Lecture en confinement #42 : "Mémoires de quartiers. Portraits d’habitants" - Collectif - Vide Cocagne

27 avril 2020 0 commentaire

CONFINEMENT. Alors que l’épidémie ralentit en Europe, sans pour autant être terminée puisque de nouveaux cas sont détectés chaque jour, les Français attendent plus ou moins patiemment le plan de déconfinement qui doit être annoncé par le gouvernement. Deux problématiques, pas forcément compatibles, se posent : la mise en place de précautions sanitaires rigoureuses, et la remise à flot d’une économie en berne, le nombre de chômeurs ayant connu une croissance inquiétante. Les choix et leur application par la population vont quoi qu’il en soit déterminer la vie de la plupart d’entre nous pour plusieurs mois voire plusieurs années. Le moment est, on le comprend, crucial.

Quelles que soient les décisions prises, un enjeu majeur sera de ne laisser personne en chemin. Cela a déjà été le cas par le passé, obligeant les oubliés à s’organiser spontanément et à inventer de nouvelles solidarités pour se préparer un avenir voire simplement s’assurer un quotidien digne. C’est justement sur ces femmes et ces hommes que s’arrête Mémoires de quartiers. Portraits d’habitants, dix-huitième volume de la collection Soudain des Éditions Vide Cocagne.

Lecture en confinement #42 : "Mémoires de quartiers. Portraits d'habitants" - Collectif - Vide Cocagne
"Chantier-Paradis" in "Mémoires de quartiers" © Fabien Grolleau / Cédrick Le Bihan / Vide Cocagne 2020

Ouvrage collectif dans la lignée des Désobéisseurs du service public (2013), d’Hôpital public (2016) et de Féministes (2018), Mémoires de quartiers s’attache, par le témoignage ou par la fiction ancrée dans la réalité, à faire connaître les habitants de quelques quartiers dits « défavorisés », leurs initiatives, leurs vécus, leurs craintes et leurs espoirs.

Souvent d’anciennes « zones à urbaniser en priorité », ces espaces créés ex-nihilo, qui ont dès le départ abrité des groupes sociaux qu’en d’autres temps nous aurions qualifiés de classes prolétaires, sont situés à Rennes et Lorient, là où œuvrent les branches Bretagne, Ille-et-Vilaine et Morbihan de la Confédération syndicale des Familles, association dédiée à la défense des habitants, de leurs droits et de leurs conditions de vie. Issue en 1969 de l’Association syndicale ouvrière des familles, elle-même fondée lors de l’après-Seconde Guerre mondiale, la CSF, qui est à l’origine de ce livre, demeure très active et parfois très implantée localement.

Mémoires de quartiers donne un bon aperçu, même si chaque contribution est un peu courte, du fonctionnement de la CSF, des personnes qui la font vivre et de celles à qui elle vient en aide, mais aussi des lieux où elle intervient. Fabien Grolleau, à travers le témoignage de Marie-Thérèse, apporte la profondeur historique nécessaire. Loïc Gosset montre, avec humour, le fossé qui a pu se creuser entre les générations. JOP. insiste sur le rôle et l’intégration, dans l’économie comme dans la vie locale, des travailleurs immigrés et de leurs familles. Younn Locard pose un regard tendre sur un quartier de Lorient, que Nico Cado puis Fabien Grolleau et Cédrick Le Bihan nous font mieux connaître encore au travers du vécu de quelques-uns de ses habitants.

Mémoires de quartiers aborde ainsi des sujets que nous retrouvons dans toutes les villes, petites ou grandes, de France. Une histoire liée à la reconstruction du pays après la guerre, aux Trente Glorieuses, puis à la crise et à la « fracture sociale ». L’ouvrage pourra laisser un peu les lecteurs sur leur faim : ce n’est ni un reportage de longue haleine, ni une enquête sociologique. Il s’agit plutôt, et c’est également précieux, d’une somme finalement cohérente d’instantanés donnant de la chair à ces quartiers encore souvent délaissés ou dénigrés.

FH

Mémoires de quartiers © Younn Locard / Vide Cocagne 2020

Mémoires de quartiers. Portraits d’habitants - Par Nico Cado, Loïc Gosset, Fabien Grolleau, JOP., Cédrick Le Bihan & Younn Locard - Vide Cocagne - collection Soudain, - 16 x 20 cm - 72 pages en noir & blanc - couverture souple - ISBN 9782379360107 - parution le 6 mars 2020.

Au sommaire :
- « Préface », par Nicolas Go (maître de conférence à l’Université Rennes 2)
- « Marie-Thérèse et la CSF », par Fabien Grolleau
- « Paul dans sa vie », par Loïc Gosset
- « Le Blosne, trois générations », par JOP.
- « Une tour au Paradis », par Younn Locard
- « Petits pas raidis », par Nico Cado
- « Chantier-Paradis », par Fabien Grolleau & Cédrick Le Bihan

Lire quelques pages de l’ouvrage.

Lire également sur ActuaBD à propos de la collection Soudain, chez Vide Cocagne :
- Rétro "BD alternative" 2016 : légèreté mâtinée de sérieux chez Flblb et Vide Cocagne
- El Mesias - Par Mark Bellido & Wauter Mannaert - Vide Cocagne
- Intense et nerveux "Comme un frisson" d’Aniss El Hamouri
- "D’ailleurs" d’Alain Munoz (Vide Cocagne) : une histoire de mémoires
- "Je n’ai jamais dit je t’aime" : l’expression des sentiments selon Alexandre de Moté
- "Féministes" (Vide Cocagne) : des récits militants éclairés et éclairants
- "Le Temps où on enfilait des perles" de Colocho (Vide Cocagne) : la recherche d’un temps perdu
- "Bienvenue à l’usine" (Vide Cocagne) : Bastien Bertine dessine le cœur de l’industrie
- Traits Intimes - Par Joub - Vide Cocagne
- "Et si je m’en vais avant toi" (Vide Cocagne) : Alexandre de Moté modernise le mythe de Judith
- Lecture en confinement #13 : "Bruits de couloir" - Par Lucie Albrecht - Vide Cocagne

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?