Le dessinateur Stédo face au manque de reconnaissance du 9e Art

2 août 2021 6 commentaires Actualité
✏️ Stédo 🛒 Acheter

LUTTE DES CASES. Le dessinateur belge Stédo, de son vrai nom Stéphane Dauvin, peut apporter la preuve directe d’un manque encore frappant de reconnaissance de la bande dessinée. Sur son compte Facebook, il témoigne, preuve à l’appui, du fossé qui demeure entre les chantres du 9e Art, accompli depuis longtemps, et ceux qui n’y voient qu’un divertissement vite consommé et jeté pour enfants.

Eh oui, il semble qu’il reste encore des gens qui conservent une vision enfantine de l’album de bande dessinée, objet sans grande valeur qui serait vite dessiné, vite lu et relégué aux étagères poussiéreuses. Sur son compte Facebook, Stédo, dessinateur entre autres des séries Les Pompiers (Bamboo) et Garage Isidore (Dupuis), en a fait le constat.

Alors qu’il livre au gagnant d’un concours des planches originales, qui représentent tout de même deux jours de labeur et une valeur de 300 €, son interlocuteur se scandalise de ne pas recevoir la bande dessinée dont sont tirées les planches… BD qui, on le rappelle, peuvent être achetées en grande surface pour 10 €. Sceptique, le gagnant du concours se propose même d’interroger un ami dessinateur sur la valeur réelle des planches, qualifiées de « feuille[s] en carton » dont on ne peut « pas faire grand-chose ».

Le dessinateur Stédo face au manque de reconnaissance du 9e Art

L’anecdote prêterait à sourire si elle était tirée tout droit d’un album de Stédo caricaturant la profession. Mais non, elle est vraie et elle révèle surtout une grave méconnaissance du travail acharné fourni par ses auteurs et de l’effort pourtant visible pour proposer un contenu varié et minutieux, qui s’adresse autant aux enfants, aux ados qu’aux adultes. Les clichés ont encore de beaux restes.

AD

En médaillon : Photo de Stédo (Stéphane Dauvin) / © CC BY-SA 3.0

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • donc ce gagnant s’engage dans un concours qui est dans le domaine de la BD, il a forcément un minimum de connaissance du domaine j’imagine, et il ne sait pas qu’une planche de BD originale c’est 300 euros ? bizarre.

    Répondre à ce message

  • Je ne pense pas que cette anecdote témoigne d’une "grave méconnaissance". Lorsqu’on est étranger à un métier, il est normal d’en ignorer les méthodes, les usages ou les subtilités. Une personne à qui j’avais offert une planche de Barbe-Rouge l’avait accrochée avec de la patafix sur le mur de sa cuisine. Je ne lui en ai pas voulu pour autant, je lui ai simplement expliqué ce qu’était une planche originale, ce qu’elle ignorait.

    Répondre à ce message

    • Répondu par sir Francis le 3 août à  07:45 :

      Pour certain, la BD est un divertissement, une récréation. Pour d’autres c’est une passion et pour d’autres encore une obsession. Mon médecin adore la BD, me dit-il un jour, et puis en approfondissant, son adoration se résume à quelques séries western (de qualités) Blueberry, Comanches, Durango. Je lui demande s’il a lu le dernier Undertaker ? Connaît pas ! Il m’entraîne dans une pièce et là il me montre une vieille sérigraphie de Swolf et "signée" ajoute t-il fièrement. Inutile que je commence à bourrer le crâne à ce brave monsieur sur les subtilités de ceci ou de cela. Il y a pléthore d’exemples semblables et je n’ai aucun mépris, mais quand on parle de pain on en parle avec un boulanger ( un artisan avec des références si possible). Ce qui arrive à Stéphane Dauvin est davantage maladroit que stupide, il a surestimé les capacités de son lectorat en l’imaginant bâtir une chapelle autour de sa sainte planche.

      Répondre à ce message

  • "Alors qu’il livre au gagnant d’un concours des planches originales, qui représentent tout de même deux jours de labeur et une valeur de 300 €"

    une planche originale pas plusieurs.

    Répondre à ce message

    • Répondu par L.L. de Mars le 4 août à  00:58 :

      Stédo a visiblement le public qu’il mérite et il me semble qu’il partage avec lui ma même notion de la valeur, indexée sur l’argent faute de pouvoir la faire reposer sur autre chose. Tout va bien.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Pat le 6 août à  07:56 :

        Le public que visiblement Stédo mérite ne partage pas la valeur, pas celle de l’argent, de votre message qui atteint des sommets de nullité crasse.
        Bien caché à l’abri derrière votre clavier, se permettre de railler aussi bassement et courageusement un public que vous méconnaissez et méprisez ainsi que le travail passionné d’un auteur de BD traduit votre évident manque de clairvoyance et de discernement sur le sujet.
        Votre message transpire la jalousie et l’amertume indexées sur le mépris des autres, de la réussite et de l’argent.
        Si pour vous malgré cela tout va bien, je vous laisse à votre insignifiance d’esprit et ne vous salue pas.

        Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD