Le Journal de Spirou s’attaque au Brexit !

22 février 2019 1 commentaire

En 2016, le peuple britannique votait la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne : le Brexit. Après trois années de tractations, de négociations et de débats, le Brexit devrait devenir effectif le 29 mars prochain. Un événement très compliqué dont de nombreux enjeux nous échappent encore...

Le Journal de Spirou vous propose une séance de rattrapage avec un numéro spécial Brexit : Brexit or not Brexit. L’hebdomadaire de la bonne humeur souhaite aborder les enjeux de cet événement géopolitique majeur, en passant bien évidemment par le prisme de la bande dessinée et de l’humour, et en offrant notamment la parole à des auteurs britanniques comme Charlie Adlard, célèbre dessinateur de The Walking Dead.

Un numéro qui aborde un thème sérieux avec des recherches documentées, mais qui ne laissera pas de côté le célèbre sens de l’humour de l’hebdomadaire belge. On nous promet aussi d’explorer la relation entre Bretagne et Grande-Bretagne car, qui sait, nous ne sommes jamais à l’abri d’un "Breizhxit" !

Rendez-vous le 6 mars prochain pour le Journal Spirou n° 4221 spécial Brexit, disponible au prix de 2,50 euros, dans les bons kiosques.

Le Journal de Spirou s'attaque au Brexit !

VS

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Le Journal de Spirou s’attaque au Brexit !
    28 février 17:00, par lorentzo.B

    Bonjour,

    J’ai abonné mon CDI (je suis professeur documentaliste en collège) au journal de Spirou et j’ai découvert, en première lecture, la page de Lewis Trondheim avec le personnage de Lapinot dont je suis "total fan" comme on dit : je suis abasourdi et choqué !

    Quelle que soit son opinion sur le Brexit, je trouve anormal d’influencer des gosses par le biais d’une revue de bande dessinée jeunesse, d’autant que la pensée unique est déjà très bien relayée par les médias avec une manipulation qui s’assimile souvent à de la propagande (voir traitement de l’actualité - et des faits - des gilets jaunes).. D’ailleurs, si on a le malheur de s’écarter du "bon goût", les poncifs rhétoriques dégainent systématiquement ("repli sur soi" "manque d’ouverture", "théorie du complot" et le pire, "accents xénophobes et antisémites").

    A titre personnel, je ne dis pas que je suis pour ou contre le Brexit, mais j’ai voté non au traité LIBERAL européen - dont Giscard D’Estaing était le chantre - malgré le matraquage (même le journal L’Equipe s’y était mis !) des politiques et des médias ; en effet, après m’être fait avoir par le traité de Maastricht (les médias disaient qu’il fallait voter "oui" et Jean-Marie Lepen était pour le "non", ça me suffisait pour voter "oui"..), j’ai lu attentivement le fameux traité et travaillé sur le sujet avec une amie avocate - de gauche il est vrai - pour arriver à la conclusion que le "oui" (entériné par Sarkozy avec un déni de démocratie assez gonflé) à ce traité libéral aurait pour conséquences de paupériser le peuple et de faire monter l’extrême-droite notamment. Le fait est...
    Et que dire de la reconversion de Baroso et de la nomination de Juncker, l’homme qui a autorisé l’exil fiscal quand il était ministre du Luxembourg..!

    Mais je m’éloigne du sujet principal, indignation oblige : je pense donc qu’un sujet brulant comme le Brexit mériterait une analyse fouillée et objective, qui tient compte de tous les paramètres et de l’histoire récente, le tout sans tomber dans la caricature et les raccourcis foireux, comme avec quelques cases dessinées..
    Et je vous rassure, je ne fais pas de prosélytisme dans le cadre professionnel : ce n’est ni dans la conception du métier, ni dans mes principes citoyens.

    Répondre à ce message