Les « L5 » ont provoqué stupeurs et tremblements à Angoulême !

31 janvier 2005 0 commentaire

Une foule impressionnante était rassemblée samedi après-midi au stand de l’éditeur Theloma.

Serait-ce pour acclamer Michel Faure, le talentueux auteur des Fils de L’Aigle que la maison d’édition réédite avec le plus grand soin ? Hélas non ! Les « L5 » y était annoncées pour dédicacer l’album de bande dessinée qui leur est consacré. Une centaine de jeunes adolescents, tremblotant à l’idée de rencontrer leurs idoles, s’étaient déplacés pour avoir un bel autographe des cinq chanteuses. L’éditeur, ravi par ce coup marketing, nous a assuré que les nanas étaient arrivées à signer tous les bouquins en moins de deux heures…

Les éditeurs avoisinants vivaient alors un profond désarroi. Ce mouvement de foule ne laissait quasiment aucune place aux festivaliers pour déambuler devant leurs stands ou s’attarder sur leurs livres. Heureusement que la sympathique Christelle Miremont – du groupe Logement 47 -, défendait avec acharnement le dernier livre de Farid Boudjellal (Le Chien à Trois Pattes), parvenant ainsi à saisir l’attention des rares personnes ne s’intéressant pas aux L5

Les « L5 » ont provoqué stupeurs et tremblements à Angoulême !
L’une des L5...
Photo (c) Nicolas Anspach.



Le Festival de la Bande Dessinée d’Angoulême devrait plancher sur des solutions pour drainer ce type de mouvement de foule avec plus de fluidité (et de sérénité : des adolescents faillirent s’évanouir).

La « Pipeulisation » de la bande dessinée semble ne pas faire que des heureux ! A quand la note de crédit pour les éditeurs lésés ?

NA.

PS : Le Chien à Trois Pattes est une co-édition TartaMudo & Groupe Logement 47. Nous vous en reparlerons prochainement.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?