Le Dernier Atlas - Par Vehlmann, De Bonneval, Tanquerelle & Blanchard - Dupuis

9 mai 2019 2 commentaires

Escarmouches entre mafieux à Nantes, autour du contrôle des jeux d’argent façon flipper à deux visages. Ismaël commet une bévue et doit trouver du matériel radioactif pour un gangster de plus grande envergure. Le voilà à monter toute une équipe prête à construire un Atlas, sorte de robot géant capable de construire des bâtiments gigantesques et améliorer le lucratif traitement des gisements de l’Algérie française. En parallèle, de mystérieux phénomènes climatiques apparaissent, toujours dans le désert algérien. Conséquence des essais nucléaires français ?

Gros moyens, quatuor créatif reconnu : ce Dernier Atlas a tout de la grosse production, y compris une copieuse pagination. Série conçue en trois volumes, cette fable policière ajoutant des éléments de politique et d’écologie a pourtant du mal à sortir de certains stéréotypes : les caïds pervers et crétins -qui pourtant ont du pouvoir-, une journaliste forcément débrouillarde et téméraire, un voyou qui pourrait faire autre chose mais bon.... etc.

Parmi les éléments réussis, ont peut citer les décors et le soin apporté au découpage, ou encore la précision des trognes qui défilent d’une planche à l’autre. Mais pour le reste, l’intrigue ne profite pas du pitch plus qu’original lancé au départ. Sans compter des personnages secondaires un peu pâlots, en particulier les policiers, relativement inconsistants.

DT

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :