Marché de la BD 2013 en France - Plus de 36 millions d’albums vendus et une progression de 1,4% en valeur.

29 janvier 2014 0 commentaire

C’est bizarre, le "grand soir de la crise" promis par certains numérologues de la bande dessinée n’est pas arrivé en 2013, selon GfK qui, dans un communiqué vient de donner les principaux chiffres sur le marché de a BD en France :

Marché de la BD 2013 en France - Plus de 36 millions d'albums vendus et une progression de 1,4% en valeur.  Chiffre d’affaires 2013 : 417 millions d’euros, soit 1,4 % de plus qu’en 2012. En progression, les librairies spécialisées (+ 7,8%) ; en recul : les grandes enseignes en raison de la fermeture de Virgin et de nombre de points de vente de Chapitre (-3,7% en 2013). Une situation qui n’est pas nouvelle et qui est liée à la structure du marché du livre en France qui recule parallèlement

- Nombre d’albums vendus : Le volume global des ventes, en revanche, a reculé de 0,9% en se stabilisant à 36 millions d’albums vendus. Ce recul est probablement imputable au tassement des mangas dont le prix de vente est inférieur au prix de vente moyen du format franco-belge.

- La star de l’année : Astérix. Avec 1,6 millions d’albums vendus dans l’année (l’album était sorti fin octobre), le Gaulois est probablement le principal responsable de l’embellie de cette année. Ce qui est intéressant, c’est que les conditions actuelles de la production de la série nous promettent un retour régulier.

- Le secteur en flèche : Les comics avec une progression de 14,5%. La série Walking Dead (Delcourt) a elle seule a vendu 520.000 exemplaires en France en 2013.

- La lanterne rouge de l’année : Les mangas, en recul de 8,5% en chiffre d’affaires pour les raisons que nous avons bien expliquées de fin de cycle des grandes séries japonaises

Dans le haut du tableau, des valeurs classiques que certains numérologues nous annonçaient comme moribondes...
(c) GfK

Concluons en soulignant qu’au niveau des éditeurs, les chiffres énoncés sont supérieurs car la Belgique, la Suisse et le Canada qui pèsent en général 15% du marché français s’ajoutent à ces résultats.

Par ailleurs, le pannel GfK n’est pas neutre : il porte sur une analyse des ventes de 3500 magasins représentatifs mais ne tient pas compte des clubs du livre, des kiosques, et de la Vente Par Correspondance qui constituent également une part non négligeable du marché du livre en France.

DP

Le communiqué complet de GfK sur le marché de la BD en France en 2013
en PDF

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?