La vie sentimentale de Tintin continue de faire débat.

9 mars 2021 3 commentaires

PASTICHE ? Presque trente ans après le livre de Jan Bucquoy, la vie sexuelle et amoureuse du héros candide fait de nouveau débat. En cause, Xavier Marabout, un peintre originaire du Morbihan, à qui Moulinsart a intenté un procès.

La société Moulinsart crie à la contrefaçon devant le tribunal de Rennes. Face à lui, l’artiste revendique et défend l’art de la parodie. La raison de ce procès est une série de peintures conçues par l’artiste entre 2013 et 2017 où ce dernier réalise un véritable mash-up entre l’oeuvre de Hergé et le travail du célèbre peintre américain Edward Hopper. Parmi les personnages peuplant les toiles de l’artiste, on retrouve donc Milou, Haddock, Tournesol et Tintin bien sûr, perdus dans des toiles mythiques telles que Nighthawks, People in the sun ou Chop Suey. Si les références sont claires, le caractère sexuel et érotique dont on accuse l’artiste ne l’est pas. Ces toiles ne sont en aucun cas explicites, elles suggèrent bien plus qu’elles ne dévoilent.

L’artiste explique également : « Si effectivement Hergé avait expliqué son choix de ne pas impliquer les femmes dans son œuvre, parce qu’elle sont rarement des éléments comiques, alors mes mises en scène de Tintin avec des pin-ups à travers l’univers intimiste d’Hopper sont bien une "raillerie" de l’œuvre d’Hergé ! Qui peut imaginer un monde sans femmes ! Et quel est le rôle d’un artiste dans notre société si ce pas d’interroger et d’émouvoir ? ».

Il s’agit d’une vraie partie de bras de fer juridique menée par les avocats de Moulinsart qui avaient plié le genou avec pertes et fracas face aux éditions du Léopard masqué en février 2011 mais qui avaient eu gain de cause contre Pascal Somon obtenant contre lui dix mois de prison avec sursis, assortis de deux ans de mise à l’épreuve et de 32 000€ de dommages et intérêts, en mai 2019.

Cette fois ils s’attaquent à un peintre qui fait des pièces uniques, des "mashups" où Tintin figure parmi bien d’autres références artistiques, des parodies déconstructives comparables à celles de grands artistes du Pop Art, comme Warhol ou Liechtenstein, réinterprétant Walt Disney ou les cases iconiques des comics.

Alors, contrefaçon ou licence artistique ? Réponse dans les prétoires...

FRsl + DP

La vie sentimentale de Tintin continue de faire débat.
Xavier Marabout - Taxi pour noctambules (2014)

À lire sur Actuabd.com :

- Un article synthétique sur la relation entre Casterman et Moulinsart
- Une interview de Philippe Goddin autour de Tintin en Amérique
- Un article à propos de Nick Rodwell
- Une interview de Jacques Langlois à propos de son essai "Petit Éloge de Tintin" (VIDÉO)
- Un essai sur le Capitaine Haddock par Albert Algoud

En médaillon : Xavier Marabout — Photo DR

Voir en ligne : LE SITE DE XAVIER MARABOUT

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • La vie sentimentale de Tintin continue de faire débat.
    11 mars 13:36, par Milles Sabords

    Force est de constater qu’en cherchant à tuer dans l’œuf toute entreprise d’hommage à TINTIN, la société Moulinsart ne se rend pas service. On ne peut pas dire que les toiles du peintres soient d’une sexualité débordante, juste une juxtaposition de Pin-Up et du personnage d’Hergé. De plus, il le fait à travers l’œuvre de Hopper, avec pas mal de maîtrise sur l’art de ce grand peintre Américain. Après tout, ces "hommages" à TINTIN, n’est-ce pas là aussi une belle manière de faire vivre le personnage à travers d’autres publics, qui eux, ne lisent pas de BD... Sinon, autant interdire aussi les pastiches artistiques de Geluck sur des œuvres emblématiques de l’histoire de l’art.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Toledano le 11 mars à  14:42 :

      Je ne crois pas que Colonnier ait eu des problèmes avec Moulinsart pour sa bromance Hergé/Tchang, et c’était autrement plus sexuel.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Jeff le 11 mars à  15:17 :

        Ce n’est pas tant le thème de la sexualité qui dérange Moulinsart, que le fait que Marabout exploite les personnages de Tintin. Comme pour "Tintin et l’alcool" de Boulin : le problème n’était pas le thème, contrairement à ce que peuvent penser beaucoup, mais la reproduction de nombreuses cases sans autorisation.

        Quant à la BD de Colonnier, c’est une BD sur Hergé, pas sur Tintin, donc Moulinsart n’a rien à dire.

        Répondre à ce message