Le bâtiment du « Nine City » (Musée de l’objet 3D), à Bruxelles, est à vendre !

14 décembre 2010 10 commentaires

Nous vous parlions en novembre 2004 du Nine City, l’espace conceptuel de 2400 m2 consacré à un musée de l’objet sur la bande dessinée, dotée d’une librairie, d’un espace restaurant et d’un hôtel de six chambres privatif et de salons V.I.P. pour les auteurs.

Ce projet ambitieux était niché dans le quartier des médias, Boulevard Reyers, à deux pas des télévisions francophone belge RTL TVI et RTBF. Des entrepreneurs privés ont financé ce vaste projet pendant près de six ans.

Dès 2004, nous nous montrions circonspects quant à la viabilité de ce projet consacré à l’objet 3D. Nous écrivions à l’époque : « On peut se demander quel sera le public cible de ce type de complexe. L’objet 3D intéresse-t-il réellement un grand nombre de collectionneurs ou d’amateurs de BD ? Même en louant ses salles à des entreprises, on peut se demander si ce type de lieu va susciter l’engouement des responsables événementiels. Il est vrai que le Centre Belge de la Bande Dessinée, abrité dans un superbe bâtiment dessiné par l’architecte Victor Horta, tire une grande partie de ses revenus de la location des lieux. Mais le Musée de l’Objet 3D, à l’architecture brute et industrielle, aura-t-il autant de charme que l’un des chefs-d’œuvre bruxellois de l’Art Nouveau ? »

L’espace abritant le Nine City est aujourd’hui mis en vente par une agence immobilière pour plus de 5 millions d’euros [1].

On suppose que cette vente sonne le glas de cette aventure qui était particulièrement risquée !

NA

[1On peut voir l’annonce immobilière sur le site du journal le Vlan.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
10 Messages :
  • raisons probables d’un échec, en plus du positionnement 3D : pas de parking, situé sur un carrefour particulièrement bruyant et peu convivial, lieu de passage oui mais pas lieu d’arrêt, surdimensionné, départ d’un des fondateurs il y a qq temps, quasi plus d’événements depuis longtemps, etc, etc.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Thibs le 15 décembre 2010 à  00:00 :

      Les derniers échos que j’avais eu étaient que l’ensemble allait déménager au centre-ville ... est-ce qu’il ne vaudrait pas mieux téléphoner aux gérants pour se renseigner avant de publier une telle info ?

      Répondre à ce message

      • Répondu par ActuaBD le 15 décembre 2010 à  06:45 :

        C’est une information objective et la contextualisation de cette info. Si vos "gérants", comme vous dites, communiquent, nous nous ferons un plaisir de publier.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Jfumyn le 15 décembre 2010 à  09:11 :

          Je ne connais ni le Nine City, ni leurs gérants, mais il me semble en effet qu’il aurait été plus judicieux de mettre en titre que le bâtiment du Nine City était à vendre plutôt que de communiquer sur la disparition de ce musée. Et soyons fous, plutôt que de prendre contact avec l’agence immobilière chargée de la transaction, essayer de joindre les gérants du lieu. Je ne crois pas qu’il appartient à tous les gérants de musées, librairies, maison d’édition, etc... de joindre Actua BD pour les prévenir de leurs projets futurs. Limitons-nous à l’actualité proche. Reconnaissez messieurs qu’il vous arrive parfois de vous tromper !!!

          Répondre à ce message

          • Répondu par ActuaBD le 15 décembre 2010 à  11:14 :

            Vous avez raison en ce qui concerne le titre. Nous l’avons modifié en conséquence.

            Répondre à ce message

          • Répondu le 15 décembre 2010 à  14:22 :

            revendre un immeuble pour le relouer ensuite permet de rembourser des dettes. On peut supposer que Ninecity a transformé les lieux en grande partie sur fonds propres, avec un peu de dette bancaire. C’est une opération assez courante pour autant que la société exploitante génère suffisament de revenus pour payer des loyers. Et là... c’est à l’exploitant de répondre à cette question.

            Répondre à ce message

      • Répondu le 15 décembre 2010 à  10:44 :

        En tout cas sur leur site internet (http://www.ninecity.be/). Ils ne communiquent ni sur leur fermeture, ni sur un éventuel déménagement. On ne vend pas un bâtiment « multi-usage » (en en réalisant de la publicité pour la vente) sans communiquer s’ils avaient une volonté de faire perdurer le projet (les cancans vont vite, tout se sait dans le monde de la BD). Il est clair que si le « Nine City » venait à rouvrir autre part, ce nouveau Nine city serait différent, et probablement repensé (espace moins grands, etc). Ce qui démontrera l’échec de cette version-ci …Mais cette version ci est déjà un échec, s’ils à vous croire, les concepteurs-investisseurs, pensent à déménager.

        Répondre à ce message

  • Pourquoi un point d’exclamation en bout de phrase dans le titre ?

    Répondre à ce message

  • Votre article posait déjà la question sur la viabilité d’un tel projet, quelle vision aviez-vous eu à l’époque ! Les investisseurs auraient dû vous consulter au préalable. En effet, si on compare au CNBDI qui annonce 50.000 visiteurs par an (dont 70% lors de la semaine du festival) et le Musée en Belgique qui annonce 200.000 visiteurs par an mais dont, parait-il la grande majorité viennent voir l’immeuble Horta plus que le contenu bd, en comparant donc sur base de l’intérêt réel pour la culture bd, que peut-on espérer comme visiteurs pour venir voir des objets bd ? En terme commercial, les sujets d’exposition qui attirent seront Tintin, Les schtroumpfs, Franquin, Le chat etc. soit des bds dont la notoriété et les exemplaires vendus se chiffrent en dizaines de millions (sauf Le Chat). Les objets bd étant pour la plupart tirés à quelques centaines d’exemplaires, voire parfois une dizaine pour quelques raretés Pigeon, peut-on vraiment croire que le public cible pour un tel musée soit aussi important que le public lecteur bédéphile ?
    Et que ce musée soit aux pieds de la Tour Eiffel au en plein milieu de la Grand-Place de Bruxelles n’y changera rien, je reste convaincu que les concepteurs de ce projet n’ont pas analysé en profondeur le potentiel de fréquentation d’un tel établissement. Et pourtant, il faut saluer l’idée et le courage (surtout financier) de l’avoir fait. Je l’ai visité à son ouverture et c’est assez sympa pour un collectionneur Aroutcheff comme moi de voir tous ces objets bien mis en valeur, mais je reste convaincu que cela concerne quelque milliers d’aficionados comme moi mais jamais plus.

    Répondre à ce message

    • Répondu par klaus le 31 décembre 2010 à  11:31 :

      Le Chat c’est pas vraiment de la bd, si ? Mais votre analyse me semble pertinente. Les jeunes ne visitent pas les musées sauf obligation scolaire. Ils sont trop préoccupés par leur gsm, leur PS, internet, facebook et tutti quanti. Alors un musée avec des objets Tintin ?...... Mais si ce musée a des problèmes de visibilité ou de fréquentation, pourquoi ne s’associe t-il pas avec le musée de Bruxelles ou d’Angoulême en y occupant une salle ? Cela réduira certainement les coûts d’exploitation et leur donnera plus de visibilité. Je dis ça mais peut être que les concepteurs de Nine City y ont déjà pensé ? Malgré cela, ces gens brillent par leur manque de communication car la dernière mise à jour de leur site remonte à il y a deux mois, rien ne parle d’une fermeture prochaine alors que leur bâtiment est à vendre !

      Répondre à ce message