Les nouvelles intégrales de Barbarella

10 avril 2015 10 commentaires

Si de grands personnages de la bande dessinée feront leur retour dans les mois qui viennent, certains demeurent immortels… telle la divine Barbarella de Jean-Claude Forest !

Icône des Sexties et créée en 1962, Barbarella eut un premier album en 1964... mais qui connut les affres de la censure. En effet, le personnage de Forest respirait la sensualité et la liberté, deux qualités dans l’air du temps, mais qui tranchaient radicalement avec la précédente position de la femme dans la bande dessinée, souvent cantonnée au rôle de faire-valoir.

Les nouvelles intégrales de Barbarella
Le tirage limité en grand format, dit "de luxe"

Roger Vadim avait immortalisée cette nouvelle icône au cinéma en 1968 sous les traits de Jane Fonda. Et c’est en 1974 que parut le deuxième tome intitulé Les Colères du Mange-minutes, qui amplifiait encore la sexualité affichée de cette aventurière de l’espace-temps, mais également sa vulnérabilité, ce qui la rendait d’autant plus humaine.

En 1994, Les Humanoïdes Associés avaient publié une première intégrale, qui reprenait ces deux premiers opus, agrémentée d’une préface de Guy Vidal. Vingt ans plus tard, la même maison d’édition propose deux nouvelles versions de cette même première intégrale, qui sont complétése d’une courte introduction de Nicolas Winding Refn, créateur de la série télévisée Barbarella en cours de développement :

- Une version plus réduite et à un prix démocratique, qui propose des planches en noir et blanc. C’est l’album idéal pour le commun des plus jeunes lecteurs qui n’auraient pas encore succombé aux aventures de la belle :




- Une version très grand format, numérotée et en bichromie, qui permet de mieux profiter des très belles perspectives de Forest :


On s’attend cette fois à ce que les Humanos ne s’arrêtent pas en si bon chemin, et prolongent cet hommage par la second intégrale des aventures de Barbarella !

CLD

Commander :
- l’intégrale en petit format noir et blanc sur Amazon ou à la FNAC
- l’intégrale en grand format en bichromie Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
10 Messages :
  • Rassurez-vous, il n’est pas nécessaire de pousser les humanos pour qu’ils sortent une nouvelle intégrale de ce que vous voulez en plus des 3 ou 4 précédentes toujours disponibles...

    Il faut bien vivre.

    Répondre à ce message

  • Les nouvelles intégrales de Barbarella
    10 avril 2015 12:12, par Moynot

    J’ai eu l’occasion de voir l’original de l’avant dernière planche montrée ici (l’Ange). La bichromie était indiquée par un lavis bleu inactinique. Très beau, et très surprenant. Un procédé dont je n’avais jamais entendu parler à l’époque et dont je n’ai pas vu d’autre exemple depuis.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Laurent Colonnier le 10 avril 2015 à  18:52 :

      Il me semble qu’Hergé utilisait le même procédé dans ses albums noir et blanc pour indiquer où devait être la trame.

      Répondre à ce message

  • Les nouvelles intégrales de Barbarella
    11 avril 2015 12:22, par sebso

    Rééditer Barbarella, c’est très bien.
    Mais il serait difficile de le faire plus mal que les Humanos : l’édition de luxe est hors de prix et elle ne respecte même pas la bichromie d’origine (avec une couleur différente pour chaque chapitre). Et aucun appareil critique. A ce prix, c’est vraiment de l’abus. Il vaut mieux trouver une édition des années 1960 sur Internet : c’est la même gamme de prix et les pages sont plus belles.
    L’integrale des deux premiers albums reprend la pire version des aventures de Barbarella : noir et blanc alors que cela avait été conçu pour la bichromie ou la couleur, mauvaise qualité de l’impression donnant une impression de flou.

    Répondre à ce message

  • Les nouvelles intégrales de Barbarella
    12 avril 2015 17:34, par La plume occulte

    Qu’est-ce que ces planches sont belles.....!!
    Pourquoi vouloir mettre de la bichromie ou quoi que ce soit sur un coup de pinceau pareil ?! Absolument fabuleux Forest quand il est dans cette veine là.

    Répondre à ce message

    • Répondu par RDevelder le 12 avril 2015 à  19:25 :

      Pourquoi vouloir mettre de la bichromie ou quoi que ce soit sur un coup de pinceau pareil ?!

      Parce que Forest lui-même a conçu les pages comme ça. Si ça avait été destiné à être publié au trait noir, Forest aurait contrasté ses dessins autrement.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 12 avril 2015 à  20:49 :

        À cette époque-là, beaucoup d’auteurs concevaient leurs planches d’abord en noir et blanc, puis rajoutaient les indications pour la bichromie ou la couleur. Ils n’étaient pas assurés que les replacements dans la presse (qui prévalait plus que largement sur l’album) permettraient la couleur ou la bichromie. Les planches en noir et blanc sont AUSSI une conception de l’auteur.

        Répondre à ce message

      • Répondu le 12 avril 2015 à  20:55 :

        En êtes-vous certain ? Ne serait-ce pas une volonté de l’éditeur plutôt ? J’avoue mon ignorance sur ce sujet, mais si vous avez des références je suis preneur.

        Répondre à ce message

        • Répondu par RDevelder le 12 avril 2015 à  23:46 :

          L’auteur sait si le support pour lequel il travaille est en couleur, bichro ou n&b, il travaille en conséquence. Là c’est Forest lui-même qui indique les bleus, pas un chromiste chez le photograveur.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 13 avril 2015 à  15:26 :

            Pourquoi publier en noir et blanc des albums de giraud, Franquin, Boucq,Macherot et tant d’autres puisque ces auteurs ont travaillé pour une publication en couleurs, faisant soit leurs couleurs eux-même, soit des indications précises à destination des coloristes, si je suis bien votre raisonnement ? Simplement pour jouir de la qualité du trait, du dessin. Si ça ne vous plait pas, n’achetez pas.

            Répondre à ce message