Les "Coeurs chauds" de Ralf König

8 janvier 2011 1 commentaire

Depuis près de vingt ans, Ralf König met en scène le milieu homosexuel masculin, au travers de courts et longs récits, sous une forme humoristique irrésistible. Réel icône du genre, chacun des ses albums est attendu. Son dernier long récit, Djinn djinn a d’ailleurs logiquement été sélectionné au festival d’Angoulême 2008.

Son dernier-né est un recueil de courts récits dont il a le secret. Tour à tour poétique, lyrique, social, caricatural, mais toujours gai ! Enfin, disons plutôt ‘drôle’, car si König se concentre sur les homos, toutes ses petites fables visent l’ensemble des couples, quelles que soient leurs orientations sexuelles, et c’est justement ce qui fait l’intérêt et l’universalité de ses albums.

Si Cœurs chauds n’atteint pas le niveau de Djinn djinn ou de ses héros fétiches Conrad & Paul, l’ensemble demeure de très bonne facture et on prend plaisir à retrouver ça et là quelques-uns des personnages secondaires de ses précédents albums, sans que le lecteur novice ne loupe d’éléments conséquents. 64 pages de critique sociale et amoureuse, à lire sans complexe !

CLD

Les "Coeurs chauds" de Ralf König
Moins de sexe que des précédents albums, Cœurs chauds évoque plus les sentiments amoureux et le quotidien des couples.

Découvrir quelques planches

Commander cet album chez Amazon ou à la Fnac

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Les "Coeurs chauds" de Ralf König
    8 janvier 2011 12:06, par Jean-Paul Jennequin

    Quelques précisions : si ce recueil n’est pas au niveau des plus récents bouquins de König, c’est tout à fait normal, puisqu’il date de 1990. Il est d’ailleurs déjà sorti en France chez Glénat en 1998. On pouvait espérer qu’à l’occasion de cette réédition ce livre publié en Allemagne en couleurs le serait aussi en français mais visiblement, ce n’est toujours pas le cas et l’édition française reste en noir et blanc. Dernière "omission" de l’éditeur par rapport à l’édition originale : celle de plus de la moitié de l’ouvrage original, des poèmes et de courts textes en prose de Detlev Meyer illustrés par König. Bref, une version française qui dénature complètement l’édition originale allemande.

    Répondre à ce message