Marjane Satrapi fait la Une de télérama

24 janvier 2007 2 commentaires

A l’occasion de la préparation d’une version cinéma de Persepolis, le magazine Télérama a rencontré Marjane Satrapi, auteure qui adapte elle-même sa saga en film d’animation.

L’article évoque le travail quasi-artisanal de son équipe, installée dans 300 mètres carrés à Paris.

Evoquant le succès de sa série dans le monde entier, Marjane Satrapi n’a pas été corrigée par la journaliste Juliette Bénabent lorsqu’elle a affirmé cette énormité : Israël, la Corée et la Chine n’auraient pas de tradition BD...
A croire que la dessinatrice iranienne n’a jamais entendu parler des éditions Actus Tragicus, reprises en partie par Actes Sud pour la BD d’Israël, de la nouvelle collection Hanguk chez Casterman qui donne toute sa place à la vitalité de la production coréenne, ou encore de l’éditeur Xiao Pan, qui ne publie que des albums chinois... Trois exemples qui montrent que ces pays sont dynamiques au point de provoquer des traductions dans notre pays, qui ne manque pas non plus de tradition BD.

Dans sa rubrique "livres", télérama étoffe légèrement sa sélection consacrée au neuvième art : cinq albums sont évoqués, au lieu d’un ou deux habituellement. Un peu maigre à la veille du festival d’Angoulême, dont il n’est même pas question dans ce numéro.

DT

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Elle a parlé de "tradition" BD... Alors la question : les mangas made in China ou made in Korea remonte-t-ils à longtemps, où est-ce une tendance récente ? J’ai l’impression que c’est une tendance qui ne date pas de plus de 10 ans (on ne peut donc pas parler de tradition), alors que les mangas ce sont plusieurs décennies, alors son propos n’est peut-être pas faux... Un spécialiste dans la salle ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par LO le 29 janvier 2007 à  11:51 :

      La Chine est le premier pays à avoir connu une tradition de BD. Cela remonte au 10ème siècle (eh oui, on connaissait l’imprimerie depuis des lustres dans l’empire du milieu). Sous l’ère Mao Lianhuanhua (récits d’une image par case) et manhua (voir le héros San Mao encore populaire dans toute la Chine) étaient la première forme de divertissemnt du pays. Les Coréens ont souvent présenté à Angoulême leur tradition de BD centenaire. Quant à Israël,...
      Bref Marjane Satrapi devrait tourner sa bulle sept fois dans sa bouche avant de parler d’histoire de la BD. Il est vrai qu’à trop fréquenter les approxiamations historiques de son éditeur... Au fait, pour le lancement de Persépolis ce dernier l’avait présenté en tant que première BD iranienne. Ca mériterait quelques recherches.

      Répondre à ce message