils font ! Ou est ce que l’on va ma bonne dame !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Tipsy le 21 janvier 2012 à  12:05 :

        "ces salauds d’artistes" t’as vraiment rien compris toi. Tu es triste parce que tu ne pourras pas regarder ton petit film téléchargé, quand des milliers d’artistes fabriquant de belles choses galerent de plus en plus pour se faire des ronds (parce que artiste c pas être Kanye West).
        Et idem pour tous les métiers qui triment dépendent de cette industrie, certes véreuse, mais qui fait du bien. Alors je suis pas pour SOPA, mais oui, je pense qu’il faut contrôler le téléchargement illégal. Et arrêtez de parler de dictatures, allez en parler aux birmans et aux nord coréens ils vont rigoler.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Dol le 21 janvier 2012 à  15:08 :

          Heuuu, je crois qu’il y a une" petite" incompréhension. C’était du 2 ème degré pour me moquer de ceux qui trouve justement normal de télécharger illégalement, qui trouvent normal que certains (les artistes) travaillent sans être payé. Pour ceux qui trouve normal de voler ce dont ils n’ont pas à disposition ou ce qu’ils ne peuvent se payer. Et mes propos ne sont certainement pas de vouloir comparer l’arrêt du téléchargement illégal et une dictature, mais justement je tombe toujours de ma chaise quand je lis ou j’entends quelqu’un comparer l’interdiction du piratage informatique à une pratique d’un état policier. Désolé de m’être mal exprimé, c’est les limites d’un débat par blog interposé.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Tipsy le 21 janvier 2012 à  18:49 :

            Alors notre pensée se rapproche, désole pour cette incompréhension je passe pour un idiot ...
            Bref, j’espere que les artistes et les nombreux intermittents du spectacle pourront un jour ne plus être soumis aux crises dues au téléchargement illégal massif..

            Répondre à ce message

            • Répondu par Dol le 21 janvier 2012 à  21:10 :

              Pas de soucis. Mais quand je tous lis les commentaires, je crois hélas que ce n’est pas gagné....

              Répondre à ce message

              • Répondu par Tipsy le 22 janvier 2012 à  18:24 :

                En effet. Ca me rend fou de voir tous ces individus non concernes par le milieu artistique (je suis étudiant en jazz et c’est d’autant plus difficile) et qui pensent pouvoir encore profiter indéfiniment de notre travail sans verser un seul sou, pareil pour le cinéma. On s’est tous bien bourrés de disques durs remplis de films pendant 10 ans, on en a bien profité mais je pense qu’il en est de l’egalite de tous que cela se termine. Les Anonymous, aussi légitimes et géniaux soient ils dans leur défense d’intérêts et des libertés, se trompent totalement en mettant a disposition le catalogue de Sony. C’est une attaque directe vers les artistes. C’est un scandale.
                Il faut en effet baisser le prix des disques et films, c’est certain, mais si on rendait le pain gratuit, combien de corps de métiers seraient sur la paille ?

                Répondre à ce message

                • Répondu par 7 le 23 janvier 2012 à  10:48 :

                  Vous vous rendez compte que l’argent n’a pas toujours existé, qu’il existe des formes d’échange non monétaires ? Qu’un boulanger égyptien du bas-empire ne touchait pas de salaire ? Mais que, curieusement, il existe encore des boulangers ?

                  Répondre à ce message

                  • Répondu par Dol le 23 janvier 2012 à  13:41 :

                    Je ne vois pas ou est l’échange dans le téléchargement illégal. Que reçoit le créateur en échange de son travail ? Question subsidiaire : que vient faire ce malheureux boulanger égyptien qui n’a rien demandé dans cette histoire

                    Répondre à ce message

                    • Répondu par 7 le 25 janvier 2012 à  10:50 :

                      Il n’a effectivement rien demandé, c’était pour reprendre la comparaison de l’intervenant précédant ("mais si on rendait le pain gratuit, combien de corps de métiers seraient sur la paille ?").
                      Le fonds du propos n’est pas le boulanger, mais l’existence d’autres formes de rétribution du travail que monétaire. Mais si vous préférez vous focaliser sur un détail, libre à vous.
                      Idem pour Bob, qui visiblement croit que seul l’échange financier entre le boulanger et son client permet au premier de vivre. D’autres systèmes existent, par exemple, pour prendre un des plus connus, le troc. Qu’est-ce qui empêcherait un boulanger d’échanger une certaine quantité de pain avec un mécanicien auto en échange du travail que ce dernier lui a fourni ?
                      J’ajouterai que dans certaines parties de l’Europe des biens de consommation de base comme l’eau et l’électricité ont été gratuits pendant plus de 50 ans... sans que ces pays ne voient leurs "corps de métier" disparaître. (Attention, cette phrase contient une provocation)

                      Répondre à ce message

                      • Répondu par Dol le 27 janvier 2012 à  12:50 :

                        Là, je dois dire, je cherche le rapport avec le téléchargement illégal........... Et c’est quoi finalement cette histoire de rétribution autre que monétaire ? Vous proposez que les artistes ne soient pas payés en argent ? Intéressant. A chaque téléchargement illégal, l’auteur recevra une baguette de pain à retirer auprès du boulanger égyptien le plus proche ! Ah, au fait, vous accepterez vous d’aller au boulot demain sans être payé ?

                        Répondre à ce message

                  • Répondu par Bob le 24 janvier 2012 à  11:51 :

                    C’est complètement ridicule cette tirade sur les boulangers égyptiens. S’il "existe encore des boulangers" c’est bien parce qu’ils font payer à leurs clients le pain qu’ils fabriquent. Si les clients venaient se servir gratuitement dans les boulangeries, les boulangers ne feraient pas long feu.

                    Répondre à ce message

            • Répondu par jeanetdentelles le 18 février 2012 à  20:24 :

              Sans vouloir faire de mauvais esprit la crise des intermittents du spectacle n est pas du au telechargement pirate. J ai une amie intermittente, ça fait 30 ans qu elle est mal payee, qu elle rame. Cela est du au fait qu ils n ont pas de statuts specifiques comme un employe de n importe quelle entreprise. Telechargement ou pas ils seront toujours en crise. Ce sont les producteurs de film qui sont en cause ils brassent des millions ont leur nom en gros sur le petit, grand ecran ou la toile et font bosser les autres à monidre cout. Mais ils sont les boss car c est eux qui debloquent la tune.Et c est à eux que le telechargement illegal ne profite pas et ça honnetement ça m empeche pas de dormir.

              Répondre à ce message

    • Répondu par mmarvinbear le 21 janvier 2012 à  14:02 :

      Franchement, je trouve outrancier, à la limite du dégueulasse, de comparer un internaute actuel à un juif de la seconde guerre mondiale !

      Ce n’est pas en parodiant/pastichant/reprenant ce célèbre laïus que tu vas faire verser une larme au sujet du téléchargeur lamba qui ne risque pas sa vie à cliquer sur "download" !

      Un peu de respect pour les VRAIES victimes, bordel !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Ol le 21 janvier 2012 à  14:25 :

        Franchement, je trouve outrancier, à la limite du dégueulasse, de comparer un internaute actuel à un juif de la seconde guerre mondiale !

        Point Godwin pour Mr MarvinBear !

        Répondre à ce message

        • Répondu par Bob le 24 janvier 2012 à  10:48 :

          Non, le point Godwin va à Justin Moreward Haig qui fait effectivement un rapprochement ridicule et déplacé entre la montée du nazisme et la fermeture de MegaUpload.

          Il y en a qui ont vraiment l’indignation facile dès qu’on touche à leurs petites habitudes de consommation.

          Répondre à ce message

  • La fermeture de Megaupload est une bonne nouvelle pour les auteurs de BD

    N’importe quoi, très mauvaise nouvelle au contraire. En tant qu’auteur BD (donc fauché) ça me permet de regarder (écouter) des séries et des films tout en travaillant à mes pages. Les vidéoclubs n’existent plus, la plupart des films qu’on voyait d’antant à la télé sont introuvables, comment revoir Les Envahisseurs, les Compagnons de Baal ou Papa Poule sans le streaming sur internet. La culture gratuite pour tous sur Internet est dans le sens de l’histoire. Ceux qui découvrent un oeuvre gratuitement l’auraient-ils acheté sans la connaitre ? Non. Sur ceux qui la découvrent gratuitement, y’en-a-t-il qui vont l’acheter en livre, disque ou DVD/blueray ? Surement un certain petit pourcentage. Les oeuvres les plus piratées sont aussi celles qui ont le plus de succès, et qui ont donc déja rapportées beaucoup d’argent, la rançon du succès donc. C’est pas un bouquin vendu à 500 exemplaires qui va être piraté sur le net.

    Portugal de Pedrosa a été publié sur le net avant de sortir en album, il s’est très bien vendu.

    Répondre à ce message

    • Répondu par mmarvinbear le 21 janvier 2012 à  14:07 :

      Bosse donc sur tes pages au lieu de glander devant l’écran...
      (mode éditeur off)

      Les vidoéclubs ? Ils exitent toujours !

      Et franchement, si tu prends ton pied devant "papa poule", inquiète toi de tes goûts...

      Ce sont quand même les pires arguments en faveur du téléchargement illégal que j’ai jamais lu...

      Répondre à ce message

      • Répondu le 21 janvier 2012 à  14:26 :

        Les vidéoclubs ? Ils exitent toujours !

        Renseigne-toi, en 2009 il y en avait en France 20 fois moins qu’en 1999.

        Répondre à ce message

      • Répondu le 21 janvier 2012 à  14:45 :

        Ce n’est pas du telechargement, mais du Streaming, on ne telecharge rien sur son ordi.Comme quand on regarde des bandes annonces ou des clips sur Youtube.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 22 janvier 2012 à  11:56 :

          C’est faux. MegaUpload proposait des films et des séries en téléchargement intégral.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Oncle Francois le 22 janvier 2012 à  21:36 :

            absolument, j’ai essayé de m’y connecter. Il faut quand même créer un compte et donner son numéro de CB pour telecharger dans de bonnes conditions. Ce n’est pas le paradis, il ne faut pas rêver !

            Répondre à ce message

          • Répondu le 22 janvier 2012 à  22:34 :

            Vous jouez sur le mot, ce n’était pas le cas de megastream, qui a pourtant été fermé en même temps.

            Répondre à ce message

    • Répondu le 24 janvier 2012 à  14:28 :

      je peux te citer des dizaines de BD pour adultes qui sont piratés sur le net et qui sont distribués à moins de 3000 exemplaires, alors quels ont téléchargés à des dizaines de milliers ! et des douzaines de forums qui profitaient de cette aubaine grâce à megaupload.
      Etre fauché, n’est pas une escuse au piratage.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 24 janvier 2012 à  17:13 :

        je peux te citer des dizaines de BD ...distribués à moins de 3000 exemplaires, alors quels ont téléchargés à des dizaines de milliers !

        Citez les titres alors, si vous en trouvez.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 25 janvier 2012 à  10:56 :

          tout les manara, giovanna casotto, paolo serpieri, baldazzini, christian zanier, franco saudelli, pichard, mancini, rotundo, coq, fattori, georges levis, stanton , john willie, , moralli, tulli, jacobsen, liberatore, von gotha, 100 pour-cent des manga adultes, etc.
          la liste est trop longue. je ne citerais pas tous les sites illégaux qui diffusent ces BD contre paiement ou rémunération aux nombres de clic pour ne pas leur faire de la pub.

          C’est une véritable industrie parallèle.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 26 janvier 2012 à  21:58 :

            Votre histoire ne semble être qu’Italo-Italienne.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 30 janvier 2012 à  11:37 :

              les auteurs cités sont américains, anglais, italiens et français, mais le droit d’auteur de ne s’arrête pas aux frontières et a été ratifié par 164 nations dans le monde. De mémoire seules 24 ou 27 nations ne l’ont pas ratifiés... tout comme ces mêmes nations (pour la plupart ) n’ont pas ratifiées les droits de l’homme !

              Répondre à ce message

  • Ceci est d’une absurdité sans nom !!! interdire directement ou indirectement (puisque que les lois sopa et PIPA aboutiront à cela) les sites d’échange est putement et simplement débile. pour moi, utilisateur professionnel d’internet, cela équivaut à interdire les voitures au titre qu’il y a trop de morts (et quelle est la valeur d’une vie par rapport au revenue généré par une oeuvre). toute (r)évolution a son côté sombre, le commerce en libre service a rendu le vol beaucoup plus simple : 3% des marchandises d’un supermarché sera volée, pourtant on ne revient pas à l’échope d’antant !!!

    le p2p est une solution fantastique !! les éditeurs de distributions linux n’ont pas à investir dans des bandes passantes énormes pour mettre à disposition leurs distributions, ils lancent les fichiers sur le p2p et ce sont les utilisateurs qui utilisent leur espace de stockage et leur bande passante pour diffuser des produits LEGAUX.

    Cela s’appelle du cloud computing et cela a initié la prochaine révolution d’internet, savez-vous où sont stockés vos mails gmail, les contacts de votre smartphone androîd que vous synchronisez avec google, quand vous stockez vos sauvegardes sur hubic ou dropbox, savez-vous où sont vos fichiers ? non !! la prochaine évolution d’internet est directement inspirée du p2p, des bouts de donnés éparpillés on ne sais où dans le cloud.

    Une video de famille que l’on stock là et que l’on partage avec sa famille dont on a du s’éloigner, ses amis qui ont déménagés à l’autre bout du monde. (le membre de ma famille le plus proche est à 800km, et j’ai des amis à 20000km) quand je veux leurs faire voir la dernière video de ma fille je ne la mets pas sur un DVD (merde je paye des droits d’auteurs sur ce DVD alors que c’est MA video avec MA fille qui est gravée dessus) et je l’envoie pas par la poste ??? NON je fout la video sur megaupload et j’envoi un mail avec un lien à toute ma famille.

    La société nous demande d’être mobile géographiquement. Internet est LE moyen de garder le contact avec les miens. Le moyen de PARTAGER, partager avec ma famille, partager légalement les logiciels libres, les films, BD, musiques en license creative commons à mon réseau de contacts, ma famille, mes amis.

    Répondre à ce message

    • Répondu par JDV le 20 janvier 2012 à  19:14 :

      Hu hu hu !
      Bien sûr, MegaUpload était utilisé majoritairement par des bons pères de famille pour échanger des films de vacances avec leurs enfants éloignés (moi-même, j’ai pu récupéré grâce à MU les Vacances de Monsieur Hulot et Le Gendarme en vacances).

      Tout comme il est évident que youporn est un site pédagogique à usage des étudiants en gynécologie.

      Et pendant ce temps, la marmotte elle met chocolat dans le papier d’allu.

      Répondre à ce message

    • Répondu par mmarvinbear le 21 janvier 2012 à  14:09 :

      Ce n’est pas à cause des films de vacances familiaux que Megaupload a été fermé, mais à cause des centaine de milliers de fichiers illégaux qui étaient échangés, et dont l’échange était encouragé !

      Répondre à ce message

  • en réalité, MU n’est pas attaqué pour ça. MU à prevu de lancer sa "megabox", sorte de système d’achat légal de produits sous droits d’auteur où 90% des revenus sont reversés au ayant droit (auteurs). Un peut comme Itunes mais en plus général et nettement plus utilisé, donc les maisons de disques ont la trouille pour leur porte feuille.

    Le problème, c’est que ce n’est pas illégal, c’est même le futur. Alors ils sont obligés de porter plainte sous prétexte d’hébergement plus ou moins volontaire de fichier illégaux (qui n’est pas faux, mais qui n’est pas vraiment condamnable, vu qu’ils ne sont qu’un disque dur géant, comme tous les autres hébergeurs), mais faut l’attaquer pour quelque chose, et par dessus ils ont décider de rajouter le fait que comme le dirigeant de MU est un ancien pirate informatique, il est forcément mauvais.

    Mais bon, les maisons de disques auront beau se débattre comme elles peuvent, ça ne fait que retarder leur fin.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 3 février 2012 à  08:43 :

      FAUX !
      ce n’est qu’une supposition et même si cela était vrai il s’agissait d’un chantage de la part de megaupload : vous acceptez nos conditions ou on vous pirate.

      Répondre à ce message

  • La BD ne se lit pas sur un écran, mais sur du papier. Le "piratage" de BD est vraiment marginal.

    Répondre à ce message

    • Répondu par christophe le 24 janvier 2012 à  10:22 :

      Je partage cet avis également. Et ça me fait rebondir sur la BD numérique, je pense que la lecture, que se soit sur écran d’ordinateur ou tablette n’est pas encore une habitude pour l’immense majorité des lecteurs de BD.
      (Aussi, il semblerait qu’il y ait en France entre 1,5 millions et 2 millions de possesseurs de tablettes numériques.Ca reste assez faible pour "exploser" un marché)

      Répondre à ce message

    • Répondu le 24 janvier 2012 à  14:31 :

      FAUX ! plus de 100 000 téléchargement pour certains auteurs !

      Répondre à ce message

      • Répondu le 24 janvier 2012 à  17:14 :

        FAUX ! plus de 100 000 téléchargement pour certains auteurs !

        Quels auteurs ?

        Répondre à ce message

        • Répondu le 25 janvier 2012 à  18:27 :

          encore une fois :
          tout les manara, giovanna casotto, paolo serpieri, baldazzini, christian zanier, franco saudelli, pichard, mancini, rotundo, coq, fattori, georges levis, stanton , john willie, , moralli, tulli, jacobsen, liberatore, von gotha, 100 pour-cent des manga adultes, etc. la liste est trop longue. je ne citerais pas tous les sites illégaux qui diffusent ces BD contre paiement ou rémunération aux nombres de clic pour ne pas leur faire de la pub.
          C’est une véritable industrie parallèle.

          Répondre à ce message

  • "Cela dit, il est clair que la première cause de ces piratages est l’absence d’une offre éditoriale vraiment attractive et adaptée."

    ok, Didier, mais dans l’exemple que tu donnes (Ultimates 1 à 28), il s’agit d’un excellent bestseller Marvel disponible en permanence dans la bibliothèque classique papier de l’éditeur. Marvel, ses auteurs et les libraires ont besoin de clients pour continuer à favoriser la création et le développement de nouveaux projets, donc les pirates feraient mieux de mettre en ligne ce qui est tombé dans le domaine public ou introuvable en librairies normales, dans ce cas ils fourniraient un travail complémentaire à l’offre traditionnelle qui auraient une vraie utilité.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 21 janvier 2012 à  01:33 :

      les pirates feraient mieux de mettre en ligne ce qui est tombé dans le domaine public

       ??? Ce ne sont plus des pirates si c’est dans le domaine public. Ces sites existent déjà par ailleurs et sont très attentifs à ne pas présenter du matériel piraté.

      Répondre à ce message

  • Une solution : se convertir au "Kopimism" et tenter d’invoquer la persécution religieuse.
    [http://en.wikipedia.org/wiki/Missionary_Church_of_Kopimism]

    Répondre à ce message

  • La fin de megaupload ne changera rien, il y a une dizaine d’autres sites qui font pareil.
    Le vrai problème, de ce site, ce n’est pas tant le partage d’oeuvres, que l’argent que se faisaient ses propriétaires sur ce partage. La liste des biens saisit par le FBI est assez éloquent, ces gens s’étaient grassement enrichis. Sur le dos des artistes. Ce n’étaient pas des idéalistes du web, mais des marchands. Qui ont abusé des auteurs à leur profit.

    Et il y a une grosse différence entre la bd et le reste des produits téléchargés. Il n’y a aucune perte à regarder un film ou à écouter une musique téléchargée, les formats peuvent être sensiblement les mêmes. Mais pour la bd, il y a bien perte. Le format numérique est inférieur en qualité à l’objet bande dessinée lui-même, car l’objet est autant partie prenante du plaisir de lecture que le contenu. Ce qui n’est pas le cas pour un CD.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 24 janvier 2012 à  14:33 :

      FAUX ! il y a de plus en plus d’auteurs et de maison d’éditions qui ouvrent leur propres sites pour vendre eux-même leurs BD en numérique.

      Répondre à ce message

  • Le piratage des oeuvres de bande dessinée restait quelque chose d’assez peu rependu dans le panorama du partage illégal et ce pour deux raison : 1- c’est dur a dématérialise 2- c’est désagréable à lire.

    Le vrai problème des auteurs vient des maisons d’édition et de leur stratégie de dérégulation qui paupérise les auteurs. Et bizarrement, ça, c’est légal.

    Et ils doivent se réjouir les auteur ? Ouaiiiis

    Répondre à ce message

    • Répondu le 25 janvier 2012 à  18:44 :

      FAUX.
      juste un exemple : tout les comics de marvel et DC sont tous piratés dès leur sorti. du coup il ont crée un offre légal à un tarif ridicule.

      Répondre à ce message

  • La fermeture de Megaupload, les USA font marche arrière
    21 janvier 2012 13:13, par christine

    les dirigeants US font déjà marche arrière sur leur lois, après le scandale international de la fermeture de Megaupload :
    http://geeko.lesoir.be/2012/01/20/les-etats-unis-font-marche-arriere-sur-les-lois-antipiratage/

    CA, c’est une bonne nouvelle !

    Répondre à ce message

    • Répondu le 22 janvier 2012 à  01:50 :

      Ok ,ok très beau ces plaidoiries mais Kim Dotcom est un personnage assez louche au passé juridique teinté d’escroqueries. Mais, bah ! Aucun rapport je suppose...

      Répondre à ce message

      • Répondu par christine le 22 janvier 2012 à  15:41 :

        le problème c’est pas Kim machin.Ceux qui le condamnent sont plus corrompus que lui, mais il faut les applaudir parce qu’ils sont la sainte autorité, c’est ça ? au début du 20ème siècle, les machines Edison avaient le monopole, et un groupe d’artistes en réaction à cela,a créé dans l’illégalité un truc qui s’appelle hollywood.On connait la suite

        Répondre à ce message

        • Répondu le 24 janvier 2012 à  02:28 :

          Hollywood ? Je m’incline devant vos arguments.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Luc le 24 janvier 2012 à  11:49 :

            hollywood est un phénomène de société mondial qu’aucun monopole légal n’a pu empêcher.Qu’Hollywood soit devenu lui-même un monopole avec ses varices, là n’est pas la question.On pourrait aussi parler des choses positives engendrées à L.A en 100 ans d’histoire.Donc oui, vous pouvez vous incliner

            Répondre à ce message

          • Répondu par Luc le 24 janvier 2012 à  14:25 :

            oui, hollywood, le truc où des inconnus nommés Chaplin, Mankiewicz, Capra ou Hitchcock ont travaillé et qui n’a pas intéressé grand monde.vous pouvez vous incliner

            Répondre à ce message

            • Répondu le 25 janvier 2012 à  00:06 :

              Je vais supposer que vous faites un amalgame malencontreux, que vous vouliez parler des compagnies de production indépendantes. Car Hollywood est à l’origine un projet de real-estate suffoqué par la maffia (bon sang, êtes-vous aveugle ?! Les lettres sont bien assez grosses pourtant !) Je vous recommande en passant la lecture des romans de James Ellroy -la majorité sur L.A et le Hollywood historique. Bref, cette comparaison à Hollywood dans ce contexte me semblait plutôt bien choisie. Mais c’est visiblement passé bien haut au dessus de votre tête...

              Répondre à ce message

        • Répondu le 24 janvier 2012 à  21:20 :

          Ça n’a absolument rien à voir !!! Chaplin et d’autres ont pris en charge leur production (et leur distribution ?) en créant les "artistes associés" pour échapper à des monopoles et pouvoir vivre de leur art. Ici il s’agit de consommateurs qui en refusant de payer et donc en volant, privent des auteurs(à défaut qu’ils soient tous artistes) du fruit de leur travail. Si un auteur veut offrir son travail en téléchargement gratuit, c’est son droit. Mais qu’un consommateur veuille ce travail sans se poser la question la question de l’accord et de la rémunération de son auteur, c’est du vol. Point.

          Répondre à ce message

  • pour les utilisateurs lambda c est possible que cela a un impact ,pour ceux qui partage vraiment de la bd que dalle !

    Répondre à ce message

  • Parmi tous mes amis auteurs personne ne prend la fermeture de Megaupload comme une bonne nouvelle. Il y a ceux qui utilisent le streaming pour voir des films, des concerts, des séries, des mangas (animés) qui sont furieux car privés d’un accès à la culture bien utile et pratique, et il y a ceux qui n’utilisent pas, même ne connaissent pas et qui s’en foutent. Aucun n’est piraté, mais à la limite aimeraient bien l’être, puisque c’est une reconnaissance du succès (quand on te pirate c’est que tu as déja une notoriété qui te fait bien vendre et te permet de gagner confortablement ta vie).

    Répondre à ce message

    • Répondu par Guerlain le 24 janvier 2012 à  11:51 :

      quand on te pirate c’est que tu as déja une notoriété qui te fait bien vendre

      argument hypocrite au possible qui permet de se donner bonne conscience.
      Mazan et Turf se plaignant dernièrement de leurs énormes difficultés à vivre de leur métier, la faute à des tirages de plus en plus réduits. Ils ont la notoriété, mais c’est tout.
      tu trouves donc normal de faucher des fringues dans un magasin sous prétexte qu’il marche bien ou de faucher en grande surface parce que le groupe fait bien assez de bénéfice ?
      Tu fauchais des CD et des DVD à la fnac ?
      D’un côté, on critique les éditeurs qui ne rémunèrent pas assez les auteurs
      De l’autre, on trouve normal de pirater, ce qui est presque un hommage rendu à l’auteur (je t’admire, donc je te vole), et de toute façon, on ne vole pas vraiment l’auteur, mais l’éditeur. Passé les avances sur droit, il est payé à chaque album vendu, et un album piraté est un album sur lequel il ne touche rien.

      Répondre à ce message

    • Répondu par mmarvinbear le 24 janvier 2012 à  13:44 :

      Ah oui, c’est sûr, ne plus pouvoir entrer dans une boutique, prendre ce que l’on veut, en ressortir sans rien payer et ne pas se demander si le vendeur aura envie de continuer s’il voit son travail non rémunéré, c’est embêtant...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Xavier le 24 janvier 2012 à  17:22 :

        Vous êtes d’une totale mauvaise foi, vous comparez ce qui ne l’est pas : le matériel et l’immatériel. Regarder un film en streaming sur le net ce n’est comme voler un DVD à la FNAC, c’est comme entrer au cinéma par la sortie pour voir le film quand on n’a pas de sou (comme je l’ai fait plein de fois entre 10 et 15 ans), on ne vole rien et il n’y a pas de manque à gagner puisque on ne pourrait pas payer pour ça.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 25 janvier 2012 à  01:23 :

          Vous avez un bon point : que si l’on ne peut pas payer on ne payera pas. C’est vrai. Mais expliquez-moi alors vos choix. Vous avez choisi de payer un abonnement internet (donc vous n’êtes pas destitué et en avez les moyens financiers). Lors, à partir de quel moment verser une somme mensuelle à un opérateur Télécom justifie le piratage ? Pour quelles raisons ? Ce sont de vrais questions- sincèrement pas de pièges, je souhaite vous entendre. Cette illusion de la gratuité me bluffe totalement. Il n’y a pas de repas gratuit. Toujours quelqu’un qui posera l’assiette sur votre table ou en aura produit le contenu. Expliquez-moi, la "gratuité" de quelle poche magique on la sort ?

          Répondre à ce message

          • Répondu le 26 janvier 2012 à  22:02 :

            Vous avez choisi de payer un abonnement internet

            Faux, je profite du wifi du McDo au rez de chaussée (je suis au deuxième), je profite aussi de l’odeur de frites. Bon, à une heure du mat, plus de wifi, mais à cette heure là je dors.

            Répondre à ce message

        • Répondu le 26 janvier 2012 à  08:33 :

          c’est pour cela que cela s’appelle "propriété intellectuelle" et qu’à ce titre c’est aussi protégé et encadré par des lois. les mêmes qui empêchent n’importe qui de mettre tes photos personnelles/de famille en libre disposition sur le net !

          Répondre à ce message

    • Répondu le 24 janvier 2012 à  14:38 :

      Si tes amis sont encore propriétaires de leurs droits numériques, ils peuvent ouvertement mettre sur leur blog (allez, ils en ont bien un ) que n’importe qui peut utiliser leurs BD sur le net. Sinon, c’est un choix qui appartient à chaque auteur de partager ou non ses oeuvre. un choix ! pas une dictature de la contre-façon orchestré par megaupload et consorts.

      Répondre à ce message

  • C’est très amusant a lire cette discussion, surtout dans le contexte d’ActuaBD ou des auteurs se plaignent régulièrement de leur pouvoir d’achat sans cesse diminuant. En gros, certains trouvent normal de télécharger des fichiers de musique/films/BDs gratuitement... et ils oublient qu’en téléchargeant de sorte, ils ne rémunèrent pas l’artiste. C’est une sorte de vol. Ne vous étonnez pas si il y a cause et effet. Je serais curieux de connaitre le profil démographique de ceux qui trouvent ça normal et de ceux qui ne sont pas d’accord.

    Quand au fait que "la BD ne se prête pas a ce genre de transfert", laisser moi rire. Il y a des milliers de pages piratées sur l’Internet et des lecteurs (tablettes, portables) de plus en plus sophistiqués. Il se fait que dans un poste précédent, je prédisait la fin du livre proche. Je ne suis pas le seul et je vous invite a lire l’article suivant tiré du site du Guardian :
    http://www.guardian.co.uk/books/2011/aug/22/are-books-dead-ewan-morrison

    J’ai de très jeunes enfants, je les accompagne a des fêtes d’anniversaire ou a la piscine et ce qui m’a frappe récemment c’est le nombre de parents qui utilisent des Kindles et des iPads. Et permettez moi de vous dire qu’ils profitent bien de ces machines, et ça n’est pas uniquement pour lire des trucs achetés légalement.

    Amis auteurs, la déferlante est sur vous, je vous souhaite bonne chance pour vous adapter.

    Pour la radio, je recommande BBC radio4 ou BBC Radio6 pour la musique.

    Disponibles sur Internet 8-)

    Répondre à ce message

    • Répondu le 27 janvier 2012 à  16:16 :

      Pour la radio, il y a aussi tout simplement les stations de radio France, notamment France culture pour la parlotte et fip pour la musique.

      Répondre à ce message

  • Vous devriez réactualiser votre article maintenant qu’on sait que la fermeture de megaupload est dûe à l’annonce de l’ouverture prochaine de la Megabox, qui permettrait en téléchargement légal et gratuit (payé par la pub) de reverser 90% du bénéfice à l’artiste (contre 15% aujourd’hui), c’est bien pour ça que des artistes majeurs et vendeurs soutenaient Megaupload et que les grosses boites que sont Sony, Virgin et compagnie ont fait pression sur les autorités pour leur couper les pattes avant que leurs antiques façons de faire ne deviennent obsolètes.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 30 janvier 2012 à  11:33 :

      FAUX !
      l’ouverture de megabox n’est qu’une supposition . Des artistes ont fait de la pub pour megaupload, mais très très peu soutenaient cette "société".

      Répondre à ce message

  • Du nouveau sur la fermeture de Megaupload
    3 février 2012 16:10, par Paulo

    Une entreprise française était en négociation avec Megaupload pour rémunérer les auteurs

    Ça sent bien la MegaEmbrouille ...

    C’est une véritable petite bombe. Reflets.info a été informé qu’une entreprise française, UbicMedia, développant une solution technologique que l’on peut comparer à un ticket de cinéma virtuel, était en négociation avec les équipes de MegaUpload. Objectif, tout comme l’affirmait TorrentFreak au sujet de MegaBox : rémunérer les ayants droit. Reflets a contacté Monsieur Alain Rosset, d’UbicMedia pour en savoir plus sur PUMit, une solution technique de monétisation des contenus que les ayants droit redoutaient de voir entre les mains de MegaUpload.

    UbicMedia est un acteur d’origine française, basé à Lyon, qui offre des solutions de monétisation des contenus médias sur Internet. PUMit, sa solution phare, intéresse à ce titre et justement, les ayants droit. PUMit est par exemple la solution retenue par Starz.

    Les nouveaux services de MegaUpload, MegaMovies (films) et MegaBox (musique) avaient identifié PUMit comme une brique technologique essentielle à la rémunération des auteurs qu’ils visaient bien. Ce système portait sur des sources de rémunération multiples (publicités ou abonnements) et permettait un ajustement des répartitions qui aurait pu parfaitement convenir tant au modèle de MegaUpload qu’à celui des ayants droit.

    De quoi effrayer les majors ? Oui. Comme le rappelle Alain Rosset, « Internet est la plus grosse salle de cinéma du monde » et à ce titre PUMit, une solution technologiquement neutre s’adaptant aussi bien aux réseaux P2P qu’au direct download ou aux offres cloud, semblait plus que prometteuse. MegaMovies (doté d’une solution comme PUMit), c’était un nouveau modèle économique, une offre légale, qui s’imposait de fait comme le leader mondial de la distribution cinématographique. En fermant MegaUpload, les ayants droit font donc coup double :

    - La fermeture d’un site sur lequel se trouvaient des fichiers piratés ;
    - Un gain de temps pour mettre en place leur propre solution de distribution, fermant une fois de plus le marché à tout acteur extérieur.

    Les ayants droit ont bien tué dans l’œuf la plus grosse plateforme de distribution cinématographique (et peut être musicale) mondiale. Cette fermeture subite de MegaUpload devient de plus en plus suspecte. L’action coup de poing du FBI aurait-elle été commanditée par un lobbying appuyé des majors, ou plutôt des géants de la VoD/Streaming bien connus, qui masqueraient une peur de voir la distribution de ses productions lui échapper au profit de MegaUpload ? Cette hypothèse devient de plus en plus probable à la lumière de ces nouveaux éléments.

    L’histoire retiendra qu’UbicMedia, une entreprise française, était sur le point de devenir un leader mondial, portant avec MegaUpload un vrai projet innovant d’offre légale autorisant le partage et la copie… révolutionnaire. Mais chez les moines copistes de DVD, les révolutions, on n’aime visiblement pas trop ça.

    UbicMedia est une entreprise qu’il ne faudra pas perdre de vue, elle œuvre d’ailleurs déjà au service de producteurs indépendants. Alain Rosset nous a confié avoir perdu une extraordinaire perspective commerciale, d’autant plus qu’avec Starz il allait mettre la célèbre série « OnlineGamer » sur MegaUpload et P2P, mais UbicMedia a une filiale basée à Hollywood et nous la retrouverons assurément très vite au cœur d’offres légales novatrices. Toute la question maintenant est de savoir si les ayants droit opèreront eux-mêmes ces solutions, conservant leur monopole, ou s’ils s’ouvriront enfin à des acteurs tiers.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Cedric le 3 février 2012 à  21:11 :

      merci de cet excellent message.Car on ne peut arrêter une idée dont le temps est venu, et megaupload ne restera pas lettre morte.Bientot les compagnies sectaires de type Fox, Universal et leur progéniture seront démodés et has been, avant de disparaitre comme ont disparu les "grosses huiles" du 19ème siècle.Les pohtographes ont pris la place des portraitistes, et puis ces photographes ont du changer il y a peu.La liberté et l’intelligence que l’homme réclame, rien ne peut l’empêcher

      Répondre à ce message

      • Répondu le 3 février 2012 à  22:19 :

        D’accord, l’homme a besoin de liberté. Mais l’artiste ne veut pas de spoliation, car sinon il va devenir RMI-stse !

        Répondre à ce message

      • Répondu le 4 février 2012 à  00:23 :

        Je ne vois pas où est l’intelligence dans le fait de remplacer un mauvais peintre par un mauvais photographe, ni dans le téléchargement illégal qui prive les artistes des quignons de pain qui leur permettaient de survivre...

        Répondre à ce message

        • Répondu par Cedric le 4 février 2012 à  09:33 :

          peut-être parce que les artistes méritent mieux que des quignons de pain que le système de dépendance à l’édition veut bien leur mendier...à condition d’arrêter le culte du martyr et de se prendre en main.Un artiste n’est pas un fonctionnaire passif, et avec un peu d’intelligence justement il arrivera avec adresse à trouver chaussure à son pied, à travers la variété de solution qui s’ouvre.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 4 février 2012 à  12:30 :

            " variété de solution" ? Sans S à solution ? Oui, le choix est large et l’avenir radieux ! En attendant nos livres sont joyeusement piratés et nous ne touchons RIEN dessus, alors que avec nos éditeurs, tout arnaqueurs qu’ils soient, nous arrivions à survivre.

            Répondre à ce message

          • Répondu par Dol le 5 février 2012 à  10:20 :

            Il est intéressant de justifier le vol du travail des artistes en les accusant d’être responsable de leur situation.

            Répondre à ce message