La part d’ombre de Marine Le Pen décryptée en BD

6 janvier 2012 13 commentaires
La part d'ombre de Marine Le Pen décryptée en BD
L’album sera une adaptation de l’enquête de Caroline Fourest et Fiammetta Venner

La journaliste Caroline Fourest a décidé de porter en bande dessinée l’enquête qu’elle a réalisée avec Fiammetta Venner sur Marine Le Pen, la présidente du Front National et candidate à l’élection présidentielle française. Le livre paru en juin dernier s’était attiré les foudres du parti d’extrême-droite en quête de réhabilitation. L’album coédité par Grasset et Drugstore paraîtra le 22 février prochain, quelques semaines avant le premier tour de l’élection présidentielle.

MDS

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
13 Messages :
  • La part d’ombre de Marine Le Pen décryptée en BD
    6 janvier 2012 14:00, par J-Jacques

    En même temps elle est facile à dessiner Marine Le Pen, il sufit de dessiner son père avec une perruque.

    Répondre à ce message

  • La part d’ombre de Marine Le Pen décryptée en BD
    6 janvier 2012 20:41, par Michel Dartay

    Chauzy et Villard forment un tandem tout à fait intéressant (lire leurs albums chez Casterman). Je crois me souvenir qu’il y eut un autre livre consacré à MLP en BD. Il me semble qu’il avait été interdit. Qu’en est il actuellement ?

    Répondre à ce message

  • La part d’ombre de Marine Le Pen décryptée en BD
    6 janvier 2012 21:02, par Mael R.

    En soi je ne serai pas emballé, mais c’est une enquête sérieuse et - surtout - les deux adaptateurs sont des très bons auteurs. J’attendrai donc sans ferveur mais avec une réelle curiosité.

    Répondre à ce message

  • Je n’ai pas lu le livre de Caroline Fourest et Fiammetta Venner, mais le documentaire qu’elles en ont tiré qui est passé sur France 2 était très intéressant.

    Répondre à ce message

  • Merci pour cette info qui m’a dirigé sur le site de la journaliste. Habitant depuis plus de 15 ans à "l’étranger", et constatant avec effroi au quotidien la radicalisation des mentalités, j’ai pu y déceler les mêmes mécanismes populistes que dans mon pays d’adoption. Beaucoup d’ouvrages se font sur la 2nd Guerre Mondiale avec à juste titre la profonde indignation, le dégoût viscéral pour ces antinomies inhumaines. Notre continent porte les traces géographiques de ces abominations : du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest. L’Europe est un Musée des atrocitées. Quelles que soient vos opinions, vos frustrations, votre condition sociale, vos énervements quotidiens... je vous en supplie ne laissez plus jamais ce cauchemar se dérouler ici, pour commencer et ailleurs, et partout.

    Répondre à ce message

  • La part d’ombre de Marine Le Pen décryptée en BD
    7 janvier 2012 11:34, par Jean.

    Caroline Fourest assure seule le scénario sur la base de son livre chez Grasset et Jean-Christophe Chauzy le dessin. Marc Villard ne fait pas parti de l’équipe d’auteurs de cet album.

    Répondre à ce message

  • Marc Villard n’a pas participé à cet album. Vérifiez vos sources.
    http://www.drugstorebd.com/downloads/preview/preview-drugstore-121.pdf

    Répondre à ce message

  • C’est surtout une journaliste qui veut se faire un nom ! Quand à la naïveté de certain propos, c’est consternant !

    Répondre à ce message

    • Répondu par LC le 8 janvier 2012 à  00:19 :

      C’est surtout une journaliste qui veut se faire un nom !

      Caroline Fourest n’a pas besoin de ça, elle est déjà connue, et réputée sérieuse, on ne peut la prendre en défaut sur aucune information de son livre. Quant à parler de naïveté, c’est ridicule, il n’y a pas moins naïf que Caroline Fourest.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Alex le 8 janvier 2012 à  02:46 :

      Naïveté ? Expliquez-vous (et svp signez vos messages, même d’un pseudo- que l’on puisse suivre le "thread") Je ne vois pas ce qu’il y a de naïf à reprendre des informations connues mais tombées dans l’oubli depuis 30 ans. Le reportage tv ne m’a rien appris de ce que je ne savais auparavant de ce parti. Une dramatisation très bien agencée maintenant l’intérêt. Il y a un vrai talent de conteur. Mais je comprends que vous puissiez être choqué et révolté... ceci étant n’oubliez pas que certains (plus âgé que vous) ont encore un peu de mémoire.

      À vous de vous expliquer maintenant, naïveté. Quand, et pourquoi ?

      Et, ps : vouloir se faire un nom en publiant un album de bd ne me semble pas être réellement un choix carriériste très malin-vu le lectorat qui n’avoisine en rien l’audimat. Vous avez peut-être également une explication pour cela ? Dans l’attente de vous lire...

      Alex

      Répondre à ce message

  • La part d’ombre de Marine Le Pen décryptée en BD
    8 janvier 2012 13:02, par Sergio Salma

    Le titre me paraît bien bizarre. "Part d’ombre" ?! Quelle part d’ombre ? Elle est on ne peut plus claire cette dame. On aurait pu donner ce titre pour une personne moins "controversée" dans certains milieux. La part d’ombre de l’abbé Pierre ou la part d’ombre de Coluche. Des gens qui a priori sont de bonnes gens mais qui cachent quelque chose. Ou alors ( du coup j’ai peur ;-) la part d’ombre de madame Le Pen serait qu’elle soit en fait une humaniste ? Ou alors serait-elle encore plus crapuleuse que les idées qu’elles laissent fuser régulièrement pour qu’elle garde son boulot ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Morgan Di Salvia le 9 janvier 2012 à  09:54 :

      Depuis son accession à la présidence du FN, Marine Le Pen tente de lisser son image, de se rendre "normale" dans le monde politique français, en gommant les racines encombrantes (xénophobie, négationnisme,...) de son parti et de son engagement. Je pense que vis à vis de nombreux français, ce lifting a fonctionné (cf. le sondage en une de Libération ce matin). Dès lors, il me semble que parler de part d’ombre n’est pas usurpé. Cet album promet d’être un rappel sur les origines de l’engagement politique de cette personne.

      Répondre à ce message

      • Répondu par LC le 9 janvier 2012 à  16:16 :

        Je souscris aux propos de M. Salma. Dans "part d’ombre" on entend "face cachée", or, il me semble qu’en dépis de l’opération de séduction, on sait encore sur quelle entité est pratiqué le lifting. Un peu de chirurgie esthétique n’en laisse pas moins visible l’animal.
        Parler de la face cachée de Madame Le Pen reviendrait en effet à nous faire découvrir des engagements humanistes ignorés jusqu’alors...

        Répondre à ce message