Le Festival d’Angoulême en marchand du Temple

18 janvier 2004 0 commentaire

Un événement comme le Festival coûte de l’argent. Beaucoup d’argent. Or, l’argent public se fait rare (Jean-Marc Thévenet dans son dernier dossier de presse laisse même entendre qu’il en a assez) et le Festival remue ciel et terre pour trouver des sponsors. Il en a trouvé quelques-uns. Parmi les sponsors commerciaux, la Caisse d’Epargne et les Centres Leclerc sont depuis longtemps des fidèles.

Mais cette année, de nouvelles marques sont venues s’ajouter aux anciennes. Il y a les sucres Beghin-Say, les thés Lipton, les opticiens CDO, et la carte Aurore de Cetelem. Pour certains d’eux, c’est un accroissement de visibilité pour le Festival (logo du festival sur les sucres distribués dans les cafés, publicités Lipton dans les métros parisien, etc), pour d’autres, on a créé des expositions-prétextes pour leur donner une visibilité au moment du Festival. C’est de bonne guerre : en est encore loin de la caravane du Tour de France.

DP

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?