Les vingt Chats de Geluck sur la Grand Place de Bruxelles

1er avril 2021 0 commentaire Actualité
Classification : tout public

MIAOÙ ? À Bruxelles ! D’ores et déjà assuré de son succès à Paris, en dépit des sauts de carpe des requins de l’art contemporain, Philippe Geluck continue d’avancer et prépare l’itinérance de sa compagnie de ses chats de bronze. La prochaine destination est… la Grand Place de Bruxelles.

Ce que n’ont pas perçu les pontes de l’art moderne parisien, c’est la démarche proprement surréaliste (une tradition belge) de l’opération de Geluck sur les Champs. Déjà Marcel Duchamp (un précurseur, celui-là) s’amusait des cris d’orfraies d’une « même opposition de la part d’une élite intellectuelle de conservateurs, de critiques d’art, qui restaient dans leur fromage qu’ils avaient établi depuis 1913… » [1]

Cela dit, Geluck s’en fout comme de son premier maatje. Il a décidé de mettre ses 20 chats sur la Grand Place de Bruxelles. Hein ? Sur la Grand-Place ? Mais les vingt statues n’y rentrent pas ! En fait, si : c’est le public qui n’y rentrera pas. L’idée lui a été soufflée par Laurent Baffie.

Les vingt Chats de Geluck sur la Grand Place de Bruxelles
Philippe Geluck et Laurent Baffie. Ils nous préparent une bonne blague.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

« C’est le principe de la performance, rigole Geluck, personne ne pourra voir l’expo, sauf du balcon de l’Hôtel de ville. Cela s’appellera : Le Chat fait le plein.  » Au centre de la place, une scène où des performances seront prévues et notamment, le jour de l’ouverture « pour fêter la fin de la pandémie », un concert d’artistes dont Bilal Hassani qui chantera son dernier tube : « Fais le vide !  »

« Comme on ne va pas être débarrassé de sitôt de la Covid, la distanciation sociale sera assurée  » s’esclaffe l’humoriste bruxellois. Mégalo, Geluck ? Sans doute. Que celui qui n’a jamais pêché lui jette la première pierre !

DP

Quoi ? Il n’est pas frais mon poisson ? Et oui, beaucoup d’entre vous ont observé que nous étions le 1er avril, le jour des farces et chaque année, nos lecteurs le savent, nous produisons quelques poissons. Plusieurs de nos informations d’aujourd’hui avaient le fumet d’un hareng saur... Nous demandons aux victimes de ces plaisanteries de bien vouloir nous excuser. Idem pour les agences de presse et les chers collègues qui reprennent nos dépêches (à la ligne). La rédaction d’ACTUABD.com.

[1Entretiens entre l’artiste Marcel Duchamp et Georges Charbonnier, ORTF, 1960.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.