Le Blog BD de Daniel Couvreur du Soir

8 février 2008 2 commentaires

Le journaliste du Soir Daniel Couvreur fait partie des plus fin connaisseur de bande dessinée en Belgique. Il partage ses goûts, ses critiques et certaines de ses interviews sur un blog intitulé « Ket Paddle ». On peut y lire notamment un remarquable entretien avec Cyril Pedrosa, l’auteur de Trois Ombres (l’un des albums essentiels d’Angoulême). Ce dernier confie au journaliste du quotidien belge être sorti fatigué de ce livre. « C’est une expérience émotionnelle très forte. Le sujet est plus fort que l’auteur. C’est très intense, d’autant que je produisais vingt à trente pages par mois. Je travaillais directement au pinceau et à l’encre noire, sans véritable crayonné, pour garder le trait vivant. C’est peut-être ce qui explique l’humanité qui se dégage du dessin. Sa ligne échappe à tout contrôle. Pour trouver l’émotion, il faut accepter de rater des trucs, ne pas chercher à tout prix le chef-d’œuvre graphique. Je crois que si j’avais trop soigné le détail, ce livre aurait fait mal à tout le monde plutôt que de toucher le lecteur. ».

NA.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • supplément : le crabe au pinces d’or
    4 octobre 2013 23:22, par Thierry

    Mr Couvreur, Pourriez-vous me dire pourquoi sur la couverture, Tintin revient de Toulouse ?
    Si vous ne savez pas, je pense avoir la réponse. Bien à vous,

    Répondre à ce message

    • Répondu par Cédric Houssin le 5 octobre 2013 à  01:26 :

      Le "crabe" du titre était une référence à l’acronyme du Centre de Recrutement de l’Armée Belge ou CRAB, et Toulouse en était l’endroit de ralliement, plus de 100.000 hommes belges étaient concernés, mais comme la Belgique a capitulé, tous les hommes ont été démobilisés et sont donc revenus au pays. Les belges savaient donc parfaitement de quoi Hergé parlait. On trouve cette explication dans "Le Dictionnaire illustré de la bande dessinée belge sous l’Occupation" de Franz Lambeau.

      Répondre à ce message