Le cinéaste Jan Kounen passe à la case BD

22 juin 2021 0 commentaire

CROSSMEDIA. D’aucuns pronostiquaient la disparition graduelle du post-apo après dix années en vogue et la saturation causée par l´expérience récente d´une véritable pandémie. La Tour de Jan Kounen, Omar Ladgham et Mr Fab, arrive cet été sous le label de Comix Buro, pour nous montrer que le genre dispose toujours de fans fervents, près à lui trouver de nouvelles compositions pour les lecteurs adultes.

Ce premier volume de La tour, nous situe dans un 2070. Presque tous les humains ont été terrassés par un virus mystérieux trente ans auparavant. Les derniers 2745 humains survivants sont confinés dans une tour aux proportions bibliques, à mi-chemin entre une Arche de Noé et une cité-état cybernétique, à Bruxelles.

Les vétérans du genre reconnaîtront qu´à peu près tous les éléments du post-apo sont présents ici : une ville abandonnée où la nature a repris ses droits comme arrière-plan, de vives tensions politiques animant les personnages, le contraste entre la haute technologie du passé et la décadence contemporaine des survivants, la peur constante face à une menace monstrueuse, etc. Pour donner vie à cette réalité le dessinateur Mr Fab (déjà connu pour La Baie des Cochons et Diên Biên Phû) fait valoir sa maîtrise de la composition des scènes avec des plans en contre-plongée et des vues en perspective qui dynamisent la narration, lui offrant une sensation cinématographique appréciable. Le graphisme et le design des personnages est sans doute le point fort de l’album, avec son réalisme ponctué de touches rétro, nous rappelant les années 1980/90, qui s´intègre très bien dans l’atmosphère de la narration.

En dépit de cette esthétique attractive et une prémisse plutôt intéressante, ce premier volume de soixante pages souffre considérablement du manque de développement de ses personnages et de son histoire. Pourtant, le scénario a été assuré par deux vétérans du cinéma reconnus, notamment Jan Kounen qui a dirigé Blueberry, l’expérience secrète et 99F).

La trame principale tourne autour de la confrontation entre deux factions dans la tour : les jeunes n’ayant jamais connu le « monde d’avant », les Intras et les Anciens, qui tentent de maintenir les habitudes des temps anciens (telle la consommation de viande). Mais ces tensions restent à peine énoncées dans les dialogues, sans que le lecteur puisse véritablement apprécier comment elles s’expriment dans le quotidien des habitants ou l’impact qu’elles ont dans les décisions des personnages tout au long de l’histoire.

En revanche, beaucoup trop de temps est consacré à la présentation de La Tour, ses problèmes quotidiens (manque de ressources, réparations interminables, contention du virus mortel, etc.) et la définition de son ambiance de post-apo en confinement.

Les dialogues n’aident pas à résoudre ces faiblesses et peuvent se définir essentiellement dans deux catégories : les phrases-clichés tirées de films génériques ou l’explication des événements qui se déroulent sous les yeux des lecteurs. Ils contribuent à cette sensation sensation de découvrir des personnages en carton, sans profondeur psychologique ou contradictions internes pouvant éveiller de l´empathie chez le lecteur. L’exemple le plus clair est sans doute celui du discours du leader des Intras, dans les toutes dernières pages de l’album, avec ses accents de revendication très « génération Z » à la Greta Thunberg, trop évidents pour qu’on puisse parler de métaphore ou d’allégorie.

Le cinéaste Jan Kounen passe à la case BD

La sensation finale, après une lecture plutôt rapide, est celle d’une histoire avec un grand potentiel dotée d’une esthétique solide, mais encore en devenir. Très probablement parce que cette première entrée en matière, censée nous familiariser avec l´univers de La Tour et avec ses personnages, avait besoin de quelques pages de plus pour pour respirer et mieux définir les conflits et les thèmes que les auteurs veulent explorer dans les deux volumes prochains.

Peut-être que le 2ème album parviendra-t-il à améliorer le score, mais cette introductions trop générique et simple, nous laisse sur notre faim, en dépit de son discours quelque peu politique.

JS

Acheter La Tour de Jan Kounen, Omar Ladgham et Mr Fab - Ed. Comix Büro / Glénat sur BD Fugue, FNAC, Amazon.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?