Le Trou - Par Øyvind Torseter - La Joie de Lire

4 mai 2013 3 commentaires

Øyvind Torseter est un illustrateur réputé et primé en Norvège. Avec Le Trou, il nous dévoile par une biais d’une soixantaine de dessins pleine page un drôle de personnage qui vient d’emménager dans un nouvel appartement et qui découvre un trou dans son mur. Un trou qui bouge, se déplace et devient vite obsédant !

En désespoir de cause, l’homme appelle le centre de recherche et apporte aux scientifiques le précieux trou ! Les experts l’examineront sous toutes les coutures en le soumettant à de nombreux tests.

Le Trou - Par Øyvind Torseter - La Joie de Lire
Le livre proposé par La Joie de Lire est traduit en français par Jean-Baptiste Coursaud

Avec un trou physique au centre de toutes ses cases-planches, Torseter explore une voie intéressante, empruntant au flip-book ainsi qu’au détournement du livre lui-même. Si l’engouement est de mise pour le premier tiers du livre, on regrette que l’auteur sacrifie sa trame narrative au profit de son ’trou’ avant d’y revenir en fin d’album.

Néanmoins, l’album vaut vraiment le détour, pour son travail de situation, son découpage exemplaire dans les premières pages, et sa formidable utilisation des couleurs. Dommage qu’il soit si cher !

CLD

Une double-page lors de laquelle le ’héros’ tente d’attraper le trou

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Visiter le site de La Joie de Lire

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Sans vouloir faire ombrage à cet ouvrage que je n’ai pas eu la chance de voir, je voudrais tout de même mentionner la parution récente d’un album de BD perforé d’une couverture à l’autre qui est sorti en 2011 à La Pastèque. Tout le scénario de l’album Le fond du trou s’articule autour d’un trou intégrés dans le découpage et qui permet aux personnages de voyager à travers l’album d’une page à l’autre en défiant le sens de lecture et la notion de temps dans la BD.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 10 juin 2013 à  23:20 :

      Tove Jansson (Moumine) l’avait aussi fait dès 1952. C’est qq chose chose qu’il faut voir à mon avis plus comme un thème récurrent à travers les époques, propre à certains artistes et à un moment donné de leur production.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 12 juin 2013 à  16:36 :

        Tout à fait d’accord. je suis curieux de connaître l’ouvrage dont vous parlez de Tove Jansson. Malgré une petite recherche sur google, je n’ai pas trouvé. Merci !

        Répondre à ce message