Média-Participations veut sauvegarder l’âme de Dupuis

18 mars 2006 0 commentaire

Dans les colonnes du journal Le Soir de ce 18 mars, François Pernot, l’administrateur délégué de Média-Participations, se veut rassurant concernant l’identité propre des éditions Dupuis, leur autonomie éditoriale et surtout le maintien de « l’école de Marcinelle à Marcinelle ». Les licenciements de Claude Gendrot et de Alain Flamion résulteraient selon lui : « d’une volonté d’assurer l’âme de Dupuis et la pérennité de la maison ». Au journal de la Première, la chaîne télévisée de la radio télévision belge, François Pernot a affirmé hier soir : « Nous sommes fermement décidés à surmonter cette crise qui est totalement artificielle, pour déployer Dupuis dans le cadre d’un projet que nous avons, et sur lequel nous avions mandaté un certain nombre de responsables pour qu’ils le déploient avec nos moyens ».

La Première souligne que d’après Média-Participations, cette crise est le résultat d’une stratégie personnelle (ndlr : celle d’un seul homme, l’ancien directeur général de Dupuis). Dimitri Kennes semble maintenir les propos qu’il a tenus dans nos pages par rapport à « l’absence de projet de Média-Participations pour Dupuis » et à la politique de « la terreur » qui serait orchestrée par le holding franco-belge. Kennes a intenté une action en justice en responsabilité civile contre Claude de Saint-Vincent pour propos injurieux tenus à son encontre.

Cette triste affaire laissera sans nul doute des traces à Marcinelle que ce soit l’une où l’autre partie qui l’emporte.

NA.

En médaillon : les bâtiments de Dupuis, à Marcinelle.
Photo (c) N. Anspach.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?