Le Prisonnier de deux géants.

29 mars 2015 2 commentaires

Aujourd’hui les adaptations de personnages de comics sur des supports audiovisuels tels que le cinéma, les séries TV ou l’animation se multiplient comme les petits pains au point de couper l’appétit au plus vorace des fans.

Le Prisonnier de deux géants.
Le Prisonnier par Gil Kane
(c) Gil Kane / Marvel Comics

À une certaine époque, c’était le contraire : les comics adaptaient volontiers tout ce que le cinéma et ses pendants que sont les séries TV et les dessin animés pouvaient produire d’histoires riches en promesses de lecteurs fébriles et abondants, et de retour sur investissement juteux. On peut dire, sans avoir beaucoup de crainte de me tromper, que les adaptations audiovisuelles récentes de comics visent les même objectifs hautement terre à terre. Les temps ont bien changé, ma petite dame, mais qui l’eût cru ?

Il n’empêche en 1976 l’éditeur Marvel Comics avait obtenu les droits pour pouvoir produire un comic book basé sur la fameuse série de Patrick Mc Goohan, Le Prisonnier. Mais,ce sont les avatars du monde de l’édition, initialement prévue pour être écrit par Marv Wolfman et dessiné par Gene Colan, le projet passe finalement entre les mains de Steve Englehart et Gil Kane, supervisé par Wolfman.

Las, Marv Wolfman, éditeur de Marvel à ce moment- là, démissionne de son poste, le projet est abandonné alors que le géant des comics Gil Kane avait bien avancé sur le dessin de l’histoire... Triste, bien sûr, mais banal pour tout dire.

Quelques années plus tard, le « King des comics » Jack Kirby revient chez Marvel, après avoir largement contribué à assurer la prospérité de l’éditeur dans les années 1960, alors qu’il vient de faire un passage chez l’éditeur concurrent DC Comics qui lui tendait les bras quand le dessinateur avait connu quelques embarras avec la maison mère de Spider-Man et des Quatre Fantastiques.

Le Prisonnier par Jack Kirby
(c) Jack Kirby / Marvel

Le King, de retour au bercail, se voit confier le scénario et les dessins de ce projet sur la série Le Prisonnier, précédemment avorté. Kirby en réalise un premier épisode au crayon, lettré et encré en partie par son complice de DC Comics, Mike Royer, qui n’a pas été publié non plus. Il semblerait que, comme pour la première fois, le projet ait été sabordé par Stan Lee, l’éminence du staff Marvel.

Cette série de comics tuée dans l’œuf permet cependant, et ce n’est pas une maigre consolation, de s’attarder sur le travail en cours de deux maîtres du médium à l’œuvre. Miam.

Avec d’un côté Gil Kane, dit "le prince de la structure" et, de l’autre, l’incroyable puissance des crayonnés de Kirby, on peut voir aussi en sus un échantillon de scénario esquissé suivant la méthode Marvel de l’époque.

Une page Facebook consacrée à Gil Kane nous permet de voir sa version du Prisonnier, tandis que le site web d’actualité média Forces of Geek s’attarde dans ses colonnes sur les pages dessinées par le King Kirby.

Tout ça est plein d’enseignements, il n’y a donc pas de raisons de s’en priver.

PA

Photo : ITV - DR

Le Prisonnier par Jack Kirby
(c) Jack Kirby / Marvel

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Le Prisonnier de deux géants.
    29 mars 2015 13:58, par Michel Dartay

    Merci pour cet article et les liens utiles qui permettent de lire un comics jamais publié sur papier ! C’est formidable le net, dans ce cas là !

    Une chance que Joe Kubert n’ait pas travaillé sur ce projet, sinon les mauvaises langues auraient pu parler du Prisonnier du KKK !°)

    Et pour redevenir sérieux, quel dommage que Gil Kane n’ait pas terminé ce projet : ses angles audacieux de prise de vue et ses visages aux regards parfois angoissés auraient parfaitement rendu le coté oppressant de la série TV.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pascal Aggabi le 1er avril 2015 à  00:13 :

      Internet permet ce genre de choses oui, il dort dans les tiroirs des éditeurs américains tout un tas de pépites plus ou moins oubliées de ce calibre, mais aussi des planches et des couvertures inédites superbes.Tout ça ressort au fil du temps et c’est tant mieux, il y a toujours quelque chose à découvrir.
      C’est vrai aussi que si le grand Gil Kane avait achevé ce travail, sa narration particulière et un peu fermée aurait fait merveille sur cette adaptation du Prisonnier, série à l’ambiance à nulle autre pareille.Kirby aurait certainement fait quelque chose de plus esthétique et graphique sur la distance, tout en restant aussi angoissant et solide au niveau du ressenti pour le lecteur.Kubert aurait sans doute, de son côté, fait quelque chose de plus griffé,granuleux et probablement plus frontal, et tout aussi judicieux vu son talent.Ce genre de spéculations est un des plus grands plaisirs qu’offrent l’univers des comics quand on y pense. Merci pour votre sympathie.

      Répondre à ce message