Le site de Philippe Coudray

23 mai 2005 0 commentaire

Les frères Coudray m’ont toujours bluffé. Ces deux jumeaux reconnaissables (l’un porte une barbe, c’est celui qui dessine Barnabé, l’autre, qui dessine Béret et Casquette n’en porte pas) cultivent chacun un humour unique.

Les textes de Jean-Luc (qui écrit plus volontiers qu’il ne dessine) sont des pièges logiques qui portent la sophistique au rang de l’art comique. Comme dirait Sfar, c’est Socrate qui roule une pelle à Aristophane. Au point que Moebius et bien d’autres ont décidé, dans Monsieur Mouche, de prêter leurs images à ce poète moderne dont ils reconnaissent le caractère exceptionnel.

Le dessin de Philippe (qui dessine plus volontiers qu’il n’écrit) est simple comme du Jean de Brunhoff (le papa de Babar). Mais ne vous y trompez pas : son Ours Barnabé est bien plus subtil et bien plus fascinant que le lourdaud éléphant de vos lectures enfantines. Démontant les processus logiques, il distille une philosophie de la vie simple comme une ligne claire, mais une ligne claire qui se pense dans la complexité, qui ne s’impose pas. On la retrouve sur son site. Mais pas seulement elle : son travail pictural vaut lui aussi le coup d’œil. « La Thora enseigne comme règle de savoir-vivre qu’il faut être sensible au Beau » notait Rachi en commentaire d’un verset de l’Exode. Chez Philippe Coudray, la sensibilité prend incontestablement la forme polie.

DP

Voir en ligne : Le site de Philippe Coudray

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?