La saga des Leclerc sur la Cinquième

21 juillet 2004 0 commentaire Actualité

Le monde de la BD connaît Michel-Edouard Leclerc, le flamboyant communicateur des Centres Leclerc. Pas vraiment parce qu’il a publié un beau livre qui prendra probablement la poussière dans les bibliothèques de l’histoire de la BD (Itinéraires dans l’Univers de la Bande dessinée avec Chantal-Marie Wahl chez Flammarion). C’est surtout sa passion pour la BD qui, sollicitée par le maire d’Angoulême de l’époque, ancien ministre du commerce : Georges Chavannes, l’a mené à faire en sorte que son groupement soutienne le Festival International de la BD à Angoulême comme sponsor depuis 1991. Rien d’étonnant à cela : les hypermarchés et les supermarchés Leclerc sont parmi les plus gros vendeurs de BD de France. Le documentaire de Yannick Le Bourdonnec, Les Leclerc, au nom du Père…, raconte sur La Cinquième l’histoire de cette famille de commerçants hors pair. Une vraie BD !

La saga commence dans le Landerneau avec Edouard Leclerc, le père, issu d’une famille nombreuse, bretonne et très catholique, qui fut d’abord séminariste avant de s’orienter vers les affaires. Avec talent. Son truc ? Vendre moins cher et le faire savoir. Son épicerie installée dans un hangar fait les honneurs d’un reportage de Cinq colonnes à la Une dès les débuts de la télévision. Une révolution ! Félix Potin n’en est toujours pas revenu. En 1961, bien qu’il n’ait que deux magasins en propre, notre épicier-communicateur fédère un groupement de 175 points de vente qui portent son nom. Coups de Jarnac, trahisons, calculs politiques… L’histoire du mouvement ne manque pas d’embûches. Résultat ? En 2004, l’enseigne compte 560 magasins en France et à l’étranger : 10 en Italie, 8 en Pologne (ci-contre la photo d’une inauguration bénie par Monsieur le curé : Leclerc père, le fils et le Saint-Esprit), 7 au Portugal, 6 en Espagne, 1 en Slovénie.

DP

Les Leclerc, au nom du Père… sur LA CINQUIEME, dimanche 8 août à 14h30.

La saga des Leclerc sur la Cinquième

Photos : DR © La Cinquième

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.