Lolita Séchan tacle les deux affreux du Paf, Naulleau et Zemmour

26 septembre 2010 34 commentaires

Moment assez jouissif, hier soir, sur France Télévisions dans l’émission de Laurent Ruquier qui recevait Lolita Séchan, bloggeuse et auteure de BD, notamment de Marshmalone qui vient de paraître aux éditions Hélium.

Au moment de passer devant les deux critiques de l’émission qui se font un point d’honneur de dénoncer les vanités des célébrités de la culture, il semblait évident que la jeune femme allait se faire croquer par ces Ramonagrobis du paf : Fille du chanteur Renaud, épouse du chanteur Renan Luce, elle semblait vouée à être étiquetée comme un produit de la complaisance médiatique.

Fait aggravant : sa BD, un produit typique de la génération blog dévoreuse de mangas, a tout l’air d’un produit léger qui se mange… justement comme un marshmallow ! Tout le contraire de ce que nos deux compères ont l’habitude de consommer. Zemmour, qui n’en est pas à sa première sortie contre les mangas, une littérature qu’il ne connaît pas, a tout de suite considéré que ce livre, « c’était rien ». Naulleau, en général plus subtil que son partenaire, mais qui ne connaît des mangas que Quartier lointain de Taniguchi (il ne cite que celui-là), avoue que cette littérature pour « adulescents » ne lui parle pas, que dès lors, il n’a rien à en dire.

Devant cette vacuité critique, Lolita Séchan n’a pas eu trop de difficulté à s’affirmer pour ce qu’elle est : une jeune femme intelligente, connaissant très bien la bande dessinée (son père qui est un collectionneur compulsif de BD franco-belge a eu de quoi lui assurer une bonne formation), notamment les mangas et la BD américaine, et que sa carrière qui a commencé au Canada ne doit rien aux relations de son père.

La jeune femme, par ailleurs ravissante, a convaincu, tant par son humilité –elle se considère comme une débutante- que par son honnêteté et par sa franchise. Ainsi admet-elle que si elle n’avait pas été la fille de Renaud, elle ne serait sans doute pas passée dans l’émission.

Reste son album qui raconte les sentiments d’une jeune adulte à qui son père apprend au téléphone qu’elle va avoir un petit demi-frère. C’est frais, léger, sans prétention, sans doute pas le chef d’œuvre de l’année. Mais c’est raconté et dessiné avec justesse.

Bienvenue dans le monde de la BD, Lolita.

DP

Commander cet ouvrage chez Amazon

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
34 Messages :
  • Je vois pas en quoi et a quel moment la fille de renaud, pardon lolita Séchan, a taclé les 2 Eric...comme d’habitude ils ont raison, son "livre" c’est rien donc rien à dire, point !
    C’est vrai elle a eu au moins le mérite d’avoué qu’elle était là grace a son nom...ce qui est quand même courageux et surtout pathétique...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Nico le 26 septembre 2010 à  18:08 :

      le mérite d’avouer.

      Répondre à ce message

    • Répondu par fanche le 26 septembre 2010 à  19:37 :

      Parfaitement d’accord !!! je ne sais pas ce que vaut son oeuvre mais elle n’a en rien taclé comme vous le dites les 2 critiques acerbes de Ruquier à la répartie devastatrice...

      Répondre à ce message

    • Répondu par Pierre le 26 septembre 2010 à  22:12 :

      Et pourtant elle les a effectivement taclé. Ne serait-ce qu’en restant naturelle, souriante et surtout modeste, malgré les "attaques" ( ou les "jugements", puisque Zemmour se considère comme un juge ) assez habituelles des 2 chroniqueurs de " on est pas couché ". Répondre à ces attaques est un exercice de style dont Lolita - ou la fille de Renaud, pour ceux qui voudraient prétendre qu’elle n’est rien d’autre - s’est trés brillament sortie, avec un sens de la répartie qui démontre une intelligence fine. Notamment lorsque Zemmour, comme toujours beaucoup moins subtil que son compère Naulleau, l’a traitée d’adolescente attardée ( ou quelque chose dans le genre ), et où elle lui a répondu du tac au tac qu’elle préférait rester une ado attardée que devenir un vieil aigri, ce à quoi Zemmour n’a absolument rien trouvé à répondre.

      Cela dit, elle n’avait aucunement besoin de les tacler, car ils se sont taclés eux-même en prétendant que ce livre n’était rien et que donc il n’y avait rien à en dire, pour ensuite en parler pendant un bon moment ; quand on a rien à dire, il est préférable de ne rien dire plutôt que de vouloir à tout prix parler de "rien", ou même simplement de se qu’on ne connait absolument pas.

      Cette "petite" Lolita a énormément de qualités, et suffisamment en tous cas pour devenir "quelqu’un" sans avoir à être la fille de son père... même si comme elle le reconnait elle-même, ça aide.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 28 septembre 2010 à  00:03 :

        Et pourtant elle les a effectivement taclé. Ne serait-ce qu’en restant naturelle, souriante et surtout modeste.

        > Si vous connaissiez un peu le football vous sauriez qu’on tacle rarement quelqu’un en restant poli et souriant...

        Répondre à ce message

        • Répondu par JmZ le 29 septembre 2010 à  18:28 :

          On parle foot ou littérature ?

          Répondre à ce message

        • Répondu par Pierre le 29 septembre 2010 à  20:39 :

          Si vous aviez fréquenté les salles de cours de Français un peu plus souvent que les stades de foot, vous sauriez qu’un mot peut posséder un sens propre et un sens figuré, et que c’est le cas notamment en ce qui concerne le verbe "tacler" ;)

          Répondre à ce message

    • Répondu par Adrien.M le 16 octobre 2010 à  12:57 :

      Elle ne reconnait pas être "la fille de", c’est une mauvaise interprétation de ses paroles. Ce qu’elle reconnait, c’est qu’elle n’est pas une femme extraordinaire, qu’elle fait simplement ce qu’elle aime faire, en tout amateurisme, et que si elle s’est trouvée sur ce plateau, c’est uniquement parce que ELLE A ETE INVITEE, du fait qu’elle s’appelle Séchan. Ce sont les médias qui font d’elle une "fille de". Il y a énormément de bouquins dans son genre qui sortent tous les ans. On n’en parle pas, parce que les auteurs ne sont pas "célèbres".
      Alors foutez lui la paix, elle demande juste à faire ce qu’elle a toujours aimé, sans prétendre à quoi que ce soit d’autre.

      Répondre à ce message

  • On a pas du voir la même émission... Et pourtant j’étais sur le plateau du direct !

    Lolita Séchan a sorti un livre sans intérêt, publié par un éditeur nouveau sur le marché, cherchant simplement à faire un coup de pub en sachant que la fille de Renaud pourrait faire des télés.

    Effectivement, Zemmour et Naulleau n’avait rien à en dire et que dire face à une telle vacuité ? Un roman de 50 pages (102 en comptant les dessins), sans singularité, sans génie, et surtout sans public puisque cela ne concerne qu’elle et que sans originalité stylistique ou graphique, cela n’intéressera personne.

    Lolita Séchan s’est également exprimé à propos d’un autre fait notable de sa toute jeune carrière... Elle a été cinquième assistante sur un film dans lequel jouait son papa. Elle a donc pu tenir des portes et soulever des caisses. Fantastique...

    Autant je peux parfaitement comprendre que Lolita Séchan ait envie de s’amuser et qu’écrire soit pour elle une source d’épanouissement, autant je suis très gêné par le fait que les vrais auteurs et artistes n’aient plus, aujourd’hui, aucune visibilité, en raison du terrain médiatique entièrement bouffés par les people et leur progéniture.

    A méditer. Zemmour et Naulleau, pourtant au coeur du système, ont eu le courage d’aborder le sujet avec sincérité.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 26 septembre 2010 à  20:56 :

      On a pas du voir la même émission... Et pourtant j’étais sur le plateau du direct !

      Ils sont mignons tout plein les fan-boys de Naulleau et Zemmour, au point de prétendre n’importe quoi sous le sceau de l’anonymat.

      Effectivement, Zemmour et Naulleau n’avait rien à en dire et que dire face à une telle vacuité ? Un roman de 50 pages (102 en comptant les dessins), sans singularité, sans génie, et surtout sans public puisque cela ne concerne qu’elle et que sans originalité stylistique ou graphique, cela n’intéressera personne.

      C’est votre opinion et je ne la partage pas.

      Lolita Séchan s’est également exprimé à propos d’un autre fait notable de sa toute jeune carrière... Elle a été cinquième assistante sur un film dans lequel jouait son papa. Elle a donc pu tenir des portes et soulever des caisses. Fantastique...

      Je n’ai vu qu’une fille sincère qui ne se la pétait pas et qui, au contraire, a tenté de recadrer une question de Ruquier à ce sujet.

      Autant je peux parfaitement comprendre que Lolita Séchan ait envie de s’amuser et qu’écrire soit pour elle une source d’épanouissement, autant je suis très gêné par le fait que les vrais auteurs et artistes n’aient plus, aujourd’hui, aucune visibilité, en raison du terrain médiatique entièrement bouffés par les people et leur progéniture. A méditer.

      Ah oui, ces pauvres auteurs gênés par la surproduction... Un coup d’œil sur les statistiques de notre ami Ratier vous montrera que de plus en plus d’auteurs sont publiés par de plus en plus d’éditeurs, les people n’ont rien à voir là dedans. Sauf que leurs livres ont des chances de se vendre puisqu’il y a une marque assez forte pour les défendre. A méditer...

      Zemmour et Naulleau, pourtant au coeur du système, ont eu le courage d’aborder le sujet avec sincérité.

      C’est à pouffer de rire. Ce duo digne des vieux au balcon du Muppet Show n’a aucun courage d’aucune sorte, ils sont là pour flinguer tout ce qui bouge. Vous confondez critique et spectacle.

      Répondre à ce message

      • Répondu par lolo le 28 septembre 2010 à  20:43 :

        Quand on critique, autant ne pas faire de fautes d’orthographe !!!

        Répondre à ce message

      • Répondu par Christiannosk le 30 septembre 2010 à  14:38 :

        Je suis d’accord avec Pasamonik. 1 : Les messages anonymes devraient être bannis de ce blog. 2:Ce type de critique (c’est rien, nul et non avenu, inexistant, creux - ou plein de vide,...) manque un peu 1)de retenue et 2)de consistance. Enfin, 3 : L’image des Muppets est excellente ! C’est exactement ça ! Ils font ce que la productrice leur a demandé de faire. A la limite, ils en deviendraient même presque méritants (j’ai failli dire "sympathiques" mais faut pas exagérer non plus !) si on pense qu’ils se forcent peut-etre un peu à le faire...

        Répondre à ce message

    • Répondu par Les Contes de Cathie le 3 janvier 2013 à  12:37 :

      J’ai eu l’occasion, récemment, de rencontrer Lolita sur un salon du livre. Nous avons parlé et échangé très simplement. Si je n’avais pas lu la presse plus tard, je n’aurais pas su qui elle était tant elle est discrète et charmante.
      Après... sa production, on aime ou on n’aime pas, c’est autre chose. A chacun ses goûts.
      Toute la difficulté quand on est "fille de..." ou "épouse de... " est certainement de faire face à l’envie pour ne pas dire la jalousie des autres.
      Il est vrai que lorsqu’on n’a "pas de nom", on ne réussit pas aussi facilement. Surtout quand son livre n’arrive pas au salon à l’heure... :)Tant pis... :(.
      http://lescontesdecathie.blogspot.com

      Répondre à ce message

  • Lolita Séchan n’a pas eu trop de difficulté à s’affirmer pour ce qu’elle est ...et que sa carrière qui a commencé au Canada ne doit rien aux relations de son père.

    Ahahah ! Vous m’avez bien fait rire.

    Répondre à ce message

  • J’aimerais savoir ce qu’avaient sur les yeux et les oreilles les braves gens qui ont trouvé que Lolita Séchan avaient taclé les deux Eric, que le moment était jouissif et qu’elle était humble, sincère et que son père n’avait rien à voir là-dedans - je passe sur les confidences à la Cosette sur le poste de 5e assistante dans un film. Considérons d’abord le brouhaha sur le plateau (gens qui huent les duettistes de la mort, intervention des autres invités, Ruquier qui coupe dans le tas) et la voix fluette de la demoiselle venue défendre son "roman graphique" (je rigole ! Pratt se retourne dans sa tombe !) qui en avait évidemment bien besoin : au bout du compte, elle n’a rien dit d’intéressant, n’a pas fait montre d’une connaissance éblouissante de la bd - d’ailleurs, son bouquin s’apparente plus à de l’illustration qu’à de la bd - et, avant que Patrick Bruel et Daniel Guichard se ruent à sa rescousse en preux chevaliers, sans compter Sara Forestier qui a insisté sur la "générosité" de l’oeuvre après l’avoir feuilletée dix secondes en coulisses, avait une moue bien triste et le verbe bien plat, ce qu’on peut comprendre. Mais on peut tout aussi comprendre l’opinion des deux Eric - rien - sur ce qu’ils estimaient être un gros rien : on n’a effectivement rien à dire sur du rien. Je les ai même trouvés bien gentils parce qu’ils auraient pu se vautrer de façon cruelle sur l’insipidité de la tranche de vie de Lolita et en souligner, tant sur le plan graphique (son petit garçon est habillé en lapin parce que c’est plus facile au niveau anatomique) que "scénaristique" (si je puis dire), la très profonde indigence. Quant à son soi-disant aveu par rapport à ses facilités de fille à papa, il lui a été arraché par Zemmour bien qu’elle ait d’abord nié tout népotisme en disant qu’elle avait été publiée au Québec(Hahaha). L’argument aurait peut-être été plus efficace si elle avait publié en Argentine ou en Mongolie extérieure, mais le Québec ! Une extension de la France ! Et personne n’y connaît Renaud Séchan ? Aucun intermédiaire, aucun agent, personne ? C’est être bien naïf et accorder beaucoup de crédit au talent de fifille que de croire cela.

    Répondre à ce message

    • Répondu par stéphane le 27 septembre 2010 à  15:38 :

      Je regarde l’émission "on n’est pas couché" depuis sa création,
      Laurent Ruquier n’avait encore jamais invité d’auteur de BD.
      Si cette constatation peut suffire comme preuve évidente d’un népotisme/copinage.
      Par contre, si à partir de la semaine prochaine, Ruquier invite un auteur de BD par émission, je considérerai que Lolita Séchan a ouvert une porte grâce à sa notoriété filiale et qu’il y a partage et générosité.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Flupke le 27 septembre 2010 à  16:34 :

      Je n’aime pas l’émission de Ruquier, ni Ruquier d’ailleurs. Mais j’adore Renaud depuis la première heure. J’ai trouvé Lolita Séchan nature, ni intello, ni fille à papa. Elle a présenté un superbe petit album frais, sensible et drôle, un brin autobiographique au dessin fin et mignon. Que dire de l’attitude des 2 Eric dont Zemmour, qui a des goûts de chiottes (comme les gens de droite d’ailleurs) ? Rien !
      Lolita s’en est bien sortie de cet interview piège("tacler" les 2 Eric, le mot est un peu fort.. j’ai vu l’émission) et sa présence à cette émission était courageuse de sa part !
      Merci Lolita

      Répondre à ce message

      • Répondu par Emeric Plemeur Bodou le 29 septembre 2010 à  18:48 :

        Je sais que ce n’est pas de lui dont il est question ici, mais quand vous faites allusion à Renaud en l’opposant implicitement aux "goûts de chiottes" des deux rigolos "de droite" qui officient chez Ruquier, je me sens obligé de vous rappeler combien Renaud est devenu bien-pensant, médiocre et méprisable. De droite, en somme, si je suis votre raisonnement.
        Et je dis ça sans sourciller puisque je me sens bien plus proche de l’engagement passé de ce chanteur assez génial en son temps (temps malheureusement lointain et révolu), que des postures des deux Eric.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 29 septembre 2010 à  21:24 :

          des deux rigolos "de droite" qui officient chez Ruquier

          Il y a erreur, Zemour est bien de droite (voire d’extrème-droite, il assume) mais Naulleau est clairement de gauche (bien-pensante peut-être, mais de gauche).

          Répondre à ce message

          • Répondu par Christiannosk le 30 septembre 2010 à  14:28 :

            Faut croire que nous sommes en présence d’un parfait exemple de phagocytage... et c’est Zemmour qui a bouffé l’autre arriviste qui est devenu accro au fait de passer à la télé (voir l’été 2009, le nombre d’émission où il s’est incrusté) Naulleau de gauche ? Hahaha ! Les deux compères se présentent toujours comme de pôv’ victimes ("On ne nous laisse pas nous exprimer... OuinOuin..."), passent leur temps à tchatcher entre eux pendant que les invités parlent, à se donner des coups de coude et à ricaner comme des hyènes. Mais la question politique, si elle est intéressante (Comparer avec l’intransigeance, l’intégrité, de Michel Pollac, qui lui, venait, lisait son papier sur un livre particulier -alors que maintenant ils mettent leur grain de sel à tout bout de champs-, et s’engueulait iou tirer en permanence la gueule à son voisin...), n’est pas l’essentielle. Il s’agit aussi de méchanceté, d’attitudes odieuses. Pae exemple, cette façon qu’a eu Naulleau de répéter 3 ou 4 fois de suite "C’est pas bon", comme un petit gamin de 7 ans, avec son grand sourire forcé comme pour appuyer le propos et le résumer, en fait à : "Je suis en train de me foutre de ta gueule". Il avait dit ce qu’il avait à dire (contre rémunération) et pouvait glisser en douceur vers autre chose. Et ben non ! J’ai le pouvoir et je le montre ! Et j’en abuse ! et c’est moi qui vais gagner ! Minable ! Il s’agit d’argumentation hasardeuse : dire "c’est rien" alors que c’est du graphisme, de l’encre, des cadrages, des heures penché sur la feuille, c’est une façon minable de commenter un bouquin. En psychologie on appelle ça un "message de mort : « Tu n’es rien ; Tu n’existes même pas ! », et c’est la pire des violences qui puissent exister. Enfin, Ruquier comme les deux autres, ne semblaient pas être au courant du fait que le festival "Festi’Blog 6ème édition s’était tenue ce jour là dans le 3ème à Paris (ils connaissent probablement mieux les événements du Paris by night)alors que la perche leur été toute tendue, dès l’arrivée sur le plateau de Lolita qui, en réponse à Ruquier, a précisé qu’elle avait passé la journée à un festival BD. Mais, faut croire, les "Dessineux" et les "Journaleux" n’ont pas les mêmes valeurs...! En conclusion, la gamine s’en est bien sortie et les deux affreux ont fait leur numéro, comme on leur demande de le faire ("faut qu’ça buzze ! "), mais avec ce petit truc en plus : Ils parlaient d’un sujet sur lequel ils ne connaissent rien (et n’ont donc aucune légitimité pour porter un jugement) et ils ont, par effet d’autodéfense surement, fait montre à un degré inégalé d’arrogance et d’autosatisfaction. Lolita n’avait qu’à les laisser partit et se contenter de ne pas être déstabilisée. Ce qu’elle a fait et bien fait.

            Répondre à ce message

          • Répondu par flupke le 5 octobre 2010 à  16:46 :

            Je dis bien que c’est de Zemmour dont je parle et non pas de l’autre Eric !! Dont acte !

            Répondre à ce message

  • j’ai feuilleté ce livre la semaine dernière, parce que je connaissais le nom de l’auteur (lolaaaa ! c’est malgré moi, je suis morgane de toi ;-))) . Il n’a pas fallu 5 pages pour que je le redépose dans le rayon, pas attiré du tout par ce graphisme à deux sous.

    Répondre à ce message

  • Lolita Séchan tacle les deux affreux du Paf, Naulleau et Zemmour
    27 septembre 2010 22:15, par Sebastien C.

    C’est album est drôle, attendrissant et mignon ! remplit de fraîcheur, pareil à une boule de crème glacée à la fraise par un bel après-midi d’été. Les prémices d’une carrière prometteuse.

    Répondre à ce message

  • Lolita Séchan tacle les deux affreux du Paf, Naulleau et Zemmour
    28 septembre 2010 00:04, par Pierre-Marty

    Lolita Séchan s’est faite sécher, ni plus ni moins, et vu le bouquin ce n’était pas très compliqué, pire, ce n’était même pas drôle.

    Répondre à ce message

  • Le bouquin est marrant et distrayant ... je crois en plus qu’il na pas d’autre prétention ! En cela, il remplis son office.
    Quand à la prestation de Lolita ... on ne peut pas vraiment dire qu’elle aie "taclé" les deux affreux ... deux affreux que j’exècre passionnément pour leurs avis à l’emporte pièce et leur pseudo intellectualisme primaire. Bref, ils sont là pour le spectacle et il est toujours plus facile de descendre quelqu’un que de dialoguer avec ... ça fait de l’audience !
    Comme je dit toujours, on a la TV qu’on mérite, les chroniqueurs également. Tiens reprenons une citation du papa de Lolita pour conclure : "notre époque est télé-merdique" !

    Répondre à ce message

  • l’avis de Zemmour et de Naulleau nous importent peu finalement... Pourquoi toujours intellectualiser ! vive la création, les ptites oeuvres fraiches et legeres dans ce monde de brute ... et pourquoi pas "Marshmalone" ... moi je trouve ça mignon

    Répondre à ce message

    • Répondu par marcel le 30 septembre 2010 à  11:01 :

      Zemmour et naulleau ne font pas que des critiques négatives, regardez l’émission plus souvent. Il ne faut pas oublier l’aspect talk show promotionnel, tout le monde vient vendre sa soupe comme l’on dit et c’est donc très bien d’avoir deux intervenants qui vont contre cette logique. J’ai lu "le dandy rouge" d’Eric Zemmour et de naulleau, le livre qu’il a fait avec Pierre Jourde, je peux vous dire que nos deux éric sont également de grands écrivains, tout à fait compétent pour nous proposer leurs avis.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Christiannosk le 30 septembre 2010 à  14:44 :

        Chacun ses goûts ("de gustibus et coloribus non disputandum". ) Mais je croyais que le sujet de ce blog c’était le 9ème Art, non ?
        Compétents les deux tontons flingueurs sur le 9ème Art ?!!!...

        Répondre à ce message

      • Répondu le 1er octobre 2010 à  16:28 :

        Zemmour et Naulleau n’ont fait aucun commentaire sur l’aspect graphique du dessin, ils n’avaient certainement rien à dire parce qu’ils n’y connaissent rien dans ce domaine...
        J’ai trouvé leurs attaques très petites et mesquines et j’ai beaucoup aimé la phrase de Sara Forestier à Zemmour lui disant qu’il fallait concevoir que ce livre n’était pas forcément que pour des gens comme lui et qu’il ne fallait pas être snob comme ça !
        Le livre est léger, tendre, joli et perso c’est ce que je cherche parfois dans mes lectures.

        Répondre à ce message

        • Répondu par jean marc le 1er octobre 2010 à  19:44 :

          J’ai trouvé la prestation télévisée de cette jeune femme excellente. Elle ne s’est pas du tout laissée "démonter". C’était savoureux.

          Répondre à ce message

        • Répondu par marcel le 1er octobre 2010 à  21:22 :

          Ce que vous dites n’est pas exact, revoyez l’émission et vous verrez que lorsque Naulleau fait une réflexion sur le graphisme un peu pauvre, Lolita lui répond en avouant avoir du mal avec le dessin de l’anatomie et c’est pour ça que son personnage à un costume de lapin, plus facile à faire de son propre aveu. c’est un point qui a déjà été évoqué dans un commentaire de Anne au début des échanges.
          Non seulement, il faut bien regarder les émissions à la télé, mais il faut lire attentivement ce que disent les autres avant vous.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 4 octobre 2010 à  12:12 :

            C’est pourtant bien ce que je dis. Ils ne font aucune remarques sur le graphisme. Dire que le graphisme est pauvre n’est "rien" comme ils pourraient le dire eux même...

            Répondre à ce message

  • La valeur du bouquin de la demoiselle n’est pas en cause, on aime ou on aime pas, le public tranchera. Quand aux deux compères, ils font juste le boulot pour lequel ils sont payés, point. Ce qui est juste insupportable, c’est l’insondable hypocrisie de Ruquier, qui fait semblant de trouver ce livre intéressant ("moi j’aime bien, on se reconnait dedans gnagnagna") et de défendre son invitée alors qu’il n’aurait jamais posé un seul regard dessus si elle ne s’était pas appelée Séchan.

    Répondre à ce message

  • Elle à bien taclé les pieds niqués à savoir Nauleau Ribouldingue,Zemour croquignol sous la coupe de Ruquier Filochard.

    Répondre à ce message