Les éditions Bicéphale cessent leurs activités

13 avril 2019 0 commentaire

Les éditions Bicéphale, fondées en 2003 par Jérôme et Emmanuel LeGlatin, ont annoncé vendredi 12 avril la cessation de leurs activités. Le site Internet de la structure restera cependant ouvert jusqu’au 26 août 2019, permettant ainsi de commander les livres encore disponibles.

Bicéphale a débuté comme une maison d’auto-édition. Jusqu’en 2010, les frères LeGlatin ont édité uniquement leurs propres œuvres. Le Prométhée Voyageur inaugure leur catalogue. Puis vient le Projet 52, composé de récits construits comme un jeu entre les deux frères : l’un écrit - Jérôme - et l’autre dessine - Emmanuel - chaque semaine pendant un an sans qu’il n’y ait plus d’échange que le simple envoi des créations. En résulte une série de huit fanzines publiés au format carré, où la réflexion conceptuelle sur la bande dessinée prend une part importante, enjeu qui est d’ailleurs l’un des fils rouges de Bicéphale.

Les éditions Bicéphale cessent leurs activités

Bicéphale a accueilli à partir de 2005 « Caporal & Commandant », personnages qu’ils font vivre pendant plusieurs années y compris hors de leur propre structure éditoriale, en particulier chez L’Égouttoir et The Hoochie Coochie. En 2010 est créée une collection ouverte à d’autres auteurs et donc intitulée « Collection non-consanguine ». Le premier ouvrage en est Docilités de L.L. de Mars, réédité depuis par La 5e Couche, et le dernier La Vase noire dans l’œil nuit de Florian Huet. Muzotroimil y publie OXO mais nous y trouvons également Docteur C. dans la série 7 accordéons de Kündig (2012), des livres fondés sur une contrainte imaginée par Andréas Kündig et dans lesquels interviennent également Jérôme et Emmanuel LeGlatin ainsi que L.L. de Mars.

Tous les ouvrages de Bicéphale ont en commun l’expérimentation graphique et la remise en cause des fondements traditionnels de la bande dessinée. Récits en apparence incohérents, compositions innovantes, jeux sur les formes et le discours... La volonté de bousculer la lecture est toujours présente, sans que l’aspect esthétique ne soit négligé.

Si certains qualifieront ces livres de « difficiles », ils sont en fait le produit d’un bouillonnement intellectuel et d’une culture artistique riche. Le problème d’accessibilité du catalogue de Bicéphale résidait davantage dans les problèmes de distribution et de diffusion, les frères LeGlatin ne souhaitant pas forcément sacrifier à un système commercial qu’ils estiment peu ouvert aux créations sortant des sentiers battus.

FH

Consulter le site des éditions Bicéphale.

Lire également sur ActuaBD : "Polyphème" de J. & E. LeGlatin : de la modernité des classiques

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?