Le Marsupilami de Chabat : Pas avant...2011 !

8 février 2007 10 commentaires Actualité
🛒 Acheter

Dans un précédent numéro, nos confrères de Bodoï donnaient la parole à Alain Chabat à propos de l’adaptation des aventures de Marsupilami en live pour le grand écran : "Je travaille sur un film live depuis deux ans, disait-il en substance. J’espère qu’il sortira en 2009. Comme je refuse les effets spéciaux, nous recherchons un vrai marsupilami en Afrique. Le premier sur lequel nous sommes tombés n’est sans doute pas le meilleur, il joue moyen.

"2009" avait-on noté.

Or, interrogé sur le projet dans le dernier numéro du même mensuel, Jean-François Moyersoen vient un peu contredire cette prévision. Il révèle qu’il est notamment à l’origine du film. Au départ, il avait envisagé une collaboration avec Luc Besson mais se rendit vite compte que le contrôle artistique du film lui échapperait rapidement. Se voulant le garant du respect de l’œuvre originale, Moyersoen rencontra alors Alain Chabat , un amoureux fou du travail de Franquin. Le patron de Marsu et le papa de Didier s’attelèrent à l’adaptation de ce film d’animation en 3D et en environnement réel, allant jusqu’à s’échanger des mails en zorglangue ! Le projet était alors sur de bons rails.

Une première option de sortie était alors envisagée en 2009, mais rapidement, vu la masse de travail à abattre et la qualité recherchée, Jean-François Moyersoen, qui collabore à l’écriture du film, corrige : "Le long métrage, en 3D et environnement réel, devrait sortir en 2011".

EK

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
10 Messages :
  • attend c’est un film de marsupilami en vrai un vrai animal ou bien c’est en dessin animée

    Répondre à ce message

    • Répondu par Malo le 11 juillet 2010 à  07:55 :

      Non c’est un vrai, la génétique a fait d’énormes progrès. 2011, c’est bien, ça nous laisse un peu de répit afin de se préparer psychologiquement.

      Répondre à ce message

  • Jean-François Moyersoen, qui collabore à l’écriture du film,

    ¨
    Aïe aïe aïe ! Quand les financiers s’occupent de l’artistique, on court à la catastrophe, voir le fils Berri qui a voulu faire la réalisation du dernier Astérix (une bouse sans nom). Il faudra qu’ils comprennent un jour que Scénariste ou réalisateur c’est un métier à part entiière, et qui demande du talent.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 12 juillet 2010 à  11:01 :

      La seule légitimité qu’a Moyersoen par rapport au Marsupilami c’est de l’avoir acheté. Alors c’est vrai aux yeux de la loi c’est imparable mais ni les publications Marsu Prod ni les séries dérivées ni les tendances procédurières adoptées récemment ne lui donnent à mes yeux la moindre parcelle de crédibilité pour gérer l’oeuvre de Franquin et ses personnages. Il en va de même pour la plupart de ses collaborateurs.

      Heureusement il est moins bavard que Rodwell, ha ha

      Répondre à ce message

      • Répondu le 13 juillet 2010 à  14:04 :

        Vous oubliez sans doute les magnifiques tirages de luxe de Spirou (Qrn sur bretzelburg et le repaire de la murène) (j’allais oublier les idées noires !). Enfin des tirages de luxe qui meritent leur nom et qui permettent enfin de découvrir le talent de fraquin dans toute sa puissance et sa subtilité. Rien que pour cela, merci marsu prod !

        Répondre à ce message

        • Répondu le 15 juillet 2010 à  12:56 :

          Les planches n’étaient pas appelées à être reproduites ainsi, et Franquin ne l’aurait jamais permis de son vivant. Les originaux sont des documents de travail, rien de plus. Pour moi ces tirages relèvent de l’anecdotique, du "oh comme c’est beau" et n’apportent rien de nouveau. Si la virtuosité du trait et la beauté du dessin de Franquin vous avait échappé dans les éditions classiques, je ne sais pas quoi faire pour vous... De plus, les prix prohibitifs et les tirages limités encouragent la spéculation et en disent long sur le public visé par Marsu Prod. Pas très démocratique, ca non plus Franquin n’aurait pas apprécié.

          Qui suis-je pour préjuger de l’opinion de Franquin ? Certes, ce n’est que mon point du vue. Mais Marsu Prod se justifie ainsi à tout bout de champ, et ma parole vaut bien la leur.

          Répondre à ce message

  • "Se voulant le garant du respect de l’œuvre originale"

    il fait effacer le marsupilami de la couverture de l’intégrale Spirou n°6...

    Répondre à ce message

  • La Palombie, c’est en Afrique ?
    Et moi qui, sottement, la situait quelque part en Amérique latine...

    Répondre à ce message

    • Répondu le 12 juillet 2010 à  08:01 :

      Il servait d’animal de compagnie à la belle Cléopatre, c’est connu !

      Répondre à ce message

    • Répondu le 12 juillet 2010 à  16:05 :

      Il n’y a pas qu’en palombie que l’on trouve des marsupilamis, semble-t-il. En effet, des1954, Jije en a découvert un en Afrique, dans l’épisode"Blondin et Cirage et les soucoupes volantes". Un marsu les oreilles tombantes, un peu obèse, goinfre et surtout sans queue !!!de plus il parle verlan : "bahou !"

      Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD