Le premier dessin publié de Bill Watterson depuis 19 ans

28 février 2014 19 commentaires

Ils ont réussi un joli coup, les producteurs d’un documentaire sur le comic strip américain dont le DVD sort ces jours-ci aux États-Unis (également sur iTunes), Stripped : Bill Watterson lui-même en a réalisé la pochette, publiant ainsi son premier dessin depuis 19 ans.

Interviewé par les réalisateurs du film, aux côtés de quelque 90 autres témoignages, seule sa voix intervient cependant dans le trailer pour souligner combien la bande dessinée n’a pas à rougir de sa comparaison avec les autres arts.

Watterson avait une bonne raison de sortir ainsi pour la première fois de son silence graphique : le film fait le terrible constat que, ces dernières années, 166 quotidiens américains ont cessé leur activité, réduisant en peau de chagrin les supports de publication du comic strip, genre fondateur d’un art semble-t-il voué à l’extinction si la tendance se confirme.

D’un pessimisme avéré, le documentaire dresse un tableau bien sombre de l’avenir de la BD aux USA. Même le gourou Scott McCloud interrogé quant à l’avenir de la BD ne se montre pas enthousiaste : "Ce que va devenir la BD ? Je n’en sais fichtrement rien" dit-il.

Finalement, en votant pour l’auteur de Calvin & Hobbes, les ravis de la crèche électeurs du dernier Grand Prix d’Angoulême ont peut-être tracé les premières notes d’un lugubre requiem...

DP

Voir en ligne : Artbeats, un blog du New York Times

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
19 Messages :
  • "les ravis de la crèche"
    Ah, cher Didier, on reconnait bien là votre plume acerbe et cette faculté d’analyse de fond qui fait votre "succès"...

    Répondre à ce message

  • Le premier dessin publié de Bill Watterson depuis 19 ans
    28 février 2014 16:17, par un "ravi de la crêche"

    Aga ! J’ai voté Watterson, je suis donc un "ravi de la crêche".

    Bon, on sait que les insultes volent sur actuabd, dans les articles comme sur les forums. Ca met de l’ambiance. Mais ce qui serait constructif, Didier, ce serait de nous dire, à nous les idiots du village, pour qui on aurait dû voter ? Vous qui êtes intelligent (contrairement à nous), vous saviez qui était le Grand Prix idéal. Vous auriez dû nous le dire avant : ça nous aurait évité de voter de travers, comme les crétins que nous sommes !

    Aga !

    Répondre à ce message

  • Puisque vous parlez d’un film sur les comics et que vous parlez de Bill Watterson et dans le cas ou l’info n’est pas passé sur actua bd il y a un film qui s’appelle Dear Mr Watterson sorti aux usa ( ciné , dvd , je sais pas..) mais que l’on peut "trouver" sur le net ...film évidemment sur le créateur de Calvin & Hobbes..c’est tout , pour ceux que cela intéresse...(mais l’info circule peut être déja ..??..)

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 28 février 2014 à  17:49 :

      Ah bon, "ravi de la crèche" est une insulte, maintenant ? Pourtant c’est le cas, vous êtes ravi d’avoir voté, non ? Sûr de votre fait, non ? Et même fâché qu’on laisse entendre que vous pourriez l’être un peu trop. C’est mignon.

      D’ailleurs, ils sont tous ravis : les auteurs, les éditeurs, les libraires et les journalistes. On a rarement vu une telle unanimité ! Pas un qui moufte ! Les gens heureux ne font pas d’histoire, c’est bien connu.

      Quant au FIBD et à son nouveau porte-parole Stéphane Beaujean (Watterson, c’est grâce à lui, et à lui seul, c’est SON idée), ils rigolent (même pas en douce). C’est l’euphorie ! Ils likent comme des fous sur FaceBook !

      Ra-vis, on vous dit !

      Répondre à ce message

      • Répondu le 2 mars 2014 à  22:47 :

        l’adjectif ravi n’est évidemment pas une insulte. Par contre, l’expression "ravi de la crêche" équivaut à "idiot du village". C’est donc bien une insulte.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 2 mars 2014 à  23:11 :

          Je ne suis pas d’accord avec cette interprétation. L’adjectif fait allusion au santon de la crèche, dévôt assistant à la naissance du Christ : figure naïve, les bras au ciel, émerveillé, prêt à recevoir le miracle.

          C’est comme cela que je vois les participants à ce scrutin, tellement contents de pouvoir voter, ne se posant aucune question : ni sur la finalité d’un tel vote, si sur sa légitimité.

          Rien d’insultant là-dedans. Le simple constat consterné d’une réalité.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 3 mars 2014 à  09:48 :

            "La joie du ravi est démonstrative et communicative, il prête à rire avec ses bras en l’air et sa tête d’étonné. Le ravi est un personnage attachant, on dit qu’il est un "simple d’esprit". Autrefois on disait que chaque village avait son "idiot du village", son fada (qui signifie littéralement "possédé par les fées")." (wikipedia)

            "Rien d’insultant" là-dedans ? Alors si on vous traite de "Schtroumpf grognon", vous n’y verrez rien d’insultant non plus, je suppose.

            Querelle linguistique mise à part, il faudra quand même que vous nous expliquiez un jour clairement pourquoi nous avons tous tort et vous raison. Pourquoi vous préjugez que nous avons tous voté sans nous poser aucune question (vous êtes le seul à réfléchir ?). Pourquoi le choix d’un artiste aussi considérable que Watterson est illégitime. Pourquoi, si on ne partage pas votre opinion, on est forcément un "simple d’esprit".

            C’est vrai, la quasi-totalité du monde de la BD est ravi de l’élection de Watterson. Vous avez le droit d’être le seul à ne pas partager ce "ravissement" et d’exprimer votre opinion, mais nous apprécierions tous (nous les "idiots du village") que vous le fassiez avec un minimum de respect. Et en argumentant. Il est possible que vous soyez le seul à avoir raison et que nous ayons tous tort, mais alors dîtes-nous pourquoi !

            Répondre à ce message

            • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 3 mars 2014 à  11:04 :

              "La joie du ravi est démonstrative et communicative, il prête à rire avec ses bras en l’air et sa tête d’étonné. Le ravi est un personnage attachant, on dit qu’il est un "simple d’esprit". Autrefois on disait que chaque village avait son "idiot du village", son fada (qui signifie littéralement "possédé par les fées")." (wikipedia)

              Votre citation donne bien, dans sa première partie, la signification première de ce que je voulais dire : le Ravi est enthousiaste et attachant, mais peu au fait de ce qui se passe. Le caractère insultant et la comparaison avec l’idiot du village n’est qu’une interprétation ("on dit que..."). Si vous vous sentez insulté, je n’y peux rien. La vérité blesse, dit-on.

              "Rien d’insultant" là-dedans ? Alors si on vous traite de "Schtroumpf grognon", vous n’y verrez rien d’insultant non plus, je suppose.

              Non. Au passage, je vous signale que Peyo (avec qui j’ai collaboré jadis) m’assimilait plutôt au Schtroumpf à lunettes, à cause du côté "donneur de leçon" sans doute. Je ne me suis jamais senti insulté par cette comparaison.

              Querelle linguistique mise à part, il faudra quand même que vous nous expliquiez un jour clairement pourquoi nous avons tous tort et vous raison. Pourquoi vous préjugez que nous avons tous voté sans nous poser aucune question (vous êtes le seul à réfléchir ?). Pourquoi le choix d’un artiste aussi considérable que Watterson est illégitime. Pourquoi, si on ne partage pas votre opinion, on est forcément un "simple d’esprit".

              Tout simplement par votre supposé : "nous" : "pourquoi nous avons tous tort et vous raison".

              Vous vous posez en représentant d’une communauté imaginaire, une de ces masses dont parle Baudrillard, un référent "spongieux, opaque et translucide" : "Elles ne sont ni bonnes conductrices du politique, ni bonnes conductrices du social, ni bonnes conductrices du sens en général", constatait-il(A l’Ombre des majorités silencieuses, Denoël, 1978).

              Je récuse le fait que vous représentiez les auteurs ou quiconque.

              Par ailleurs, vous n’écoutez pas les arguments que j’égrène depuis que l’affaire a éclaté : connaissez-vous un seul système démocratique où l’objet du vote est décidé dans une officine privée, régi par des règles opaques et qui soumet une liste sur laquelle il n’y a aucun consensus élaboré ?

              Connaissez-vous une seule élection officielle qui fonctionne comme celle-ci ? Où a-t-on pu lire les résultats détaillés du premier comme du second tour ? Où le Festival communique-t-il sur la sociologie des votants (qui sont-ils ? Professionnels, dessinateurs, scénaristes...) ?

              Arrêtez de vous imaginer être une communauté opposant à ses détracteurs un "vote démocratique" alors qu’il s’agit d’un processus arbitraire.

              Je ne parle pas de la pantalonnade qui a consisté à dissoudre de fait l’Académie des grands Prix ("forfaiture" avais-je écrit) en provoquant la confusion entre ses votes (très clairement régentés, pour le coup) et ce scrutin-pudding qui s’habille des (faux) atours de la démocratie directe.

              Je ne remets pas en cause le génie de Watterson. Il y a la bouffonnerie qui consiste à donner un prix à un auteur qui a arrêté de produire depuis 20 ans, à distinguer d’un souffreteux Goncourt un auteur qui a la stature d’un Prix Nobel de littérature !

              Et puis il y a cette question essentielle ? Quel est l’objectif de ce vote ? A quoi sert-il ?

              Toutes ces questions là, vous ne les soulevez pas. Vous gobez des mouches. Et tout "ravi de la crèche" que vous êtes, vous avez l’arrogance de vouloir représenter les votants dont un certain nombre (j’en ai rencontrés un certain nombre depuis, vous pensez bien) se sentent effectivement "cocus" d’un scrutin bouffon.

              C’est vrai, la quasi-totalité du monde de la BD est ravi de l’élection de Watterson. Vous avez le droit d’être le seul à ne pas partager ce "ravissement" et d’exprimer votre opinion, mais nous apprécierions tous (nous les "idiots du village") que vous le fassiez avec un minimum de respect. Et en argumentant. Il est possible que vous soyez le seul à avoir raison et que nous ayons tous tort, mais alors dîtes-nous pourquoi !

              Maintenant, c’est "la quasi-totalité du monde de la BD" que vous représentez, carrément !, alors que vous signez anonymement. Et vous venez donner des leçons de démocratie, de respect ?

              En fait oui, vous (et vous seul, qui ne représentez que vous-même), vous êtes un idiot du village. Et tant pis si vous vous sentez insulté.

              Répondre à ce message

              • Répondu par Un idiot du village le 3 mars 2014 à  11:48 :

                Je suis navré que vous réagissiez avec autant d’agressivité à des messages que j’essaie pourtant d’écrire avec courtoisie, dans l’espoir, hélas vain, de pouvoir débattre posément.

                Juste une précision : en m’exprimant au nom de la "totalité de monde de la BD", je ne faisais que reprendre par l’absurde votre schéma de pensée. C’est la totalité des électeurs que vous avez qualifiée de "ravis de la crêche" (je cite : "c’est ainsi que je vois les participants à ce scrutin") et c’est vous qui avez mis la totalité du monde de la BD dans le même sac (je cite à nouveau : "D’ailleurs, ils sont tous ravis : les auteurs, les éditeurs, les libraires et les journalistes. On a rarement vu une telle unanimité !"). C’est vous qui vous êtes présenté comme la seul personne intelligente au milieu d’un océan d’"idiots du village" : je pensais qu’en reprenant ce schéma, je vous ferais plaisir. C’est raté, semble-t-il !

                Répondre à ce message

                • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 3 mars 2014 à  12:33 :

                  Je suis navré que vous réagissiez avec autant d’agressivité à des messages que j’essaie pourtant d’écrire avec courtoisie, dans l’espoir, hélas vain, de pouvoir débattre posément.

                  Je ne vois aucune courtoisie dans ce que vous écrivez et mes propos sont posés. Je ne me considère pas comme agressif, mais déterminé : le simple anonymat de votre intervention vous classe dans une catégorie que je n’apprécie guère : les fielleux qui n’ont pas le courage de leurs opinions. Pour vous, l’agressivité, c’est de vous contredire, c’est de se justifier. Agressif, "vous gobez les mouches" comme un "idiot du village", alors que c’est la stricte vérité ? Vous ne débattez pas en vérité. Et quand vous tentez de le faire, comme démontré ci-dessous, vous êtes à côté de la plaque. C’est navrant.

                  Juste une précision : en m’exprimant au nom de la "totalité de monde de la BD", je ne faisais que reprendre par l’absurde votre schéma de pensée. C’est la totalité des électeurs que vous avez qualifiée de "ravis de la crêche" (je cite : "c’est ainsi que je vois les participants à ce scrutin") et c’est vous qui avez mis la totalité du monde de la BD dans le même sac (je cite à nouveau : "D’ailleurs, ils sont tous ravis : les auteurs, les éditeurs, les libraires et les journalistes. On a rarement vu une telle unanimité !").

                  Pas du tout. Les "ravis de la crèche", ce sont les électeurs. Et effectivement,je m’étonne que la profession, si mal représentée et pareillement instrumentalisée, ne réagisse pas. Rien à voir.

                  C’est vous qui vous êtes présenté comme la seul personne intelligente au milieu d’un océan d’"idiots du village" : je pensais qu’en reprenant ce schéma, je vous ferais plaisir. C’est raté, semble-t-il !

                  Je ne me présente seulement comme un journaliste avec un tant soit peu d’esprit critique, analysant l’information que l’on nous présente. Je ne suis pas seul, je le sais : des auteurs, parmi les plus grands (à commencer par les Grands Prix "répudiés"), les patrons des plus grandes maisons d’édition, des libraires et bon nombre de jeunes auteurs prennent la mesure du ridicule de cette situation. Ils ne sont pas comme vous, en train de défendre l’indéfendable. Il n’y a aucun débat avec vous, juste une intention de chercher noise. Et d’ailleurs, j’arrête là le fil de la conversation, vos propos ne m’intéressent guère, M. L’idiot du village, puisque c’est devenu votre pseudo.

                  Répondre à ce message

      • Répondu le 3 mars 2014 à  12:18 :

        Vous avez sans doute raison : "ravi de la crêche" n’est pas une insulte. Mais c’est incontestablement une expression méprisante.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 3 mars 2014 à  12:36 :

          Ben oui, tiens. Le coup du mépris après celui de l’agressivité.

          Le mépris, il est littéralement chez vous, puisque vous comprenez de travers ce que j’écris.

          Répondre à ce message

    • Répondu par Julien le 28 février 2014 à  18:32 :

      Oui, le documentaire "Dear Mr Watterson" est disponible en DVD-Blueray (TOUTES REGIONS ! pas besoin de trafiquer votre lecteur ) http://www.dearmrwatterson.com/DMW/dearmrwatterson.html

      On peut même l’acheter avec un poster inclus !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Frenchoid le 28 février 2014 à  22:38 :

        Une précision : DVD et Blu-ray toutes régions de "Dear Mr. Watterson" commandables sur le site comprennent le sous-titrage anglais. Apparemment seules une version téléchargeable comprend le sous-titrage français.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Chanic le 1er mars 2014 à  14:38 :

          Disponible sur iTunes avec sous titre en français. Ceci dit c’est plus un hommage qu’autre chose, on n’y apprend pas grand chose... (Je parle du docu Mr Watterson)

          Répondre à ce message

  • Le premier dessin publié de Bill Watterson depuis 19 ans
    3 mars 2014 17:16, par la plume occulte

    Bill Watterson a quand même "récemment" réalisé une peinture représentant le personnage Petey ,le dessinateur en herbe ,du comic strip "Cul de Sac" de Richard Thompson : http://en.wikipedia.org/wiki/Cul_de_Sac_(comic_strip)

    Il est intéressant de lire sur la fiche WIKI la retranscription de la préface de Watterson où il salue le travail de Thompson.Travail de Thompson qui doit beaucoup à Calvin et Hobbes.

    Une peinture faite dans le cadre d’une collecte de fonds en faveur de la recherche sur la maladie de Parkinson.Le dessinateur Richard Thompson est touché par cette maladie.Voici la peinture :http://robot6.comicbookresources.com/2012/06/bill-watterson-painting-sells-for-13000-in-team-cul-de-sac-auction/

    Watterson et Thompson sont de grands amoureux et défenseurs de cette belle forme d’art qu’est la BD.

    Répondre à ce message

  • Le premier dessin publié de Bill Watterson depuis 19 ans
    3 mars 2014 23:18, par Laurent Colonnier

    Moi j’ai voté pour Blain, De Crécy et Watterson, alors je suis ravi qu’il soit élu. Qu’il ait arrêté la BD depuis 20 ans on s’en fout, après tout Wolinski a été nommé Grand Prix alors qu’il était mort depuis plus de 30 ans.

    Le problème de cette élection (piège à cons, vieux slogan) c’est la question des listes fermées, comme pour les stupides sondages de popularité des personnalités. Si on pouvait proposer spontanément son Grand Prix, je donnerai à chaque fois Wasterlain (je ne sais pas ce que ce cher Marc en penserait d’ailleurs), mais on n’est pas près de le retrouver dans la liste des récipiendaires potentiels.

    Répondre à ce message