La révision de l’Enfant penchée par Schuiten & Peeters.

31 octobre 2010 11 commentaires Albums
🛒 Acheter

La révision de <i>l'Enfant penchée</i> par Schuiten & Peeters.
Ainsi qu’ils nous l’avaient expliqué, Schuiten et Peeters continuent leur programme de réédition des Cités obscures en exprimant leurs divers repentirs vis-à-vis de leurs albums. Si les gros travaux sont terminés (Souvenirs de l’éternel présent et la Fièvre d’Urbicande, l’Ombre d’un homme et les Murailles de Samaris ainsi que la Route d’Armilia et autres légendes du monde obscur ), ils terminent cette révision avec quelques modifications moins importantes.

Ainsi, vient de sortir la dernière (et finale ?) mouture de l’Enfant penchée, sans doute l’un des albums les plus aboutis du duo, que cela soit au niveau des personnages, du récit, de l’inventivité ou du graphisme. Le nouvel album broché utilise un papier moins glacé que les premières éditions, un peu moins immaculé, ce qui renforce l’ambiance du récit. De plus, par rapport aux versions précédentes en grand format, un petit chapitre complémentaire a été ajouté, mettant en scène Augustin Desombres en plein désarroi face aux critiques, ce qui va le conduire à quitter Paris pour se réfugier sur les plateaux de l’Aubrac.

Néanmoins, l’album se distingue aussi par sept pages inédites présentant quatre ‘rêves’ de Mary Von Rathen. Chaque grande illustration est commentée par un billet de la dame, qui y explique ses songes les plus personnels, vécus avant sa grande aventure.

Ce projet se poursuivra prochainement avec l’Echo des cités et surtout avec l’attendue nouvelle mouture du Guides des cités

CLD

Commander l’Enfant penchée sur Amazon ou à la Fnac

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
11 Messages :
  • Ils ont depuis un moment déjà pris cette habitude commerciale détestable de revendre les mêmes bouquins avec juste quelques inédits à leurs fans. Je n’en suis plus, y’en a marre qu’on me prenne pour un gogo.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 31 octobre 2010 à  22:23 :

      D’accord avec vous mais les auteurs ne sont pas tout à fait responsable. L’éditeur l’est surtout.

      Répondre à ce message

  • à lire ces réactions, je me sens moins seul ! C’est vrai qu’il y en a vraiment assez de ces comportements éditoriaux pour le moins discutables ! Schuiten et Peeters sont bien décevants... (de Vinci aurait pu refaire la Joconde, estimant que son sourire était perfectible...)

    Répondre à ce message

    • Répondu le 1er novembre 2010 à  17:46 :

      En fait il l’a refaite plusieurs fois, mais une seule est parvenue jusqu’à nous (la troisième version je crois...) :-)))

      Plus sérieusement d’accord avec vous, cette fois je décroche. On peut y voir le désir d’intéresser de nouveaux lecteurs mais à force ça sent le réchauffé pour fan-gogos...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Charles-Louis Detournay le 1er novembre 2010 à  18:22 :

        Effectivement, de Vinci avait plusieurs versions de la Joconde, et passait son temps à parfaire celle-ci. Si on devait l’interroger maintenant, nul doute qu’il la déclarerait inachevée :-)

        Pour revenir aux auteurs des Cités obscures, le moteur de ces éditions modifiées proviennent de réels et profonds repentirs, tels l’Ombre d’un homme, l’intégration du récit de Taxandria, ou l’ajout des récits inédits, rares ou inachevés, tels les Murailles de Samaris et la Route d’Armilia et autres récits.

        Toutefois, la volonté de modifier les autres albums est moins évidente, mais dans l’idée de donner un même format et de profiter des innovations techniques (relire les interviews), les auteurs profitent de l’épuisement d’une édition pour ressortir l’album avec quelques aménagements.

        Il faut d’ailleurs savoir que Casterman ne réalise pas vraiment de promotion de ces nouvelles moutures. Ce focus provient juste d’une envie journalistique de pouvoir vous apporter les modifications (majeures ou pas), afin de guider votre choix.

        Répondre à ce message

      • Répondu par Sergio Salma le 1er novembre 2010 à  18:25 :

        Haha, levée de boucliers. Moi je penche pour une autre raison : quand un livre est épuisé, on le réédite. Puis donc si les auteurs et l’éditeur sont d’accord on refait l’objet, maquette, dessin de couv, format parfois etc...mais il ne faut pas vous sentir gogos voyons, ces nouvelles éditions ne vous sont pas adressées. Si j’ai acheté un bouquin, je m’en fous de savoir qu’il y a une nouvelle édition 1 an, 5 ans ou 10 ans après. Evidemment un petit pourcentage de ce tirage va intéresser les amateurs , les collectionneurs. N’allez pas voir du machiavélisme là où il y a simplement le souci de bien faire.Si c’était le cas, on ferait un tirage de tout au plus 300 exemplaires. Et l’éditeur perdrait de l’argent ! Souvenez-vous, certaines aventures de Tintin ont connu des dizaines de versions, on n’a jamais entendu dire que c’était pour s’en foutre plein les poches. Nouveaux livres , nouveaux lecteurs. La roue tourne les amis.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 1er novembre 2010 à  20:02 :

          En effet, je vous rejoints en parlant de toucher de nouveaux lecteurs, il s’agit bien de permettre l’accès à des livres devenus rares sinon épuisés. Les auteurs en profitent pour changer diverses choses, il ont raison s’il ont des remords de création. Je pense que ma réaction ronchonne vient du fait que je n’ai pas envie de racheter tout en ayant envie d’avoir la dernière version voulue par les auteurs... Cette schizophrénie me rends morose...

          Quand à la Joconde, c’est la cinquième version qui fut la dernière ; mais personne ne sait où elle se trouve.

          Répondre à ce message

        • Répondu le 1er novembre 2010 à  20:47 :

          Ce n’est pas qu’une simple ré-édition, c’est beaucoup de bonus à chaque fois, les auteurs savent bien ce qu’ils font, c’est comme les best-of de chanteurs qui contiennent aussi un ou deux inédits pour que le fan de base qui a déjà tout achète quand même ce nouveau produit.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Sergio Salma le 2 novembre 2010 à  16:47 :

            Gntidji ! Mais ouiii c’est ça une réédition ! Vous avez assisté à la première édition et quelques années après voici une nouvelle mouture. Comme vous avez été contemporain à la sortie originelle, vous voyez donc avec un oeil sévère toutes ces manipulations, ces malversations de l’éditeur qui ne pense évidemment qu’à vous et à votre aaaargent ! Et comme il n’est pas 100% sûr que vous allez craquer, il met plein de trucs en plus dans le livre pour que ça vous énerve et que vous n’y voyiez que magouille et arnaque. Vous avez lu Jules Verne ? Ou bien
            les 7 boules de Cristal ? Ben, c’est grâce au fait que l’éditeur de ces livres a réimprimé parce que sinon, vous auriez juste pu en entendre parler. Oui, un éditeur c’est aussi un ré-éditeur . Et puis, s’il y a des bonus ça devrait vous plaire. Dans bonus il y a "bon" comme dans bonheur. Ah oui il y a "nus" aussi.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 2 novembre 2010 à  20:06 :

              Ca ne sert à rien de s’énerver comme un zouave (copyright Moulinsart), vous faites du vent en défendant les petites magouilles de la corporation, là ce ne sont pas des ré-éditions, l’oeuvre est revisitée, elle est autre.

              Répondre à ce message

              • Répondu par Sergio Salma le 3 novembre 2010 à  18:00 :

                Bon, puisque vous êtes désagréable et même moqueur, j’en remets une couche, obligé. C’est surtout parce que vous parlez de corporation que ça me donne envie d’essayer, je sais c’est vain, de mieux vous dire ce que j’ai déjà essayé de dire. Ce n’est pas du tout ma corporation, quelle horreur, que je défends c’est simplement un principe vieux comme le commerce. Oui, évidemment tout ça est fait avec un but ultime , que ça se vende, que ça s’achète, que tout ça tourne et se diffuse . Mais jaurai exactement le même regard sur la musique ou le cinéma qui ne sont pas du tout ma corporation. Quand un film sort, on peut aller le voir au cinéma . Ou bien on attend son édition en Dvd, blu-ray, ou bien encore on le regardera sur une chaîne payante, ou bien encore en VOD, l’offre s’est étendue. Si un film ressort après 2 ans dans une version (c’est un exemple) director’s cut , je me dis " merde, si j’avais su..."mais bon tant pis je laisse. Si j’étais comme vous, je me dirais" ah ces sales arnaqueurs, ils nous obligent à racheter le film parce qu’ils savent qu’on va se laisser prendre. Et si ce film s’adressait à d’autres personnes ?! Et si pour de vrai, le producteur et le cinéaste n’étaient pas d’accord au moment de la sortie initiale ? Et si après ce temps, ils avaient accordé leurs violons et décidé de mettre le paquet parce que peut-être le film n’a pas eu le succès escompté ou au contraire, il a tellement bien marché que les bénéfices permettent de faire des folies.

                Vous n’imaginez pas possible qu’on ne pense pas à vous ?! Idem pour une compile. Si Machin sort un bel album sur lequel je me jette( sur iTunes ou autre) ,je vais pas me formaliser si 1 an après on sort une compile + 1 ou 2 titres inédits. Mon réflexe est de dire" oah, bon, ok, tant pis." Je me sens pas lésé à chaque fois qu’une nouveauté de quelque nature que ce soit sort sur le marché. La compile est souvent un pis-aller que la maison de disques sort en attendant un vrai nouvel album. J’ai pas mal de best of, après tout pourquoi pas ? ça permet de se payer un auteur ou un groupe à moindre coût pour certains artistes qu’on n’ aime pas assez pour acheter la totale. Ou pas tout de suite.

                Les rééditions en poche, les éditions augmentées, les intégrales, les ré-ré-éditions sont monnaie courante et ce dans toutes les disciplines. Mais si bien entendu vous êtes sur vos gardes et pensez que toute cette frange du commerce du divertissement n’a comme seul et unique but de vous soutirer un max de fric alors vous pourrez voir toutes les activités humaines comme des sales coups, des escroqueries( hé ! je suis pas dupe, ça existe bien sûr.)
                Vous avez un esprit critique , c’est très bien, on ne vous la fait pas , vous n’êtes pas né de la dernière pluie mais à force de vous méfier de tout et de tous, vous en arrivez à une conclusion assez morbide, vous voyez le mal partout.

                Mon raisonnement qui vaut ce qu’il vaut tient aussi pour d’autres branches qui sont encore moins ma corporation. Si j’achète une télévision ou une voiture , ou une cafetière ou une console, un ordinateur , il est évident que 3 mois après tous ces objets seront déclassés, dépassés. Votre réflexe sera aussi de penser que toutes ces sociétés tentent de vous arnaquer ?!

                Non elles veulent nous vendre des trucs et des bidules, oui peut-être inutiles. Elles veulent nous les vendre pas nous arnaquer c’est toute la différence. Bon, c’est l’impression que j’ai, hein , chacun son opinion ... maintenant attention il m’arrive aussi de râler pour certaines publications et ce dès la première édition.

                Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD