Lecture en confinement #23 : "Confessions d’un puceau" - Par Dav Guedin - Éditions Rouquemoute

8 avril 2020 1 commentaire

CONFINEMENT. La pandémie de coronavirus a eu son premier « épicentre » en Asie de l’Est. Il est dorénavant en Europe de l’Ouest avant, très probablement, de se déplacer en Amérique du Nord. Ces trois grandes régions du monde sont, et le lien avec l’extension de la maladie est clair, les plus grands pôles de la mondialisation de l’économie. Ce sont trois zones qui ont aussi vu naître les plus importants courants de la bande dessinée mondiale. Le lien est pour le coup beaucoup moins net. D’ailleurs, y en a-t-il un ? La lecture de bande dessinée expose-t-elle davantage au Covid-19 ? Nous attendons l’avis des experts...

Si vous souhaitez faire rire en abordant les sujets les plus intimes qui soient, demandez la recette à Dav Guedin. Ses Confessions d’un puceau prouvent qu’il la possède. Qu’il raconte ses premiers émois, ses fantasmes ou ses expériences sexuelles, il parvient à faire sourire voire davantage. Et ce qui pourrait être graveleux ou gênant devient léger et sincère.

Lecture en confinement #23 : "Confessions d'un puceau" - Par Dav Guedin - Éditions Rouquemoute
Confessions d’un puceau © Dav Guedin / Éditions Rouquemoute 2019

Confessions d’un puceau, paru à l’origine chez AAARG en 2016, était devenu indisponible, le tirage ayant été rapidement épuisé et jamais renouvelé - de fait, AAARG a mis la clé sous la porte. Nous saurons donc gré aux Éditions Rouquemoute, maison indépendante spécialisée dans l’humour, de proposer depuis un an une nouvelle édition, augmentée et soignée, de cet ouvrage qui demande un peu d’expérience pour être apprécié. D’abord, le langage fleuri et surtout les images explicites empêchent de mettre cette bande dessinée entre les mains des plus jeunes lecteurs. Ensuite, un peu de recul sur sa propre vie sexuelle permet d’adhérer plus facilement à l’humour de l’auteur.

Dav Guedin, dans Confessions d’un puceau - il ne le reste d’ailleurs pas tout le long du livre - reprend par le menu son éveil à la sexualité. Cela commence dès le plus jeune âge, dans la cour de l’école maternelle puis primaire. Période délicate à abordée tant elle est tabou, alors que l’on sait depuis Freud qu’elle n’est pas sans importance dans le domaine de la sexualité. Les années collège, comme souvent, sont assez ingrates. Quant au lycée, il est fait certes de hauts et de bas mais donne un élan dont le jeune adulte ne se plaint pas.

L’auteur fait preuve d’une franchise extrême. S’il aime la mise en scène et en fait parfois des tonnes, dans des compositions complexes soulignées par un encrage puissant, et d’un noir et blanc très contrasté qui oscille entre réalisme et caricature, on sent qu’il n’a rien voulu éluder. Il ne s’agit cependant pas de battre sa coulpe ou de faire la leçon. L’autodérision permanente, les portraits salés et le sens du comique font de ses confessions un ensemble de petits récits à la fois sensuels, sensibles et très drôles.

FH

Confessions d’un puceau © Dav Guedin / Éditions Rouquemoute 2019

Confessions d’un puceau - Par Dav Guedin - Éditions Rouquemoute - préface d’ELDIABLO - collection Top Moumoute - nouvelle édition augmentée (1ère édition : AAARG, 2016) - 19,4 x 28,6 cm - 136 pages noir & blanc et couleurs - couverture cartonnée, dos toilé - ISBN : 9791096708284 - parution le 15 mars 2019.

Consulter le site des frères Guedin & lire les premières pages de l’ouvrage.

Lire également sur ActuaBD :
- Luv Stories - Par les frères Guedin - Editions Même pas Mal
- Dav Guedin ("Colo Bray-Dunes 1999") : "Vol au-dessus d’un nid de coucou m’a poussé à aller vers les handicapés"
- "Down with the kids" de Dav Guedin : plus que 48 h pour participer au financement !
- "Monstruosa" : la bande dessinée hors des cases à Metz

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :