Lisa Simpson T1 - Quel Talent ! - Matt Groening - Jungle

12 juin 2013 1 commentaire

Après l’énorme succès des Simpson en bande dessinée (21 tomes parus) ayant donné lieu à une série axée sur Bart (4 tomes), c’est au tour de Lisa d’avoir droit à sa propre collection. La plus brillante des Simpson est mise à l’honneur dans son quotidien compliqué d’enfant génie incompris.

Lisa est contrariée. Son spectacle a lieu ce soir et personne ne peut l’emmener. Marge a été monopolisée par Bart et Homer et ils risquent de ne pas assister à la représentation. Elle est tellement énervée qu’elle s’en renverse du sirop sur sa jolie robe. Mais que va-t-elle bien pouvoir porter ce soir ?

Tel est donc le pitch de l’une des 6 aventures de ce premier recueil, dont il est important que préciser qu’ils sont dessinés et scénarisés par des auteurs différents, Matt Groening ne servant que de prête-nom sur la couverture pour appâter le chaland.

Entre les différents auteurs, je vous rassure, on ressent peu la différence. Graphiquement on ne voit pas une recherche extrême dans les cadrages, mais on retrouve l’esprit du dessin animé. Pour le reste, difficile de trouver quelque chose à sauver…bref, passez votre chemin.

GCQ

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Tel est donc le pitch de l’une des 6 aventures de ce premier recueil, dont il est important que préciser qu’ils sont dessinés et scénarisés par des auteurs différents, Matt Groening ne servant que de prête-nom sur la couverture pour appâter le chaland.

    Étrange conclusion... J’ai pourtant l’impression que pour les gens qui visitent ActuaBd, il y a un minimum de connaissance de cette série tv où l’on peut déjà constater que Matt Groening est "creative consultant" et "executive producer". Le grand public s’en moque bien, il achète les Simpsons pour la série pas pour Groening -écrire que l’on appâte le chaland sur son seul nom, faut pas exagérer ! Groening n’est pas encore Disney au niveau du "branding", et il n’y a peut-être même pas la volonté de vouloir l’être. Et les quelques fois où je suis allé chez Mc Donald je ne me suis pas attendu à ce que ce soit un clown qui me serve un hamburger.

    Répondre à ce message