La mort d’Olivier Taffin, un artiste humaniste et multiple

7 décembre 2020 2 commentaires

DISPARITION. Olivier Taffin avait 74 ans. Après vingt ans de présence dans les méandres du neuvième art, il s’était fait, depuis les années 1990, illustrateur, peintre, chroniqueur, dramaturge, affichiste, parolier, blogueur ou encore amoureux de la chanson française.

C’était un homme étonnant, un artiste qui se mettait au service de ce qu’il aimait et de ceux qu’il aimait.

Il n’a passé finalement qu’une vingtaine d’années à faire de la bande dessinée. Parmi ses œuvres qui ont marqué une époque et un lectorat enfin adulte, il y a Fume, c’est du Taffin ; Orn ; Allaïve.

C’était le temps des collaborations avec des auteurs comme Vidal et Cothias. Et Taffin fut aussi le fondateur d’une revue, Tousse Bourin, dans laquelle furent publiés des auteurs essentiels comme Le Tendre, Cabanes, ou Loisel.

Sans doute Olivier Taffin aurait-il pu continuer une carrière comme auteur de BD… Il ne l’a pas voulu, il n’a jamais voulu dépendre des routines, quelles qu’elles soient, et c’est cela aussi, c’est cela surtout, qui fait de lui un artiste à part entière dont il est bon, aujourd’hui, de se souvenir.

Jacques Schraûwen.

La mort d'Olivier Taffin, un artiste humaniste et multiple

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • La mort d’Olivier Taffin, un artiste humaniste et multiple
    10 décembre 2020 21:04, par Henri Charbit

    Dans les années 80, j’avais été très impressionné et enthousiasmé par Orn et Allaïve, des récits fantastiques atypiques traitant de sujets originaux et difficiles. Je regrette qu’il n’ait pas poursuivi dans cette voie, car il était vraiment doué pour cela.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Lantenois Jean Luc le 12 décembre 2020 à  16:26 :

      Olivier Taffin était un personnage fascinant et émouvant. Il aimait les gens et répondait aux demandes émises soit par des institutions ’ je me rappelle les affiches qu’il avait réalisées pour une ville de la banlieue parisienne, soit par des associations, soit pour un journal.
      Artiste multiforme il écrivait des chansons, il peignait ( il faut aller voir sa galerie virtuelle) et comme il aimait la vie il avait réalisé un petit chef d’œuvre érotique :" La table chaude, (Recettes de cuisine érotiques sous les pseudonymes de Nestor Jean / Olivie T’hee) ; Je me rappelle ce qu’il m’avait dit pour Allaïve : « c’est le roman de tout ce que je n’ai pas dit depuis 40 ans. » Un grand monsieur à redécouvrir.

      Répondre à ce message