Le Point dévoile la couverture et la première planche du prochain Blacksad

Classification : tout public

Ce nouvel album intitulé « Alors, tout tombe » sera le premier d’un diptyque et sortira le vendredi 1er octobre 2021. Près de huit ans après le cinquième album « Amarillo ». Cette suite est l’une des plus attendues par les lecteurs de bande dessinée.

La série culte imaginée par Juanjo Guarnido et Juan Diaz Canales reviendra donc en octobre prochain. Peinture d’une société américaine décadente décrite par le prisme de l’anthropomorphisme, Blacksad s’est imposée en 20 ans comme l’une des séries de polar incontournables de la bande dessinée contemporaine.

Façonnée par des influences issues de la littérature américaine, Blacksad est un petit chef d’œuvre narratif savamment rythmé dans lequel le dessin est plus que stupéfiant.

En effet, le travail à l’aquarelle de Guarnido est en grande partie responsable du succès de la série. Dans Le Point, les auteurs dévoilent ici une première planche du prochain album dessinée uniquement dans des teintes sépias où l’on nous expose une scène de théâtre intrigante. Comme tout le monde, nous avons hâte de retrouver le célèbre chat détective névrosé.

FRsl

Le Point dévoile la couverture et la première planche du prochain Blacksad
© Juanjo Guarnido — Juan Diaz Canales —Dargaud

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • ceux qui aiment le dessin qui en jette et "en donne pour son argent", aiment forcément cette série ;-)
    ceux qui disent que le dessin dans la BD n’est pas "que" une démonstration de virtuosité et sont plus du côté "sfarien" ou "Trondheimien", ou "Menuien" seront moins convaincus :-) :-)

    Répondre à ce message

    • Répondu le 1er juin à  09:19 :

      On peut aussi n’aimer ni l’un ni l’autre. Trouver que Sfar bâcle trop et que Blacksad n’en jette pas spécialement et est seulement un laborieux. Cette expression « en avoir pour son argent » est curieuse. Ça sous-entend qu’un roman de 300 pages est meilleur qu’un roman de 180. Ou qu’un film à 100 millions de dollars est meilleur qu’un film à un million. Drôle de critère.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 1er juin à  11:45 :

        non en avoir pour son argent est une expression générique qui n’a pas forcément rapport avec le nombre de pages ou le prix de l’album. C’est vous qui voyez ça comme ça.
        Ca veut plutôt dire "c’est un achat qui m’a satisfait pleinement, que je ne regrette pas". Vous voyez ?

        Répondre à ce message

        • Répondu le 1er juin à  12:15 :

          D’accord, je comprends mieux comme ça. On peut donc être pleinement satisfait de l’achat d’un livre d’un dessinateur minimaliste, au hasard Schulz ou Quino, et estimer en avoir pour son argent.

          Répondre à ce message