Moi, président : ma vie quotidienne à l’élysée T.1 - Par Marie-Eve Malouine & Faro - Jungle !

29 mai 2013 7 commentaires

Hollande n’étant pas aussi typé que Sarkozy, pas évident de dépeindre sa présidence en BD. C’est la chef du service politique de la radio France Infos qui s’associe au dessinateur Faro pour cette chronique qui jongle entre réalité et fantaisie. Pour le côté factuel, la journaliste s’appuie sur sa connaissance de l’homme et de la fonction. Le versant humoristique met en scène deux anges zélés : l’ancien président François Mitterrand (1981-1995) et son dernier premier ministre, Pierre Bérégovoy. Et c’est bien là la seule note originale de Moi, président, qui n’apprendra pas grand-chose aux observateurs avisés de la vie politique française, et qui en outre est illustré sans beaucoup de force par Faro, dont les caricatures de personnalités s’avèrent plutôt ratées, hormis un Lionel Jospin [1] électrisé.

À se demander si les journalistes, aussi spécialisés qu’ils soient, sont les mieux placés pour scénariser des BD politiques. Ce recueil ressemble plus à une suite d’articles illustrés qu’à un réel travail créatif.

DT

Commander l’album sur Amazon.fr ou sur FNAC.com

La politique française sur actuabd.com :
Moi, président : ma vie quotidienne à l'élysée T.1 - Par Marie-Eve Malouine & Faro - Jungle ! L’Actu en patates, tome 2 : Jusque-là, tout est normal - Par Martin Vidberg
- Sarkozix contre Hollandix (les aventures de Sarkozix T.5) - Par Lupano, Bazile & Maffre
- Les Aventures de Sarkozix, tomes 2 & 3 - Par Delcourt, Lupano, Bazile & Maffre
- Blain et Lanzac transforment le Quai d’Orsay en Actor Studio de la politique
- Bande dessinée et politique (1/2) : un cross over vivant et... lucratif

[1Ancien premier ministre, battu au premier tour lors de l’élection présidentielle de 2002, et qui s’est « retiré » de la vie politique aussitôt après.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • Chaque éditeur veut sa part d’un gâteau qui n’a aucun goût mais qui se vend. Fantastique...

    Répondre à ce message

  • Cette mode lancée par Glénat, poursuivie par 12 bis et suivie par beaucoup de suiveurs commence à être envahissante.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 30 mai 2013 à  12:42 :

      Cela marche trés bien, il faut dire que les BD sur Hollande changent de celles sur son prédécésseur, qui avaient proliféré comme des champignons. Le livre sur les deux femmes de Hollande est déjà épuisé chez l’éditeur.

      Ce type de livre ne s’adresse pas vraiment aux authentiques passionnés de BD que nous sommes, il me semble que les éditeurs cherchent à séduire les lecteurs de L’Express, le Point, le Nouvel Obs, etc. Pourquoi pas ???

      Répondre à ce message

      • Répondu par Yo le 30 mai 2013 à  23:25 :

        Le problème, c’est que ce type de Bd ne fait avancer la bd, la vraie. Vous avez vu cette couverture immonde ? Vous qui défendez sans vergogne la BD de l’âge d’or et cassez la nouvelle génération (bon des fois vous avez pas totalement tord), comment pouvez-vous accepter ce type d’album sous prétexte que c’est "épuisé chez l’éditeur". Cher Oncle Francois, j’ai vraiment du mal à comprendre votre raisonnement !

        Répondre à ce message

        • Répondu par Oncle Francois le 31 mai 2013 à  10:21 :

          Cher monsieur Yo, puisque vous me posez une question de façon courtoise, je prendrai plaisir à vous répondre, de la même façon. Bien évidemment, je ne suis pas emballé par Moi, Président, ni par d’autres livres du même acabit (arf !°), d’ailleurs je ne les ai ni lus, ni achetés. Mais cela ne m’empêche pas de constater qu’ils se vendent plutôt bien. De plus, ils sont rarement évoqués dans la presse sur la BD (en revanche, beaucoup de livres sont pré-publiés dans l’Echo de Glénat). Et n’ont à mon avis aucune chance d’être primés à Angougou ou ailleurs. Les auteurs sont assez discrets, ils n’essaient pas de se faire passer pour des artistes, d’ailleurs les scénaristes sont souvent des journalistes politiques, qui connaissent bien le milieu. Donc, s’ils rapportent un peu d’argent aux éditeurs et aux libraires (ces livres sont à mon avis vendus aux amateurs de news-magues comme l’Express, le Nouvel OBS, le Point, Marianne, les lecteurs du Figaro et du Monde), c’est tant mieux ! Ils ne font pas concurrence à la bonne BD, c’est un autre produit qui s’adresse à une autre clientèle. Cordialement

          Répondre à ce message

  • Liens commerciaux erronés
    30 mai 2013 23:31

    Merci, je viens d’acheter le guide du mauvais père grâce à vous.

    Répondre à ce message

    • Répondu par ActuaBD le 31 mai 2013 à  08:02 :

      Merci de nous avoir signalé cette erreur.

      Répondre à ce message