Maradona dans la bande dessinée et le manga.

26 novembre 2020 0 commentaire
Maradona dans la bande dessinée et le manga.
"La Main de Dieu" de Paolo Castaldi (2014).

CULTE. Maradona. Depuis hier, le génie argentin du foot a mis en route notre machine à souvenirs. Le quart de Coupe du monde contre l’Angleterre, la main de dieu, le SCC de Naples… Que d’images, et… peu de bande dessinée. Quoique…

Certes, on lui a consacré une biographie sous la forme d’un roman graphique en 2014, mais c’est un Italien, Paolo Castaldi, qui réalise l’album, chez un éditeur qui a malheureusement trop rapidement disparu du marché après une trentaine d’albums publiés : les éditions Diabolo.

"La Main de Dieu" de Paolo Castaldi (2014). L’album est épuisé.

Certes, le Brésilien Mauricio de Souza -le Walt Disney do Brazil- l’a engagé dans sa bande de Monicà, y compris dans la série animée, c’était la moindre des choses dans l’autre grand pays du foot de l’Amérique latine, mais ce n’est jamais paru en France.

Diego Maradona (à gauche) dans la Bande de Monicà.
© Mauricio de Souza
"Eric Castel : Le Plan de l’Argentin" (Novedi, 1986) de Raymond Reding.

Le héros de Raymond Reding, Eric Castel, trop injustement oublié, y fait allusion dans Le Plan de l’Argentin, mais le terrain préféré du N°7 du F.C. Barcelona est le Nou Camp et je ne me souviens pas que l’on ait vu jouer « el Pibe » face à lui (mais je n’ai pas l’album sous la main, rouvrez-le pour moi SVP.)

Le seul et le vrai grand hommage de la bande dessinée au Numéro 10 de légende se trouve dans les mangas : Captain Tsubasa / Olive et Tom de Yôichi Takahashi, dont le personnage de Tsubasa Oozora est directement inspiré du joueur de foot argentin.

Mais en dehors du plus fameux manga de foot de tous les temps, Maradona est rare dans la bande dessinée. Donc culte.

DP

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?